BIONICLE : La Fin du Voyage est le dernier roman de la saga BIONICLE racontant le combat final de Mata Nui pour libérer son peuple de Teridax et pour la reformation de Spherus Magna, édité par Ameet en Pologne fin 2010.

Le roman a été sérialisé sur le site Internet BIONICLE.com pour les autres pays, où les chapitres pouvaient un par un être visualisés en accès gratuit via des BIO-codes à entrer dans une section dédiés du Club Kanoka.

Les chapitres qui vont suivre sont des traductions non-officielles réalisées avec par des fans francophones.

La Fin du Voyage
Drapeau Pologne.png Drapeau Royaume-Uni.png
Greg Farshtey

Prologue

Il y a plus de 100 000 ans…

Angonce marchait avec assurance vers un mur en pierre blanc au fond de sa chambre. Alors que le grand être mince s'approchait, les blocs qui composaient le mur s'ammolirent et se déplacèrent, formant une ouverture. Il regarda par cette nouvelle fenêtre les montagnes et la forêt en contrebas, tristesse et regret se lisant dans ses yeux obscurs.

Il s'était souvent tenu ici auparavant, admirant la beauté de Spherus Magna. Du désert du sud de Bara Magna à la grande forêt nordique, c'était un endroit aux vues renversantes et aux opportunités sans limite pour la connaissance. Angonce avait passé la majeure partie de sa vie à découvrir ses mystères, et espérait poursuivre beaucoup d'années de plus.

Mais désormais il apparaissait clairement qu'il ne le pourrait pas. Il avait effectué tous les tests auxquels il pouvait penser, et vérifié encore et encore leur résultat. Il en ressortit toujours la même chose : Spherus Magna était condamnée.

Comment en est-ce arrivé là ? se demanda Angonce. Comment avons-nous pu laisser ça en arriver là ?

Lui, ses frères et sœurs étaient des érudits. Leurs théories, découvertes et inventions avaient transformé ce monde et avaient changé les vies de ses habitants, les Agori, de bien des manières. Par gratitude, ils avaient il y a bien longtemps, été proclamés dirigeants de Spherus Magna. Les Agori les nommèrent les « Grands Êtres ».

Mais les problèmes de diriger un monde - arranger les conflits, gérer l'économie, traiter des questions de la défense, s’inquiéter des approvisionnements de nourriture et d'équipement - tout cela fut considéré comme une distraction par les Grands Êtres. Ils voulaient construire, étudier, inventer, pas surveiller, juger ou instaurer des politiques. C'étaient des fonctions essentielles, ils en étaient conscients, mais préféraient que d'autres les assurent.

Et ainsi, les Grands Êtres firent ce qu'ils avaient toujours fait quand ils avaient eu un problème : ils avaient créé une solution.

Choisissant six guerriers, un de chaque village, les Grands Êtres les dotèrent de la puissance de commander, respectivement, le feu, la glace, l'eau, la flore, la roche, et le sable. Ils altérèrent considérablement la biochimie des corps des guerriers pour que chacun soit au plus près de ne faire qu'un avec son élément. Finalement, ils donnèrent aux nouvellement crées Seigneurs des Éléments des armes et armures qui les rendaient semblables aux symboles des forces naturelles du monde.

Les Grands Êtres firent aussi don aux Seigneurs des Éléments d'une chose de plus : la responsabilité de diriger les six tribus Agori. Ils endosseraient les fonctions quotidiennes des Grands Êtres les en déchargeant ainsi, et en échange, ils seraient autorisés à commander sans interférence.

Notre première erreur, pensa Angonce, cependant loin d'être la dernière.

Il se détourna de la fenêtre, qui se transforma immédiatement de nouveau en un mur plein. Il était temps de faire face à la vérité. N'importe qui recherchant la sagesse, à un certain point, rencontrera une expérience qui tournera mal. Quand cela se produit, la meilleure chose à faire est d'apprendre d'elle et de passer à autre chose. Naturellement, les conséquences de cette expérience doivent être effacées pour empêcher n'importe quels dommages imprévus de survenir.

Les Seigneurs des Éléments avaient été une expérience qui tourna terriblement mal. À présent les Grands Êtres devaient déclencher une nouvelle invention pour détruire l'ancienne.

Angonce partit de la chambre et descendit un long couloir, passant une porte scellée. Derrière celle-ci, il savait qu'Heremus et les autres achevaient leurs travaux sur une arme finale à employer contre les Seigneurs des Éléments. Il n'avait aucun désir d'être témoin de ceci. En revanche, il ressentait le besoin d'une vision d'espoir, quelque chose qui évoquait de meilleurs lendemains et pas les tragédies d'aujourd'hui.

Quittant la forteresse, il arriva sur une plaine - et il était là. S'élevant déjà à des millions de mètres de haut, le géant avant lui avaient été le dernier, le meilleur espoir de Spherus Magna. Heremus avait souligné que s'il ne pouvait pas emporter le cœur physique de la planète à temps, il pourrait au moins emporter le grand esprit de ce monde autrefois beau.

Angonce aimait cette pensée. Quand vint le moment de donner à cette nouvelle création un nom, il sut exactement quoi choisir. Utilisant le langage de programmation qui guiderait le géant, il le baptisa « Mata Nui ».

Le Grand Esprit.

Chapitre 1

Une personne se tenait seule devant une ancienne forteresse. Son voyage avait été long, et difficile. Maintenant, il semblait qu'il était arrivée à une fin soudaine et très frustrante.

La structure en face de lui n'avait ni porte, ni fenêtre visible. Il n'y avait aucun signe de vie que qui que ce soit vive à l'intérieur, ou y avait vécu depuis des années. Mais les empreintes fraîches d'un Agori lui montraient qu'il pourrait être au bon endroit. Les réponses qu'il cherchait étaient à l'intérieur, il en était sûr, mais il était bien moins certain de comment les atteindre.

Son nom était Mata Nui. Autrefois, il n'y avait que quelques mois auparavant, il aurait pu l'atteindre depuis les cieux, et arracher le toit du bâtiment. Un réseau complexe de capteurs aurait pu repérer l'Agori ou n'importe quelle autre personne ou objet qu'il recherchait depuis un monde lointain. Une foulée aurait pu couvrir les nombreux kio à travers le paysage.

Ça semblait être une autre vie. À cette époque, son cerveau et son esprit vivaient dans un miracle d'ingénierie, qui mesurait 12000 km de haut. Mais il avait été poussé hors de son corps et exilé dans le monde désertique de Bara Magna. Sans le pouvoir du Masque de Vie qu'il portait, il n'aurait pas même un corps aujourd'hui. Et ce corps mesurait un peu plus de 2,10 mètres de haut, était vulnérable à la douleur, à la faim et à la soif, et n'avait pas le pouvoir de déplacer des mondes.

2,10 mètres, pensa Mata Nui. Je déteste vraiment être petit.

Bara Magna avait été une révélation pour Mata Nui de plusieurs manières. Il avait trouvé des amis parmi les Glatorian et Agori qui vivaient ici. Il avait été entraîné dans leur combat contre les Skrall et les Fossoyeurs. Il avait même trouvé la preuve que les Grands Êtres, ses créateurs, avaient autrefois marché dans ce désert.

Une partie de cette preuve était une pièce trouvée par un ramasseur Agori nommé Berix. Fabriquée en un métal ayant été extrait au nord, le dessin de la face de la pièce correspondait à celui des boucliers des Skrall. Au début, cela ressemblait seulement à un ensemble de lignes reliées entre elles. Mais Mata Nui en avait appris plus sur cette planète, particulièrement sur les Grands Êtres et leurs travaux, il réalisa que le dessin était bien plus que décoratif. Ce n'était pas une simple illustration ou un symbole de quelque concept abstrait. C'était une carte.

Mais il se demanda, une carte de quoi ?

Cette réponse vint grâce à un Agori nommé Crotesius, qui lui avait dit qu'il avait fait partie d'une expédition échouée vers le nord à la recherche de la « Vallée du Labyrinthe ». Il était revenu sans la trouver, mais un de ses compagnons, Tarduk, était reparti pour continuer la recherche. Mata Nui se résolut à trouver la vallée et découvrir se qui se trouvait au cœur du labyrinthe.

Maintenant cette mission l'avait conduit ici, à une forteresse sans portes au cœur d'un vaste labyrinthe de pierre. Après des semaines de voyage et beaucoup de dangers, il était ici, confronté à un nouveau mystère sans solution évidente.

« Par les Grands Êtres, j'en ai assez » cria Mata Nui. Sa voix résonna contre les pics tout autour.

Incroyablement, une réponse vint. Les mots venaient de la forteresse, mais il n'y avait aucun signe qui pouvait montrer que quelqu'un les ait prononcés. Ils flottaient dans l'air en un murmure si doux qu'il aurait pu ne pas l'entendre dans le son de la brise.

« Que cherches-tu ? »

Mata Nui fit deux pas rapides en arrière et regarda la forteresse. « Entrer », dit-il.

Il y eut un long silence. Puis la voix répéta « Que cherches-tu ? »

« Je cherche à entrer » répondit Mata Nui, plus fort. « Mais je ne vois aucun passage pour cela ».

Cette fois, la voix n'hésita pas à répondre. Quand elle le fit, il y avait une trace de fer dans son ton, comme si celui qui parlait était en train de perdre patience.

« Que cherches-tu ? Quelle est ta tâche ? Qu'est-ce qui t'apporte la vie, et la mort ? »

Donc il ne pose pas de questions, pensa Mata Nui. Il donne des énigmes. Cette forteresse, et ce labyrinthe qui l'entoure, ont été créés pour éloigner qui que ce soit qui pourrait utiliser le pouvoir des Grands Êtres à des fins personnelles. Donc si je ne donne pas les bonnes réponses ici...

Il se permit de se demander si Tarduk était allé aussi loin, et si c'était le cas, avait-il donné la mauvaise réponse ? Et alors ? Est-ce que les Grands Êtres avaient mis en place des pièges pour détruire les intrus potentiels ? Est-ce que ses créateurs étaient à ce point impitoyables ?

Qu'est-ce que je veux ? C'est une très bonne question, admit-il. Quand je suis venu sur Bara Magna, tout ce que je voulais était m'échapper et sauver mon peuple du mal de mon ennemi, le Makuta. Je ne savais pas que cet endroit était lié à mes origines. Je ne savais pas que je pourrais trouver ici les réponses aux questions que je n'avais jamais posées.

Mata Nui s'assit sur le sol et regarda les murs de pierre de la forteresse. Il allait devoir donner à cette réponse beaucoup de réflexion.

§§§

« Où est-il ? » demanda Kiina. Elle se trouvait au milieu des dunes du désert de Bara Magna, ses yeux fixés sur les montagnes du Nord. « Il devrait déjà être de retour ».

À ses côtés, Ackar acquiesça. « Peut-être. Mais nous n'avons aucune idée de jusqu'à où il a dû voyager, ni de ce qu'il a pu trouver. »

« Ou de ce qui a pu le trouver, » ajouta Kiina, sinistrement. « Nous aurions dû rester à ses côtés, peu importe ce qu'il a dit. »

Tous deux étaient des guerriers et les plus proches amis de Mata Nui. Il les avait aidés à libérer leurs villages de la menace des Skrall, mais n'était pas resté pour être félicité. Peu de temps après la décision des villages de s'unir pour former une immense cité, Mata Nui était parti pour aller chercher la signification de la pièce de Berix. Ackar et Kiina, accompagnés d'un autre guerrier, Gresh, et Berix, étaient partis avec lui.

Le chemin avait été bardé de dangers, et les batailles avaient été longues. Quand Berix fut gravement blessé, Mata Nui insista pour que les autres retournent dans le désert. Ackar avait affirmé qu'il était trop dangereux pour Mata Nui d'aller seul, mais Mata Nui était resté inflexible.

« Non, mes amis, » avait-il dit. « Vous êtes demandés, parmi vos peuples. Je dois trouver un moyen de parvenir au mien ».

Depuis, des semaines étaient passées sans un signe de lui. Ackar avait les mêmes inquiétudes que Kiina, mais ne voyait pas de raisons d'aggraver ses peurs.

« Il faut croire que Mata Nui sait ce qu'il fait. Ce n'est pas la première fois qu'il s'en va de lui-même » lui rappela-t-il. « La dernière fois, c'était pour sauver ta vie. »

« Bien, » lui dit Kiina. « Alors, j'ai une dette envers lui... Et je paie mes dettes. Avec ou sans toi, j'irai à sa poursuite. »

Ackar savait qu'il y avait certaines choses sur Bara Magna avec lesquelles on ne pouvait pas discuter : un Skopio enragé, un essaim de Scarabax affamés, et Kiina une fois qu'elle s'était fait un avis.

De plus, il se trouvait un point sur lequel être le vrai ami de Mata Nui signifiait ne pas respecter tous ses souhaits.

« Bien, » dit-il. « Je vais chercher des provisions. Tu vas chercher Gresh. Il va vouloir venir lui aussi. »

Ackar commença à s'en aller, mais Kiina se précipita pour l'arrêter. Quand il se retourna vers elle, il vit la peur dans ses yeux.

« Penses-tu qu'il va bien ? » demanda-t-elle. « Je veux dire... Ne pourrait-il pas être... tu sais... Pourrait-il l'être ? »

« S'il y a un seul être capable de ressortir de ces montagnes en un morceau, c'est bien Mata Nui, » répondit Ackar. « Alors assurons-nous d'être prêts à l'accueillir. »

§§§

Mata Nui était resté devant la forteresse pendant des heures, repassant les questions dans sa tête. Il s'était dépêché de deviner la bonne réponse à la première, et se concentra sur la seconde.

Quelle est ma charge ?

C'était facile. Il avait laissé derrière lui un univers plein d'êtres qui dépendaient de lui, des Toa et des Matoran prêts à sacrifier leurs propres vies en son nom. Sa négligence avait laissé le mal usurper le commandement de son foyer et mettre toutes ces vies en danger. Maintenant il était sur Bara Magna, avec comme seul indice comment remettre les choses dans l'ordre, réduit à tenter de comprendre des énigmes exaspérantes. C'était plus que frustrant. Il avait le devoir de sauver son peuple, et il était en train de gâcher son temps à...

Attends une minute, pensa-t-il. Le devoir... c'est le devoir qui me fait continuer, la responsabilité que j'ai envers le peuple de mon univers. Le devoir est ma charge !

Tout prit soudainement un sens. Les Grands Êtres lui avaient enseigné trois « vertus », selon lesquelles lui et les Matoran qu'il protégeait vivaient. Il s'agissait de l'unité, du devoir, et de la destinée. Si la réponse à la seconde question était devoir, peut-être que...

Mata Nui se leva. « Je cherche... l'unité ! » cria-t-il.

« Quelle est ta charge ? » demanda la voix mystérieuse.

« Le devoir », répondit Mata Nui.

« Qu'est-ce qui t'apporte la vie, et la mort ? »

La même chose qui les apporte pour chacun, pensa Mata Nui. « La destinée », dit-il.

Devant ses yeux, les blocs de pierre au centre de la forteresse semblaient s'amollir et fondre ensemble. Une ouverture carrée d'environ 2,40 mètres de hauteur apparut à la base du bâtiment. Puis la pierre redevint pierre, avec une porte maintenant en place.

Mata Nui jeta un coup d'œil à Click, le Scarabax qui était devenu son ami à son arrivée sur Bara Magna. Il était en ce moment sur son épaule, mais n'avait pas l'air heureux de cela à l'heure actuelle.

« On dirait une invitation », dit Mata Nui. « Qu'en penses-tu ? »

Le scarabée claqua des pinces furieusement, un signe clair de mécontentement.

« Je me disais que tu allais dire ça », répondit Mata Nui. « Bien, désolé mon ami, nous n'avons pas fait tout ce chemin pour rester dehors ».

Mata Nui entra dans la tour. Il s'était presque attendu à un autre labyrinthe à l'intérieur, mais c'était plutôt l'inverse. Un escalier menant en bas l'attendait, sans autre issue. Avec son épée préparée, il descendit les escaliers.

Ils semblaient continuer pour des jours, tournant encore et encore sans fin visible. Puis Mata Nui commença à sentir la chaleur, une vague écrasante qui le fit presque suffoquer. Et cela empirait au fur et à mesure qu'il descendait, mais il continua. Il n'y avait, après tout, pas d'autre choix.

Quand il arriva finalement en bas, cela lui prit un moment pour comprendre l'incroyable scène. Une vaste chambre s'étendait devant lui, vide de tout meuble. Il y avait au centre du sol un bassin de lave, bouillant et rougeoyant.

Et suspendu au dessus, la tête en bas et attaché à des chaînes se trouvait Tarduk.

Chapitre 2

« Aide… moi… » dit l'Agori d'une voix rauque.

« Tiens bon », dit Mata Nui. Il fit quelques pas en arrière, se mit à courir, et sauta vers Tarduk. S'accrochant à la chaîne, son élan l'emporta, lui et l'Agori loin de la lave. Presque arrivé au mur le plus éloigné, Mata Nui trancha les liens avec son épée. La chaîne se rompit et lui et Tarduk se retrouvèrent sur le sol de pierre.

« Je… Je n'arrive pas à croire que tu l'ais fait », dit Tarduk. « J'ai bien cru que j'allais cuire ».

« Quel est cet endroit ? » demanda Mata Nui en se relevant tout en aidant Tarduk à faire de même.

« Je ne pense pas que tu me croiras si je te le dis, » répondis l'Agori. « Mais tu peux croire ceci : Nous devons sortir d'ici, maintenant ! »

« Vas-y » dit Mata Nui. « Je suis venu ici pour avoir des réponses et je les obtiendrai ! »

Un violent tremblement secoua la chambre et des gouttes de lave plurent et firent fondre la roche.

« La seule réponse que tu auras ici, c'est ce qui arrive après la mort ! » dit l'Agori en commençant à courir vers la sortie. « Viens ! »

Mata Nui resta cloué au sol pendant un moment. Il en avait fait tellement pour venir ici et maintenant, il faudrait simplement fuir ? Mais Tarduk avait raison, quelque chose de vraiment mauvais se passait ici. Autour, toute la roche fondait mais pas à cause de la chaleur. La structure était en train de changer, de se métamorphoser en quelque chose d'autre. S'il ne partait pas rapidement, il serait pris au piège - donc il courut.

Tarduk était déjà à mi-chemin en haut de l'escalier. Une fois arrivé en haut, il se précipita vers la porte et dans les rochers. Mata Nui suivit peu de temps après. Ils se retournèrent tout les deux pour voir la tour entière fondre comme un bloc de glace au soleil.

« Incroyable » dit Tarduk.

Mata Nui ne dit rien. Son attention était rivée à la scène se déroulant devant lui. Quelque chose s'élevait hors du sol, au dessous de la tour qui, elle-même semblait se déplacer loin comme pour lui faire de la place. La première chose qu'il vit fut de la lave en fusion et ce qui ressemblait à une montagne entière qui semblait forger sa route hors du sol. C'était une vue terrifiante - un vrai volcan en train de naître en quelques instants.

« Incroyable n'est pas le mot, » murmura Mata Nui. « C'est impossible ! »

Tarduk pointa une rivière de lave s'écoulant lentement du cratère. « Ça me semble plutôt possible. Mais qu'est-ce qui peut bien créer ceci ? »

Mata Nui fit un geste vers le labyrinthe. « Les mêmes qui ont causé tout cela - Les Grands Êtres. Ce n'est pas un volcan naturel. »

« Comment sais-tu cela ? »

Mata Nui sourit. « Disons que je sais quelque chose des les volcans qui n'en sont pas vraiment. Reste ici, j'entre. »

« Là-dedans ? » dit Tarduk, choqué. « Tu vas te faire tuer ! »

« Je ne pense pas. » dit Mata Nui en marchant vers déjà vers l'éruption. « Je pense que je suis destiné à aller là-dedans… ou quelqu'un l'était. »

Ignorant la chaleur et les grondements sinistres provenant de l'intérieur de la montagne, Mata Nui gravit la pente. Il tailla la roche avec son épée pour essayer de se fabriquer une entrée. À sa surprise, la roche s'émietta, pour laisser apparaître du métal lisse et poli. Il frappa sur le métal brillant mais son épée rebondit sans faire une seule égratignure.

Maintenant, encore plus déterminé, Mata Nui continua à émietter la roche. Après plusieurs minutes, il avait découvert ce qui semblait être une écoutille. Il saisit la poignée et tira de toutes ses forces, et réussit à la forcer à s'ouvrir juste assez pour lui permettre de rentrer. En avertissant Tarduk de rester là où il se trouvait, à nouveau, Mata Nui rentra dans le volcan.

Mata Nui savait à quoi ressemblait l'intérieur d'un vrai volcan. Il en avait vu sur des centaines de mondes dont certains faisaient passer Bara Magna pour un petit coin de paradis. Ils ne ressemblaient en rien à ce qu'il voyait maintenant.

L'intérieur de la « montagne » était une masse de conduits et de fils, vibrants d'un bourdonnement grave résonnant dans la structure entière. Il était si étonné qu'il dut faire un effort pour se déplacer. Les conduits étaient brûlants, sans aucun doute parce qu'ils pompaient la « lave » vers le haut de l'édifice pour en être débarrassé. Efficace et trompeur, pensa-t-il, deux grandes caractéristiques du travail des Grands Êtres.

Se frayant un chemin à travers les câbles, il trouva un petit terrain découvert. La première chose qu'il vit étaient des plans sur le mur pour un robot géant, les mêmes plans qu'il avait vu plus tôt dans une caverne près du village de Tajun. Mata Nui sourit. Il avait raison. Il y avait des réponses à trouver ici, car il y avait un rapport entre ici et la construction de son corps original.

À côté des plans, il y avait un écran blanc. Mata Nui passa le bout des ses doigts contre l'objet et il s'alluma. Une série d'image clignotèrent à une vitesse impressionnante : schémas, calculs, notes, détails de conception et de construction. Tout allait tellement vite qu'il était impossible de se concentrer sur une chose bien précise, et pourtant, Mata Nui sentit la connaissance traverser son esprit. C'était irrésistible et douloureux mais il supporta. C'était pour ça qu'il était venu ici - c'était l'histoire de son origine.

Il avait tout vu maintenant. L'expérience qui avait échoué, celle qui avait eu pour conséquence d'éparpiller des morceaux de robots partout dans le désert de Bara Magna ; la découverte du Protodermis, une substance artificielle qui pouvait exister dans différentes formes, la clef de la création de son corps original et de la nanotechnologie qui habitait en lui ; et en plus, il voyait pourquoi il avait été créé et dans quel but.

Un conflit avait fait rage, une Guerre du Noyau pour une substance que Mata Nui identifia comme le Protodermis Énergisé. Même les Grands Êtres n'étaient pas sûrs de ses propriétés, mais le liquide argenté transformait ou détruisait ce qui le touchait. Il coulait vers la surface de la planète et les diverses tribus la convoitaient toutes. Mais les Grands Êtres découvrirent que puiser dans la puissance de la substance résulterait en la destruction du monde.

Quand leurs efforts pour stopper la guerre échouèrent, ils construisirent un robot géant qu'ils appelèrent Mata Nui. Son but : quitter la planète avant sa destruction et voyager à travers l'univers pour acquérir les connaissances et empêcher qu'une telle guerre ne se reproduise. Après cent mille ans, les morceaux de Spherus Magna seraient assez stables pour être rassemblés une fois de plus. Et c'était pourquoi Mata Nui avait vraiment été créé - sa mission était de réparer les erreurs de ses créateurs et de guérir le monde.

C'est ça ! Voilà ce que je suis censé faire, exulta-t-il. Mon destin est de recréer Spherus Magna comme elle était avant le Fracassement… Pour que les trois morceaux de la planète, ne fassent qu'un à nouveau.

Maintenant, tout était clair pour lui. Il était sur le chemin du retour de son exploration de l'univers, se dirigeant vers Bara Magna, lorsqu'il avait été attaqué par le maléfique Makuta. Perdant connaissance, il s'écrasa dans l'océan d'Aqua Magna. L'impact avait temporairement endommagé les centres mémoires du robot, lui faisant oublier la mission. Même lorsqu'il fut réanimé par une équipe de héros appelés Toa, il était sans but. Avant qu'il ne puisse commencer la réparation et rechercher la connaissance dont il avait besoin, le Makuta s'était emparé des commandes de conscience du Robot et l'esprit de Mata Nui avait été exilé dans l'espace. Par hasard, il s'écrasa sur la surface de Bara Magna, sa destination originale.

Il était enfin armé avec les connaissances dont il avait besoin mais était également ébranlé par ses implications. Pour réaliser sa mission, il avait besoin de son corps original ou de quelque chose de semblable. La tâche de reconstruction de la planète n'exigeait pas la puissance d'un mais de deux robots.

Il devait y en avoir un second ! réalisa-t-il. Les Grands Êtres étaient sensés construire un autre Mata Nui ! Mais ils ne l'ont jamais fait… Peut-être parce que la fin de la planète était arrivée trop vite ou peut être avaient-ils été tués. Et… je ne peux pas accomplir ma mission seul. Je ne peux pas réaliser ce pourquoi j'ai été créé.

Mata Nui descendit sur le plancher. Pour la première fois dans son existence, il se sentit vraiment vaincu. L'espoir auquel il s'était accroché, même durant son exil, s'était envolé. Même s'il récupérait son vieux corps, il ne pourrait pas...

« Qu'y a-t-il ? »

Il se tourna vers le son. C'était Tarduk qui l'avait suivi en dépit des ordres de Mata Nui. Étant plus petit et plus agile, l'Agori n'avait aucun mal à se faufiler dans cette jungle de fer et de câbles.

Ne voyant aucune raison de garder ce secret, Mata Nui raconta ce qu'il avait appris. Tarduk écouta attentivement. Quand l'histoire fut terminé, L'Agori s'avança et pointa les plans.

« Je ne sais pas ce que tu peux faire au sujet de ton vieux, euh, corps » dit-il. « Mais d'après ce que tu dis, il y en a déjà un second. Il se situe dans le désert de Bara Magna, n'est-ce pas ? »

Mata Nui acquiesça. « Oui mais il est mort depuis beaucoup plus de cent mille ans. Il n'a aucune puissance et même lorsqu'il était actif, il était instable. »

Tarduk fronça les sourcils. « Pas sûr au sujet de la stabilité mais quant à la puissance… À quoi ça te fait penser ? »

Mata Nui regarda aux alentours. Naturellement. Il avait été tellement absorbé par l'apprentissage de son passé, puis les chances que sa mission n'aboutisse pas, qu'il ne s'était pas rendu compte.

Le « volcan » était une centrale.

« Les plans, » dit-il en se levant. « Ce qui a été crée ici - La source d'énergie pour mon corps ! Et s'ils prévoyaient de construire un deuxième robot... »

« Alors il pourrait y avoir une seconde Source d'Énergie, » finit Tarduk. « Ça vaut la peine de la chercher, n'est-ce pas ? »

Chapitre 3

Raanu, doyen de la cité, regarda Mata Nui comme si son invité venait de se transformer en une Chauve-Souris des Sables. « Ridicule. Dément. Impossible ! » dit-il, en élevant la voix. « Comment peux-tu ne serait-ce que demander une telle chose ? »

Et bien, tu ne pouvais pas espérer un oui enthousiaste, se dit Mata Nui. Tu n'es pas seulement en train de demander beaucoup à ces gens... tu es en train tout leur demander.

Ackar, Kiina et Gresh se trémoussaient, mal à l'aise, derrière leur ami. Mata Nui avait expliqué ce dont il avait besoin et pourquoi, mais même pour eux cela semblait bizarre, voire fou. Mais leur foi en leur ami l'emportait sur leurs doutes. Si Mata Nui disait qu'il avait à faire ça, alors ils l'aideraient de quelque manière qu'ils puissent.

Raanu regarda les trois Glatorian, incrédule. « Vous vous tenez à ses côtés. Ne dîtes pas que vous supportez cette... cette... cette folie ? »

« Nous savons ce dont ça à l'air, crois moi. » répondit Ackar. « Malgré tout, Mata Nui a gagné le droit d'être entendu, non ? Sans lui, nous serions tous les esclaves des Skrall. »

« Je ne m'attends pas à ce que tu crois simplement en ma parole, Raanu, » dit Mata Nui. « Laisse-moi te montrer ce dont je parle. S'il te plaît. »

Raanu voulait crier « Non ! » et jeter ces fous hors de chez lui. Si Mata Nui était en train de dire la vérité, il ne voulait pas le savoir, parce que les conséquences envers les Agori seraient catastrophiques. Et pourtant s'il y avait des faits auxquels il refusait de faire face, que serait alors son honneur ? Ackar avait raison : ils devaient tous à Mata Nui bien plus que ce qu'ils pourraient lui rendre.

« Très bien. » dit le doyen. « Nous allons partir maintenant. Mais je ne fais pas de promesses. »

« Je n'en demande pas. » lui assura Mata Nui.

Moins d'une heure plus tard, ils étaient debout sur le flan d'un sommet, regardant la cité en dessous. Peu de temps auparavant, les tribus de Bara Magna vivaient dans des villages individuels, construits autour de structures métalliques qui dataient de temps anciens. Après la guerre avec les Skrall, il était devenu évident que la meilleure manière pour les Agori de se défendre de futures menaces était d'unir leurs villages en un seul géant. Avec d'énormes efforts, ils traînèrent les gigantesques structures à travers le désert et les lièrent ensemble.

Mata Nui, Gresh, Berix, Kiina et Ackar se tenaient à cet endroit précis quand les pièces s'étaient emboîtées ensemble. Choqués, ils avaient vu que les abris une fois assemblés ne formaient pas qu'une cité, mais un corps - un gigantesque corps robotique. Mata Nui ne pouvait que voir la ressemblance entre celui-ci et le corps qui avait autrefois été le sien.

Raanu avait entendu toutes les rumeurs sur ce à quoi la cité ressemblait, la plupart d'entre elles venaient de Berix. Il avait été trop occupé à mettre en place un nouveau gouvernement pour les Agori et arranger les défenses contre les Fossoyeurs et les Vorox pour s'en inquiéter. Maintenant qu'il le voyait, il ne pouvait pas nier ce que cela semblait être.

« Intéressant, » dit Raanu, pendant qu'il regardait la cité en dessous. « Peut-être que c'était quelque chose que les Grands Êtres ont construit - ou tenté de construire - longtemps auparavant. Mais qu'est-ce que c'est ? »

« Tu as raison. Ils l'ont créé. » répondit Mata Nui. Même s'il l'avait déjà vue auparavant, l'image du corps du robot étendu dans le sable le secouait toujours. « Mais quelque chose s'est mal passé. Il a explosé, éparpillant ses pièces partout dans le désert. Et elles sont restées dispersées jusqu'à ce que les Agori les rassemblent à nouveau. »

« Tu n'as pas répondu à ma question. » dit Raanu. « Donc c'est une expérience ratée. C'est également notre demeure et notre seule protection contre les ennemis. Qu'a-t-il en rapport avec toi ? »

Mata Nui pointa la cité. « Je pense que tu pourrais dire que c'est mon... ancêtre. J'ai auparavant eu un corps très semblable à ceci, avant que je ne vienne ici. Et si je veux le récupérer, j'ai besoin de... d'emprunter... celui-ci. »

Raanu jeta un regard furieux à Mata Nui, ses yeux aussi brûlants que des éclats de roche volcanique. « Nous en avons terminé ici. » dit-il. Sans ajouter un mot, il commença à repartir vers le bas de la montagne.

§§§

Cette nuit là, Mata Nui s'assit autour d'un feu avec Ackar et Gresh. L'ambiance était maussade.

« Es-tu sûr d'avoir à faire ça ? » demanda Gresh. « Il n'y a pas d'autre moyen ? »

Mata Nui ne quittait jamais les flammes des yeux. « Je vous ai parlé de mon univers et de mon peuple, comment je les ai déçus, comment mon ennemi, le Makuta, en a pris le contrôle. Mais il y a une chose que j'ai mise de côté. »

« Qu'est-ce que tu veux dire ? » demanda Ackar. Il n'avait jamais entendu ce ton dans la voix de Mata Nui auparavant. Cela l'inquiéta.

« Un univers ne sera pas suffisant pour lui. » dit Mata Nui. « Le Makuta est affamé. Il a attendu des dizaines de milliers d'années pour avoir le pouvoir qu'il possède maintenant, et maintenant qu'il l'a... » sa voix s'affaiblit.

« Nous pensions que les Skrall ne pouvaient être battus. » lui rappela Ackar. « Tu nous as montré que ce n'était pas le cas. Quelle que soit la force que ce Makuta commande - aussi grande soit son armée - il ne peut être invulnérable. »

Mata Nui se leva soudainement et s'éloigna du feu d'un pas raide. « Tu ne comprends pas ! Le pouvoir au bout de ses doigts... c'est le pouvoir qui était le mien. Je sais ce qu'il peut faire. Il peut tous nous broyer sous ses talons en armure sans jamais s'en rendre compte, ou balayer la cité entière d'un seul geste. »

Il se retourna vers Ackar, une intensité féroce dans ses yeux. « Le Makuta peut détruire cette planète, avant que le moindre d'entre nous puisse lever l'épée contre lui. Crois-moi. »

Les yeux de Gresh s'écarquillèrent. Il regarda Mata Nui comme s'il ne l'avait jamais vu auparavant. « Tu veux dire que tu... ? »

Mata Nui hocha la tête. Sa voix devint un murmure. « Oui Gresh. Avant que je n'arrive sur Bara Magna, je pouvais faire tout cela, et d'autres choses. »

« Et tu l'as fait ? » demanda Ackar.

« Non, » répondit Mata Nui. « Ce n'était pas pour ça que j'ai été créé. »

Et le seul bruit fut le crépitement du feu. Après quelques instants, Ackar marcha vers Mata Nui et placa la main sur son épaule. « Hé. Tu as cru en moi quand moi-même je ne croyais pas en moi. Quoi que je puisse faire, dis-le-moi. »

Ackar se tourna vers Gresh « Et toi, mon garçon ? »

Gresh regarda Mata Nui droit dans les yeux. « J'ai combattu pour le peuple ici. Tous les Glatorian l'ont fait, et depuis bien longtemps avant ton arrivée, Mata Nui. Nous pensions que tu étais l'un des nôtres, ou au moins quelque chose de proche. »

« Gresh ! » dit Ackar d'un ton brusque.

« C'est vrai. » dit Mata Nui. « Laisse-le dire ce qu'il a à dire. »

« Je vais dire ce que j'ai à dire, oui. » dit Gresh. « Maintenant tu nous dis que tu étais une espèce de - je ne sais quoi - avec plus de pouvoir dans un doigt que tous les guerriers de ce monde réunis. Et tu dis que tu veux la cité - ce corps robotique - pourquoi ? Donc tu peux avoir à nouveau ce pouvoir ? Nous n'avons pas repoussé les Skrall pour être dirigé par un robot géant. »

« C'est assez », dit Ackar.

Mata Nui prit son épée et l'offrit à Gresh. Quand il parla, il n'y avait pas de colère dans sa voix, mais un calme presque effrayant. « Je ne suis pas ici pour diriger qui que ce soit. J'essaye de sauver ton peuple et le mien. Mais si tu ne peux croire cela, mon ami, alors prends mon arme et enferme-moi dans une cellule. Je ne te combattrai pas.

Gresh hésita.

« Prends-la. » répéta Mata Nui.

Encore une fois, Gresh ne fit aucun mouvement pour le faire. Mata Nui remit finalement son épée dans son fourreau. « Alors aide-moi. » dit-il à Gresh. « Ou écarte toi de mon chemin. »

§§§

Non loin de là, Raanu était assis dans sa chambre, plongé dans ses pensées. Il s'attendait à moitié à ce que ce jour vienne depuis que les villages avaient été unifiés. Après tout, il en savait bien plus à propos des créations des Grands Êtres que n'importe qui d'autre l'aurait suspecté.

Autrefois, Bara Magna était un morceau d'un monde plus grand nommé Spherus Magna. Puis vint la Guerre du Noyau, un conflit planétaire dont résulta en la destruction de la planète. Pendant les jours sombres de cette guerre, Raanu avait brièvement servi les Grands Êtres quand ils avaient tenté de stopper le conflit.

C'était à cette période qu'il vit personnellement quelque chose que les Grands Êtres étaient en train de construire. C'était un robot gigantesque avec le pouvoir de voler dans l'espace. Tout d'abord, il pensa que peut-être qu'il était destiné à emmener les Agori au loin pour leur sécurité. Quand il s'avéra que ce n'était pas le cas, il le rejeta comme une expérience vaine faite par les dirigeants qui avaient perdu le contact avec ceux qu'ils dirigeaient. Dans la lutte pour survivre après le Fracassement, il avait oublié tout cela.

Puis vint Mata Nui. Il commença à entendre les histoires de cet exilé d'un autre univers, sa connaissance des Grands Êtres, et les plans qu'il avait découvert pour un énorme robot. Kiina avait dit qu'il semblait les reconnaître, et plus, y être lié. C'est à ce moment là que Raanu avait commencé à penser que ce visiteur était plus que ce qu'il semblait être au premier abord.

Maintenant il savait. « L'univers » dont Mata Nui avait été exilé était le corps que les Grands Êtres avaient construit - il ne savait ni comment ni pourquoi une telle chose avait pu se produire, mais il n'avait jamais compris la science des Grands Êtres en premier lieu. Maintenant, Mata Nui voulait un nouveau corps pour remplacer l'ancien, même si ce corps était la cité des Agori.

Pouvait-il dire non ? Après tout, sans Mata Nui, il n'y aurait pas eu de cité. Les Skrall auraient réduit en esclavage tous les Agori, tué tous les Glatorian, et dirigé Bara Magna d'une poigne de fer. Il ne pouvait pas nier que c'étaient l'héroïsme et l'inspiration de Mata Nui qui avaient sauvé son peuple.

Et pourtant, comment pourrait-il dire oui ? Sans la cité, les Agori seraient à peine plus que les Vorox ou les Fossoyeurs, forcés de survivre dans le désert avec peu de protection. Et tout ça pour quoi ? Mata Nui faisait comme si c'était une question de vie ou de mort, mais n'avait jamais spécifié de quelles vies et de quelles morts il s'agissait.

Raanu avait consulté les autres chefs Agori et d'autres Glatorian. Ils avaient tous été d'accord pour lui laisser prendre la décision, certains qu'il choisirait la solution la plus sage.

L'Agori se leva pour partir. Il aurait à parler à Mata Nui - il devait au moins cela au guerrier. Et il devait se préparer à ce qui pourrait se produire, s'il disait non à Mata Nui.

§§§

Raanu trouva Ackar et Gresh juste à l'extérieur de la cité, près des cendres d'un feu. Ils avaient dit que Mata Nui était parti de lui-même dans le désert. Ackar se proposa pour accompagner le chef des Agori s'il allait chercher Mata Nui, mais Raanu dit non. Une torche à la main, il suivit la piste de Mata Nui dans les dunes.

Il trouva l'objet de ses recherches assis sur un rocher, regardant fixement les étoiles. Raanu décida de ne pas perdre de temps. « Je sais qui... et ce que... tu es. Du moins, je crois. »

Mata Nui jeta un coup d'œil au sable, puis à Raanu. « Alors tu dois savoir que j'ai été créé pour une raison. J'ai une destinée à accomplir, et pour cela, j'ai besoin de... »

« Je sais de quoi tu as besoin. » dit Raanu. « Les Agori en ont aussi besoin. Pourquoi es-tu plus important qu'eux ? »

« Raanu, quand je suis venu ici, je ne savais pas où j'étais ni pourquoi, » répondit Mata Nui, à voix basse. « Maintenant j'ai mes réponses. Je sais que je vous demande beaucoup, à vous tous, mais vous devez me croire. Je suis ici pour aider. Donnez-moi les moyens pour me laisser faire ça. »

« D'après ce que tu as dit, ton propre peuple croyait en toi, et cela ne les a pas menés très loin, » dit Raanu.

Mata Nui commença à répondre. Puis il se raidit, le regard à nouveau bloqué sur les étoiles. « Il arrive. »

« Qui ? » demanda Raanu, ennuyé. « Ne pense pas que tu peux me jouer un tour... »

« Ce n'est pas un tour, tu... » dit Mata Nui. Il se frappa lui-même avant de dire quelque chose qui puisse insulter le doyen respecté. « Tu ne peux pas le voir ? Makuta m'a trouvé et il arrive ici. Je peux le sentir - J'ai vécu dans ce corps pendant 100 000 ans - je peux sentir qu'il approche. Raanu, je suis le seul ayant l'espoir de l'arrêter. Tu dois accepter ma requête avant qu'il ne soit trop tard ! »

Raanu n'avait jamais autant senti le devoir de diriger peser ses épaules que maintenant. Ce serait facile de renvoyer Mata Nui en le faisant passer pour un menteur ou un fou et d'oublier toute l'affaire. Le problème était qu'il savait que cela serait une injustice. Mata Nui n'était ni fou, ni un menteur, réalisa-t-il. Le guerrier était sincèrement effrayé pour lui et Bara Magna. Et si un être qui avait fait face à toute une légion de Skrall seul avait peur, il devait y avoir une bonne raison.

Il ne pouvait presque pas croire les mots qui allaient sortir de sa bouche. Il n'avait pas conscience de prendre une décision. Mais une fois que ce fut fait, il savait qu'il n'y avait pas d'autres décisions possibles.

« Très bien. » dit Raanu. « Je remets la survie de mon peuple entre tes mains, Mata Nui. Je vais te donner ce que tu demandes. Mais tu dois savoir ceci... trahis-nous, et aucune armure ne te protègera de ma vengeance. Ce corps artificiel a existé en tant que pièces détachées, et il peut le redevenir. »

Avant que Mata Nui ne puisse dire merci, Raanu se retourna et marcha vers la cité. « Nous allons commencer l'évacuation à l'aube. » dit le chef des Agori par dessus son épaule. « Sois prêt. »

J'étais prêt pour cela dès l'instant où je suis arrivé ici, pensa Mata Nui. Mais la plus grande question est - suis-je prêt pour Makuta ?

Chapitre 4

Des mois avaient passé depuis que Makuta s'était emparé du pouvoir dans l'univers de Mata Nui, et pourtant il n e s'était toujours pas habitué aux puissances qui étaient désormais sous son contrôle. Lorsqu'il s'élança à travers le vide de l'espace, se dirigeant vers Bara Magna, il pensa à comment tout cela avait commencé.

L'espèce des Makuta avait été créée par Mata Nui. Ils devaient vivre à l'intérieur du corps massif robotique de Mata Nui, servant ses intérêts et protégeant les travailleurs nanotechnologiques nommés Matoran. Leur travail principal était la création d'animaux, de poissons, d'oiseaux et d'insectes, généralement appelés « Rahi », qui serviraient divers intérêts à l'intérieur de « l'Univers » qui existait en Mata Nui.

Au fur et à mesure, le rôle des Makuta évolua. Ils devinrent activement impliqués dans la protection de Mata Nui contre les différentes attaques internes, de races comme les Barraki, les Skakdi, et d'autres. Pour les aider dans cette tâche, ils créèrent une espèce de guerriers en armure nommée Rahkshi. Ces créatures mortelles étaient faites à partir de la propre substance des Makuta et étaient loyales, féroces, et implacables au combat.

Les importantes responsabilités qu'ils avaient auraient du être suffisantes pour les Makuta. Mais dès le début, ils avaient été affligés par l'ambition. Ils regardèrent autour d'eux, et virent les Matoran honorer Mata Nui - la source de lumière, de chaleur, et virtuellement de tout dans leurs vies - et cela les frustra. Après tout, c'étaient les Makuta qui avaient créé les oiseaux qui remplissaient les cieux et les poissons qui nageaient dans les eaux. Pourquoi aucun n'honorait - ou mieux encore, ne vénérait - les Makuta ?

La frustration les conduisit à la colère, qui les mena à des idées de vengeance. Si les Matoran n'admiraient rien en dessous du pouvoir ultime, alors les Makuta prendraient ce pouvoir et conquerraient leur univers. Cela signifiait se tourner contre Mata Nui et le renverser. Les risques étaient énormes. Si leur plan échouait, Mata Nui n'aurait pas d'autre choix que de les éliminer. Mais si ça réussissait...

Teridax, chef de la Confrérie des Makuta, établit un plan complexe, en plusieurs étapes. Cela commença avec l'utilisation d'un virus pour infecter les systèmes robotiques de Mata Nui. Quand les systèmes s'effondrèrent, Mata Nui perdit conscience et s'écrasa dans les eaux de la planète Aqua Magna. Prenant avantage du chaos, le Makuta tenta de prendre le pouvoir, pour être repoussé seulement par des héros nommés Toa.

La défaite ne fit que nourrir les ambitions des Makuta. Teridax se résolut au fait que s'il ne pouvait pas diriger l'univers en l'absence de Mata Nui, il deviendrait l'univers. Il prendrait le contrôle du gigantesque corps robotique et ne laisserait aux Toa, Matoran et autres habitants pas d'autre choix que de lui obéir.

Cela prit 1 000 ans de patience, de manipulation, et même quelques défaites feintes pour que ses plans se réalisent. Sévèrement blessé par la chute, Mata Nui finit par mourir. Un Toa nommé Matoro, utilisant le Masque de Vie, ramena le robot à la vie par le sacrifice de sa propre existence. Mais avant que l'esprit de Mata Nui ne puisse retourner dans son corps, l'esprit du Makuta prit le contrôle du robot. Comme aucune forme de vie ne peut avoir deux esprits qui la dirigent, Mata Nui se retrouva exclu de son propre corps.

La revanche de Teridax n'était pas accomplie. Il détruisit le reste de la Confrérie des Makuta pour être certain qu'ils ne pourraient jamais recréer le virus qui avait fait tomber Mata Nui. Puis il força l'esprit de Mata Nui à aller dans le Masque de Vie et éjecta le masque dans l'espace.

À ce moment là, Teridax était certain d'avoir vu la dernière trace de Mata Nui. Il pensait que le masque flotterait certainement sans fin dans l'espace, ou qu'il serait brûlé par un soleil, ou fracassé par un astéroïde. Il avait tort.

Il y avait seulement quelques jours, il avait réussi à remettre en marche tous les capteurs du robot. Immédiatement, il détecta les énergies du Masque de Vie sur une autre planète, un endroit identifié par les dossiers électroniques comme étant Bara Magna. Si le masque existait toujours, alors c'était aussi le cas pour Mata Nui. Teridax ne pouvait pas permettre cela. Même s'il était douteux que Mata Nui prépare une attaque, Teridax ne voulait pas commencer sa conquête de l'univers avec un ennemi potentiel en liberté.

Mata Nui devait être détruit.

En activant les réacteurs construits dans le robot, le Makuta se propulsa dans l'espace vers un combat final contre Mata Nui. Cela serait ridiculement simple : se poser sur la planète, écraser le masque sous ses pieds en armure, et peut-être quelques habitants aussi, pour faire bonne mesure. Bara Magna deviendrait une base d'où il lancerait des futures attaques sur d'autres mondes, et ses résidents seraient esclaves pour le travail et (s'ils ont de la chance) une partie de la nouvelle armée du Makuta.

Makuta Teridax augmenta sa vitesse. Il tenait à éliminer le dernier vestige de son passé et commencer son glorieux futur. Sa force était au dessus de toute comparaison, son pouvoir suffisant pour détruire un monde, et sa résolution dure comme fer.

Comment quelqu'un pourrait s'opposer à lui ?

§§§

Tahu, Toa du Feu, était frustré, et furieux.

Des mois avaient passé depuis qu'il avait d'abord appris que cet univers - toutes les terres, l'océan, même le ciel et les étoiles - faisait partie de l'intérieur d'un être mécanique géant. Pire, il découvrit ceci après que le Makuta ait pris le contrôle de l'univers.

Depuis, il avait dirigé une rébellion contre son désormais bien plus puissant ennemi. Mais malgré quelques victoires mineures, lui et ses alliés étaient incapables de vraiment nuire au Makuta. Cela le rongeait. Il était un Toa - un héros - créé pour protéger les villageois Matoran du mal. Et pourtant lui et ses coéquipiers étaient incapables d'apporter la sécurité au moindre habitant de l'univers. Maintenant ils étaient dispersés, combattant contre les guerriers en armure de Makuta, les Rahkshi, et n'accomplissant rien.

Sa frustration n'avait que grandi dans les quelques dernières heures. Lui et Onua, Toa de la Terre, avaient préparé une embuscade élaborée pour une douzaine de Rahkshi. Juste au moment où ils allaient tomber dans le piège, les créatures se retournèrent et partirent en silence.

« Qu'est-ce qui s'est passé ? » lança Tahu. « Ont-ils repéré le piège ? »

Onua se leva, regardant la colonne de Rahkshi à travers ses yeux plissés. « Non, » dit-il, avec assurance. « Quelque chose d'autre s'est produit ici, et je pense que nous ferions mieux de trouver ce que c'était. »

Tahu repéra quelque chose, venant de l'est, bas dans l'horizon. C'était un personnage avec des ailes, qui semblait vaguement familier même de loin. Comme la nouvelle venue se rapprochait, il la reconnut comme une membre du secret Ordre de Mata Nui, des combattants de talent dédiés à la cause du Grand Esprit. Ils faisaient parti des plus puissants guerriers dans le combat contre le Makuta, mais avaient aussi subi de terribles pertes.

La femelle battait de ses ailes en lambeaux pendant qu'elle faisait du sur-place devant les deux Toa. « J'ai été envoyée avec un message. Les Rahkshi se déplacent tous, en direction du sud. Personne ne sait pourquoi, mais ils se rassemblent en une armée. »

Le sud ? se demanda Tahu. Mais il n'y a rien là-bas. La partie la plus basse du robot était un groupe d'îles dispersées, majoritairement inhabitées, et sans valeur stratégique. Pourquoi Makuta voudrait - et c'était sûrement son œuvre - envoyer les Rahkshi là-bas ?

Il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir.

« Trouve autant de Toa que tu peux, » dit-il à l'agent de l'Ordre. « Dis leur où nous allons à la poursuite de ces Rahkshi. »

« Tahu, et si c'est un piège ? Si le Makuta veut que nous laissions tous les autres endroits sans défenses ? » demanda Onua.

« Si Makuta voulait nous détruire tous, plus chaque Matoran, il pourrait le faire en un instant. » dit Tahu. « Il n'a pas besoin de ruse, plus maintenant. Mais si nous pouvons encercler ses Rahkshi et les anéantir, peut-être que nous pourrons ralentir ce qu'il a planifié. »

Il regarda le personnage volant. « Fais-le. Trouve toute l'aide que tu peux. Nous avons une opportunité, et je ne vais pas la gâcher. »

§§§

Nektann se tenait au sommet des ruines de ce qui avait autrefois été une grande structure et regardait le défilé des Rahkshi passer. Les « fils du Makuta » en armure avaient été envoyés sur l'île de Zakaz pour pacifier ses habitants, la race des Skakdi. Ils n'avaient pas été doux pour accomplir leur tâche.

Il était toujours choquant de réaliser que Zakaz et tout autour n'était pas une partie d'un monde, mais juste les entrailles d'un robot géant. Nektann savait ce qu'était y être un seigneur de guerre, mais il n'était pas un ingénieur et ne comprenait pas comment de grandes machines fonctionnaient. Chaque pièce d'une machine n'a-t-elle pas un rôle à jouer ? Et si c'était le cas, quel était le rôle des Skakdi ?

Son peuple avait toujours été composé de guerriers, sauvages et brutaux. Puis un membre de la race des Makuta vint et les changea, bricolant leur nature et les rendant encore plus violents et impitoyables. Son but avait été de faire d'eux une armée, mais le résultat fut des guerriers rendus fous par les batailles qui détruisaient leurs cités dans une guerre civile totale. Les autres espèces prirent peur et détestèrent les Skakdi depuis, et les Skakdi détestèrent les Makuta.

Maintenant un Makuta dirigeait la machine entière, et les choses avaient changé. Nektann avait été le premier seigneur de guerre à s'allier avec le nouveau pouvoir de l'univers. Les autres membres de son espèce qui refusèrent les règles du Makuta virent les Rahkshi s'occuper d'eux. Et la légion de Nektann se retrouva en rang derrière les Rahkshi, marchant vers les navires qui les transporteraient au sud.

Nektann ne savait pas ce qui l'attendait, lui ou ses troupes, sur les îles inhabitées, mais il n'avait pas hésité à donner l'ordre de se mettre en route. Après tout, le Makuta leur avait promis un nouveau monde à conquérir.

Chapitre 5

C'était un témoignage du respect que les Agori avaient pour Raanu qu'ils aient, à sa demande, déménagé le peu de choses qu'ils possédaient et aient abandonné leur nouvelle ville. Oui, il y avait des interrogations et quelques plaintes, mais ils firent confiance au doyen de Vulcanus. S'il disait qu'ils devaient partir, il y avait une raison à cela.

À présent Mata Nui se tenait à l'intérieur de la tête de ce corps robotique longuement inutilisé. Entre ses mains, il tenait un petit coffre en métal contenant une petite étincelle d'énergie. La récupérer à l'intérieur du volcan lui avait presque coûté la vie. N'importe qui le voyant se serait demandé comment quelque chose si petit pourrait potentiellement donner vie à un robot aussi grand.

Mata Nui n'aurait pas pu leur répondre. Mais il savait de ce qu'il avait appris dans la tour que de la plus infime quantité cette énergie brillante pourrait résulter une deuxième explosion. Les morceaux du robot pourraient être projetés à travers Bara Magna à nouveau, ou simplement désintégrés. Il n'y aurait jamais le temps de les rechercher et d'essayer à nouveau avant l'arrivée du Makuta.

« Tu en es certain ? ». La question venait de Kiina. Elle venait juste d'achever un dernier contrôle de la ville pour s'assurer que tous les Agori et les Glatorian l'avaient quitté.

« Non, » répondit Mata Nui. « Mais c'est ce que je dois faire. »

« Tu pourrais être tué, » dit-elle. « Tu pourrais tuer beaucoup d'autres personnes aussi, si cette chose explose. Tu as pensé à cela ? »

« Naturellement, » dit Mata Nui. « Si je n'essaie pas, je suis mort, tout comme nul ne sait combien d'autres. Tous ceux dont le Makuta ne voit pas l'utilité, il les détruira. C'est certain. »

Kiina inclina la tête. Elle regarda en hauteur vers le haut plafond, ayant toujours du mal à comprendre ce qu'il y avait à l'intérieur du crâne d'un robot. Les Grands Êtres avaient fait des choses assez folles en leur temps, mais les robots géants étaient nouveaux pour elle.

Mata Nui tendit le coude pour faire descendre Click de son épaule vers sa main. Il le tendit à Kiina. « Prends-le. Je ne veux pas qu'il soit blessé. »

Kiina accepta l'insecte avec un peu de réticence - elle n'adorait pas les insectes. Mais elle savait quelle importance ce coléoptère avait pour son ami, ainsi elle fit ce qui lui était demandé.

« Ce ne sera plus jamais pareil, n'est-ce pas ? » dit-elle calmement.

« Quoi ? »

« Toi, déjà, » répondit Kiina. « Tu as combattu avec nous, ri avec nous, as pleuré pour nos morts, et nous a aidé à reconstruire après l'invasion des Skrall. Tu as été l'un des nôtres, et maintenant tu vas devenir… ceci. »

« Mais toujours la même personne, » assura Mata Nui. « Toujours votre ami. »

« Un ami qui fait des milliers de kilomètres de haut ? » dit-elle, avec un rire forcé. « J'aurais l'air plus petite qu'un insecte vue de là-haut. Nous en aurons tous l'air. Et tu partageras à peu près autant avec nous que nous le faisons avec des coléoptères Scarabax. »

Mata Nui posa une main sur son épaule. « Je ne vous oublierai pas, Kiina… ni ma promesse. Je t'emmènerai sur un nouveau monde. Une fois, j'ai fait l'erreur d'ignorer les autres parce que cela ne faisait pas partie de ma mission, pensant qu'ils seraient toujours là pour faire ce pour quoi j'aurais besoin d'eux pour le faire. Si je leur avais prêté bien plus d'attention… beaucoup de malheurs ne se seraient pas produit. »

Il sourit. « Mais dans tout ce malheur, un certain bien est ressorti de mes erreurs. Je vous ai rencontré. »

Kiina se précipita pour embrasser Mata Nui. « Ne m'incite pas à pleurer, » dit-elle doucement. « Je suis une Glatorian. Nous ne faisons pas cela. »

Après quelques instants, Mata Nui s'éloigna doucement. « Tu devrais partir. Cela va devenir dangereux. »

« Je pourrais rester et aider, » dit-elle. « Tu pourrais avoir besoin de moi. »

Mata Nui secoua la tête. « Allez, rejoins Ackar et Gresh. Dis-leur… que je leur dis merci. J'ai vu beaucoup de mondes, mais vous m'avez tout montré quelque chose que je n'avais jamais découvert - le monde de l'amitié et de la foi et de la confiance. »

La voix de Kiina ne viendrait pas. Elle inclina la tête rapidement et s'éloigna, se dirigeant vers la sortie la plus proche du désert. Une fois à l'extérieur, elle grimpa sur sa monture et partit dans le désert lointain, où les autres attendaient. Et alors qu'elle avançait, des sables qui n'avaient jamais connu la pluie étaient embrassés par ses larmes.

§§§

Il était temps.

Mata Nui inséra le coffre dans une fente conçue à cet effet dans l'enveloppe du crâne. Il y eut un énorme éclat de lumière comme si l'énergie parcourait le corps du robot, soudant les morceaux ensemble et mettant sous tension les systèmes. Un bourdonnement sourd emplit l'air.

Il attendit, retenant son souffle. Ce corps était instable, Mata Nui savait déjà cela. Les innovations que les Grands Êtres avaient développé pour son corps original n'avaient pas encore été développées lorsque ce prototype avait été créé. Si la petite quantité d'énergie s'avérait être de trop, Mata Nui savait qu'il ne survivrait jamais à l'explosion.

Rien ne survint. Malheureusement, il n'y avait aucune garantie que rien n'arriverait plus tard - les enregistrements des Grand Êtres étaient vagues sur combien de temps ce prototype avait été en fonction avant d'échouer de manière désastreuse. Toutefois, il n'avait aucun moyen de choisir ce qu'il ferait par la suite.

Lentement, il se leva et mit ses mains sur le Masque de Vie qu'il portait. Les pouvoirs du masque avait créé le corps qu'il avait actuellement à partir des sables de Bara Magna. Dès qu'il l'enleva, son corps se dissolut, redevenant les atomes dispersés qu'il était à l'origine. Lorsque ses mains disparurent, le masque tomba à la terre.

Jusqu'ici, la théorie de Mata Nui avait été exacte. Même si son corps avait disparu, son esprit avait survécu à l'intérieur du Masque de Vie. Maintenant il devait faire quelque chose qu'il n'avait jamais essayé avant : projeter cet esprit dans une autre carapace.

Cela fut difficile, presque impossible. Projeter sa conscience dans un vide allait contre tous les instincts. Il n'y avait aucune façon d'être sûr qu'il pourrait habiter le robot, ou même s'il pourrait retourner de nouveau dans le masque s'il échouait. Son esprit pourrait simplement flotter pour toujours, immatériel et incapable d'empêcher ce qui allait bientôt arriver.

Non, pensa-t-il. Cela ne se produira pas. Je dois bien trop à un trop grand nombre pour l'accepter.

Mata Nui se concentra sur le robot, se représentant chacun des morceaux de celui-ci, s'imaginant au contrôle de la gigantesque construction. Jetant chaque partie de son esprit dans cette formidable lutte, il voulait sortir du masque.

Il eut un terrible sentiment de confusion. Le monde commença à tourner. Il avait comme l'impression de voler, mais sans contrôler sa vitesse ou sa direction. À un moment, il traversa le crâne du robot et vit l'atmosphère de Bara Magna. Alors son esprit effréné plongea par l'un des grands yeux plus bas, et rebondit dans le corps.

Je ne suis pas habitué à ça, admit-il. Les Makuta sont des maîtres en matière de saut d'un corps à un autre, mais c'est quelque chose je n'étais jamais censé faire. Mais je devrais apprendre rapidement.

Mata Nui s'efforça de revenir vers la tête du robot. C'était comme essayer de faire tourner un bateau énorme dans la tempête. Il pouvait sentir l'environnement lui résister, mais il ne céderait pas et ne perdrait pas le contrôle. Sans corps à habiter, il savait qu'il deviendrait rapidement fou.

Il ressentit qu'il venait comme de tituber violemment. Soudainement, il regarda vers le ciel. Était-il allé au delà de son objectif ? Était-il en dehors du robot à nouveau ? Pourrait-il faire marche arrière ? Peut-être, se demanda-t-il, que je devrais essayer de retourner à nouveau dans le masque. Peut-être il y a un moyen autre d'arrêter le Makuta qu'avec cette machine antique.

Mata Nui réessaya de mettre en marche son esprit, mais cette fois, rien ne se produisit. Puis il réalisa que le monde ne défilait plus follement. Son regard était fixé sur le ciel. Il voyait à travers les yeux du robot !

Je l'ai fait, se dit-il, y croyant à peine. Je l'ai fait ! Ce corps est le mien à présent. J'ai une nouvelle chance de faire ce pour quoi j'ai été créé - et cette fois, je n'échouerai pas. Je le jure.

§§§

Loins dans le désert, Ackar, Kiina et Gresh se tenaient avec le reste des Agori et Glatorian. Ils virent le flash lumineux de l'énergie qui provenait du robot. Kiina voulut repartir sur ses pas et était convaincu que Mata Nui avait des problèmes, mais Gresh la retint.

« Nous ne pouvons pas l'aider maintenant, » lui dit-il. « C'est quelque chose qu'il doit faire tout seul. »

« Au nom de -- ? » chuchota Ackar. « Regardez ! Ça se déplace ! »

C'était vrai. Le robot se levait lentement, le sable pleuvant vers le bas comme en même temps. Alors que les Glatorian l'observaient, il se mit sur ses genoux, puis se leva de toute sa taille. Ils le regardèrent émerveillés alors que l'être mécanique dominait leur monde.

Non, pensa Kiina, pas 'ça' - ce n'est pas un robot. C'est… Mata Nui.

« Il l'a fait, » dit Ackar. « Je ne peux le croire. »

« Et maintenant quoi ? » demanda Gresh. « Pouvons-nous au moins lui parler ? Il nous entendra, de tout là-haut ? »

« Peut-être pouvons-nous attirer son attention, » répondit Ackar. Soulevant son épée et invoquant les puissances que Mata Nui lui avait nouvellement données, il lança une boule de feu très haut dans l'atmosphère.

La tête du robot tourna légèrement vers le signal flamboyant. Puis Mata Nui regarda vers le bas en direction de là où ses compagnons attendaient. Il activa les sections de communication de son nouveau corps, faisant attention à ce que sa voix ne soit pas trop forte. À plein volume, la voix du robot pourrait briser les crânes de toute la planète.

« Bien joué, Ackar, » dit-il. Même en parlant « doucement » ses mots ressemblaient à des explosions sonores en bas. « Tahu n'aurait pas fait mieux. »

Kiina jeta un regard à Gresh. « Qui est Tahu ? »

Gresh haussa des épaules. « Peut-être un certain Glatorian que nous ne connaissons pas. »

« Mata Nui, peux-tu m'entendre ? » cria Ackar vers le robot.

« Nul besoin de crier, » lui répondit Mata Nui. « Mes capteurs peuvent surprendre un coléoptère en train de respirer, si je veux qu'ils le fassent. Allez-vous tous bien ? »

« Oui, » répondit Kiina. « Mais qu'en est-il de toi ? »

« J'avais presque oublié… » commença Mata Nui. « Ce corps est… différent de mon ancien de bien des manières. Mais avec de la chance il a la puissance de faire ce qui doit être fait. »

Même à l'instant qu'il le disait, Mata Nui savait qu'il y avait vraiment peu d'espoir pour cela. Pour mener à bien sa mission, il avait besoin d'un deuxième robot, d'égale puissance. Et le seul autre qu'il savait être existant était sous le contrôle d'un fou.

Je dois essayer, se dit-il. Autrement, à quoi tout cela aurait-il servi ? Je ne peux pas avoir fait tout cela pour ça, avoir tant parcouru, pour simplement échouer.

« Tâchez de vous mettre à l'abri, » dit-il à la foule rassemblée en dessous. « Je ne sais pas si ce que je vais tenter fonctionnera, ni même ce qui se produira si cela fonctionne. Je dois être certain que vous êtes en lieu sûr avant de commencer. »

« À l'abri ? » lui dit Gelu, un ex-Glatorian du village de la glace. « Quel abri ? N'es-tu pas en train de le porter notre abri ? »

« Il y a des cavernes tout près, » dit Ackar. « Nous ferons entrer tout le monde dedans. »

§§§

Mata Nui observa les Glatorian et Agori se mettaient en sécurité. Kiina avait eu raison sur une chose - ils ressemblaient à des insectes d'ici. Mais si jamais elle croyait qu'il ne penserait jamais à eux, elle était fortement dans l'erreur. Chacun de ces points mouvants ci-dessous était un être intelligent avec des espoirs et des rêves. Si Mata Nui avait son mot à dire quant à cela, ces espoirs seraient réalisés et ces rêves deviendraient réalité.

Il sonda avec ses capteurs la surface de Bara Magna. Vorox, Fossoyeurs, et Skrall étaient toujours en activité dans le désert. Bien qu'il doutait qu'ils l'écouteraient, il devait essayer de les avertir.

« Attention, » dit-il, de sa voix portant partout sur le monde. « Après 100 000 ans, il est temps que les dommages faits à Bara Magna soient annulés. Votre monde original, Spherus Magna, peut exister à nouveau. Mais on ignore les risques - cherchez un abri maintenant, pour votre propre sécurité. »

Il attendit quelques instant pour voir quel effet son avertissement pourrait avoir eu. Effrayés par la voix qui venait à eux de partout, la plupart des Vorox se réfugièrent sous terre. Les Fossoyeurs et les Skrall s'agitèrent, mais rien de plus. On ne pouvait pas s'attendre à plus. Ces deux groupes penseraient assurément que ceci était une duperie, même en voyant Mata Nui apparaitre indistinctement au-dessus d'eux pour appuyer ses dires.

Il n'y avait aucune raison d'attendre davantage. Mata Nui leva les yeux vers l'espace. Bara Magna et ses deux lunes, Aqua Magna et Bota Magna, faisaient par le passé toutes parties d'une même planète, Spherus Magna. Reformer ce monde signifiait réunir chacune des trois planètes à nouveau et les fusionner ensemble.

Mata Nui leva les deux bras et lança des faisceaux d'énergie concentrée de ses mains. L'énergie était de la gravité artificielle d'une énorme puissance. Mais seule, aurait-elle la force de déplacer deux lunes ?

Son réseau de capteurs indiqua que les faisceaux avaient traversé l'espace pour atteindre leurs deux cibles. Mais il montra également autre chose : un objet approchant Bara Magna à grande vitesse. En l'espace d'un instant, l'objet avait éclipsé le soleil, plongeant la planète dans l'obscurité.

Quelle meilleure manière d'annoncer son arrivée ? pensa sinistrement Mata Nui. Les ombres ont toujours été sa façon de s'annoncer.

Un vent sifflant envahit la surface du monde, agitant des tempêtes de sable mortelles. Une salve de puissance frappa le désert occidental, créa,t un cratère énorme. Un impact puissant frappa Bara Magna, déclenchant des tremblements de terre à l'échelle planétaire.

Mata Nui observa le personnage qui l'éclipsait lui-même. Les yeux rouges flamboyant du nouveau venu transperçaient Mata Nui, le glaçant jusqu'à son cœur.

« Bonjour, frère, » dit le visiteur. « J'ai pensé qu'il était temps pour une réunion de famille. »

Par ces mots, il ne pouvait plus y avoir même le plus léger doute.

Le Makuta était arrivé.

Chapitre 6

L'impact de l'atterrissage du Makuta secoua la caverne, entraînant une pluie de roche et de poussière. Pendant que Raanu et Ackar tentaient de garder les Agori calmes, Kiina et Gresh regardaient au dehors depuis l'entrée de la grotte. Ce qu'ils virent les stupéfia.

Deux gigantesques robots se tenaient debout dans le désert, se faisant face. Ils en reconnurent un comme étant Mata Nui. L'autre, plus grand et apparemment plus fort, leur était inconnu. Mais ils pouvaient tenter de deviner qui c'était.

« Deux ? » dit Gresh « Il y en a deux ? »

« Le grand doit être le Makuta. » dit Kiina. « Mata Nui a dit à Raanu qu'il arriverait. C'est mauvais. »

« Mauvais comment ? »

« Et bien, regarde le. » dit Kiina d'un ton brusque. « S'il agite un orteil, il peut faire tomber la montagne entière sur nous. Nous devons trouver un moyen d'aider Mata Nui. »

Gresh souleva son bouclier et sortit de la grotte. « Alors qu'attendons-nous ? »

Kiina leva le bras pour bloquer sa sortie. « Un plan, et le bon moment, mon garçon... pour l'instant, nous serions juste une source d'inquiétude pour Mata Nui. Attendons et regardons pendant un moment. »

Gresh la regarda, un signe d'incrédulité sur la face. « Quand as-tu commencé à parler comme Ackar ? »

Kiina sourit. « Quand je suis devenue intelligente - alors écoute, et peut-être que tu vivras assez longtemps pour faire cela aussi. »

§§§

Mata Nui regarda dans les yeux rouges du cauchemar mécanique qui se tenait devant lui. Il savait que ses pensées auraient du être concentrées sur comment vaincre le Makuta, comment sauver son peuple enfermé dans ce robot, et comment protéger Bara Magna de la destruction durant le processus. Mais il ne pouvait que se demander - est-ce que je ressemblais à ça ? Est-ce pour ça que les Grands Êtres ont conçu le robot de manière à ce qu'il puisse se dissimuler, pour qu'il ne terrifie pas quiconque le voyant ?

« Du silence ? » dit le Makuta. « Pas de menaces ? Pas d'accusation publique ? Pas de promesse de revanche ? Tu me déçois. »

« Je n'ai besoin de faire une seule de ces choses. » répondit Mata Nui. Bien qu'il parlait calmement, le son de ses mots résonnaient encore partout sur la planète. « Je n'ai pas non plus besoin de prouver mon pouvoir dans un combat inutile contre toi. Nous n'avons pas besoin de combattre. »

Le Makuta rit, un son dur, métallique. « Non, bien sur, nous n'en avons pas besoin. Tu peux juste mentir, te coucher et mourir maintenant. Tu m'épargnerais au moins un effort de quelques minutes, et pour toi beaucoup de douleur. » Il leva le bras droit. « Ou as-tu besoin de persuasion ? »

Une explosion de puissance fut tirée du gant en armure du Makuta. Elle passa en frôlant la tête de Mata Nui et frappa un des pics des lointaines Montagnes du Pic Noir. La chaleur terrifiante fit fondre la montagne en un instant. Les capteurs sensitifs de Mata Nui captèrent les cris des guerriers Skrall éloignés dans la fraction de seconde avant qu'ils ne soient recouverts par le magma.

« Je pourrais faire ça toute la journée. » déclara le Makuta, « Et le jour d'après. Tu répliquerais, naturellement, et entre nous, nous dévasterions la planète... ce qui me donne une idée. »

Le Makuta leva le bras à nouveau et Mata Nui se prépara à une autre attaque. Mais cette fois, le Makuta ouvrit la main et se tourna pointant sa paume vers le haut. « Rejoins-moi, dit-il. Dans ces corps, nous avons le pouvoir de décimer l'univers entier. Ensemble, nous pourrions contrôler toute la réalité. »

« Tu sais tant de choses, et pourtant tu comprends si peu. » déclara Mata Nui. « Tu regardes le corps que tu m'as volé et ne vois qu'une machine de destruction, une arme pour être utilisé contre celui que tu choisiras. Ne t'es-tu jamais demandé pourquoi les Grands Êtres l'ont créé pour être si puissant ? Ou pourquoi tu t'es senti obligé d'en prendre le contrôle ? »

« Tu parles de ta 'destinée' ? » dit le Makuta, l'acidité coulant de ses mots. « Oui, je sais tout de ta mission - de ta grande quête pour réunir les trois morceaux dérivant de Spherus Magna. Laisse moi te montrer ce que j'en pense. »

Du pouvoir sortit de la main tendue du Makuta. Il frappa Mata Nui à l'épaule, le faisant tituber et faisant une entaille dans son armure robotique.

« Ah, je vois. » dit le Makuta. « Tu dois être avoir un vieux modèle. Des matériaux bon marché, une construction pauvre... Je suis surpris que tu ne sois pas mort là-dedans. »

« Makuta, écoute-moi ! répondit Mata Nui. « Mon destin... C'est aussi le tien. Nous sommes censés travailler ensemble pour restaurer Spherus Magna comme elle était autrefois. »

Le Makuta fit deux grands pas en avant et frappa d'un revers Mata Nui. L'énorme robot que les Agori avaient reconstruit tomba, aplatissant toute une chaîne de montagnes quand il tomba. Makuta se tenait face à son adversaire, le mépris dans les yeux.

« Pourquoi ? » ricanait-il. « Parce que les Grands Êtres ont dit cela ? Où sont-ils ? Qu'ils viennent à l'instant et qu'ils me disent d'eux-mêmes ce que je 'dois' faire. »

Il y eut un silence terrible. Rien ne bougeait dans le désert, et même les charognards qui volaient en cercle dans les airs calmèrent leurs cris.

« Comme je le pensais. » dit le Makuta. « Ils ont abandonné ce monde à son sort. Et tu le devrais aussi, Mata Nui. Il n'y a rien ici pour lequel tu peux te battre. Ou penses-tu que les misérables paysans qui habitent ce tas de sable vont répandre tes légendes et chanter des chansons à ta gloire ? »

Mata Nui se leva. Son nouveau corps était fissuré à plusieurs endroits maintenant. « Je ne suis pas ici pour la gloire, dit-il. « Je suis ici pour rendre justice à ce peuple après de si longues années. »

« Ce peuple. », dit tranquillement le Makuta. « Je suis surpris de ce soudain niveau de préoccupation pour les petites choses qui courent à travers les sables. Tu n'as jamais semblé te soucier beaucoup de ceux dont le travail te maintenait en vie. Et pourtant, tu es ici, essayant d'être le héros de Bara Magna. »

Le Makuta pointa une montagne au sud. Les capteurs à l'intérieur de son corps avaient identifié des centaines d'êtres vivants se cachant dans les grottes au sein de ce rocher. Il déclencha le pouvoir de gravité de son corps robotique, il arracha la montagne du sol, exposant les Glatorian et Agori qui se cachaient à l'intérieur. Ils regardèrent avec effroi la montagne qui planait au-dessus de leurs têtes.

« Devrais-je la faire tomber ? » demanda le Makuta. « Que penses-tu qu'ils penseront de leur 'héros' lors du dernier instant de leur vie ? Vont-ils mourir en te maudissant dans leur cœur ? »

Mata Nui inclina la tête vers son torse. « Tu veux vraiment le faire, n'est-ce pas ? Tuer tous ces innocents juste pour prouver à quel point tu es détraqué ? Tu es un imbécile ». Il regarda le Makuta. « Ce corps ne fais pas de toi un géant. Que tu mesures 12 000 kilomètres de haut ou 30 000, tu es toujours un insecte. »

Il leva ses deux bras, lançant un double jet d'énergie à son adversaire. « Et ici, sur Bara Magna, » hurla Mata Nui, « nous savons quoi faire avec les insectes. »

§§§

À l'intérieur du corps robotique contrôlé par le Makuta, un violent tremblement de terre secoua toutes les terres émergées. Des bâtiments furent renversés, les arbres furent violemment projetés en l'air, les raz de marée percutaient les côtes et les habitants des nombreuses îles fuyaient dans la panique. Ils avaient connu quelque chose de semblable autrefois, un peu plus de 1 000 ans auparavant, et avaient appelé cela le Grand Cataclysme.

Tahu était debout à côté de Takanuva, Toa de la Lumière, quand le tremblement de terre frappa. Tous deux furent jetés à terre par le séisme. Tahu leva les yeux pour voir une masse de métal tomber droit sur eux. Il déchaîna son pouvoir du feu, vaporisant le fer solide.

« Qu'est-ce que c'est que...? » demanda Takanuva. « Une attaque du Makuta ? »

« Je ne crois pas. » déclara Tahu, se remettant sur ses pieds. « Je pense que notre vieil ennemi a juste foncé vers quelqu'un qui sait donner un coup de poing. »

Le Toa du feu pointa un doigt vers l'avant. Les Rahkshi avaient été dispersés comme des feuilles dans le vent par les tremblements. Ils se remettaient seulement maintenant sur leurs pieds et poursuivirent leur voyage vers le sud.

« Vont-ils un jour arriver là où ils vont ? » demanda Takanuva. « Nous avons voyagé pendant des jours. »

« Et trouvé des Toa en chemin. » lui rappela Tahu. « Laisse-les continuer. Au moment où ils s'arrêteront, nous serons prêts à nous occuper d'eux. »

§§§

Mata Nui savait qu'il devait agir au plus vite. L'attaque surprise avait durement frappé Makuta, mais elle l'avait également forcé à laisser tomber la montagne qu'il tenait suspendue. Ne perdant pas de temps, Mata Nui lança une deuxième explosion, transformant la masse de roche qui tombait en poussière avant qu'elle n'écrase les Agori et Glatorian.

« Allez ! » cria-t-il. « Éloignez-vous loin d'ici ! »

En bas, Ackar se tourna vers Raanu. « Fais ce qu'il dit. Emmène les Agori et allez vers l'est, aussi vite que possible. Ne prenez rien sauf ce dont vous avez besoin. »

« Et toi ? » demanda Raanu. « Tu ne viens pas avec nous ? »

La lame d'Ackar rougeoyait. « Je pense que Mata Nui aura besoin d'aide contre ce monstre. Si rien d'autre, je peux être une distraction, et peut-être lui faire gagner quelques secondes. »

« Nous pouvons faire plus que cela. » déclara Kiina. « Gresh a un plan. »

« Je ne sais pas s'il faut être intrigué ou effrayé. » dit Ackar en souriant.

Kiina regarda Gresh, puis de nouveau Ackar. « Tout bien considéré, vieil ami, j'irai avec effrayé. »

§§§

Le Makuta souriait.

« Si prévisible. » dit-il, pendant qu'il se levait pour faire face à Mata Nui une fois de plus. « Et tu ne l'as toujours pas vu, non ? » Mata Nui ne répondit pas.

« Non, bien sûr que non. » continua le Makuta, « Même si ma stratégie serait évidente pour une chenille de tunnel aveugle. Tout ce que j'ai à faire est de menacer les habitants de ta petite fourmilière pour te faire utiliser ton pouvoir afin de les sauver. Inutile de dire que j'ai plus de pouvoir dans ce corps que toi dans le tien. Je peux les menacer à un niveau plus élevé que tu ne peux les sauver. »

Le Makuta regarda les dommages causés à son corps robotique par l'attaque de Mata Nui. « Qui savait que tu avais une telle colère, mon frère ? Tu sembles avoir oublié, dans ta juste colère, que tes précieux Toa et Matoran vivent à l'intérieur de moi. Tu me blesses... et tu les tues. »

Mata Nui savait que Makuta avait raison. Il n'y avait pas moyen de faire tomber son ennemi sans risquer de blesser ou de tuer la population qui vivait à l'intérieur de lui. Mais qu'elle était l'alternative ? Se rendre, et laisser le Makuta conquérir ce monde et puis bien d'autres encore ? Non. Les Toa et Matoran avaient risqué leur vie plus d'une fois pour stopper les plans du Makuta. Ils accepteraient ce qui devait arriver maintenant. Du moins, c'est ce que Mata Nui devait se dire.

Quelque chose commença à clignoter devant les yeux de Mata Nui. C'était un affichage des « censeurs » construit dans le robot. Le voyant vert montrait la vitesse et la trajectoire des deux autres morceaux de Spherus Magna qu'il avait essayé d'amener vers Bara Magna. Tous deux étaient à la dérive au large et nécessitaient plus de puissance pour les ramener dans la bonne trajectoire. Comme il le craignait, il n'avait pas l'énergie nécessaire pour réaliser sa mission lui-même.

Le voyant vert fut remplacé par un clignotement rouge. Il avertissait que l'intégrité structurelle de son corps robotique était en grave danger. Le pouvoir qui permettait au robot de se mouvoir le détruisait lentement, et les dommages causés par le Makuta n'avaient fait qu'empirer les choses. En moins d'une heure, le mécanisme complexe allait s'écrouler et le Makuta aurait gagné.

C'était une mauvaise situation.

Elle était sur le point d'empirer.

Chapitre 7

Le plan de Gresh était simple. Pendant qu'Ackar, Kiina et les autres occupaient Makuta du mieux qu'ils pouvaient, il essaierait de se glisser discrètement dans le robot d'une façon ou d'une autre. Il était vrai que les Glatorian étaient bien trop petits pour représenter une vraie menace pour l'envahisseur, mais Gresh espérait qu'en se concentrant et en tirant avec leur lanceurs Thornax sur les articulations ou les points faibles ils pourraient au moins un peu gêner l'ennemi. Une fois à l'intérieur, Gresh voulait sécuriser l'entrée afin que des Glatorian puissent le rejoindre, pour détruire tout ce qui se trouvait à l'intérieur.

Avec cela à l'esprit, les Glatorian chargèrent. À mi-chemin du Makuta, Kiina prit une autre direction avec sa troupe et Ackar avec la sienne pendant que Gresh virait à l'ouest. Quand ils furent assez près de l'énorme robot, ils commencèrent à tirer sur l'articulation de la jambe gauche de Makuta.

« Concentrez vos tirs ! » cria Ackar, « il faut créer un trou dans sa jambe ! »

Kiina exécuta les ordres d'Ackar mais se rendit compte que cela n'avait aucun effet. Quelque soit la matière dont était fait le robot, il était très solide. Un Thornax pouvait faire une grosse explosion et un gros trou dans la plupart des matières, mais des douzaines n'avaient pas même fait une égratignure à ce métal. Et si le Makuta avait remarqué leur attaque, il ne l'avait pas montré.

Et, bien, pensa Kiina. S'il ne nous a pas remarqué, il ne remarquera peut être pas Gresh.

Cela semblait effectivement être le cas. Gresh s'était frayé un chemin jusqu'au pied massif du robot sans être écrasé, tiré dessus, ou pulvérisé. Encore mieux, il avait trouvé une espèce de trappe sur le côté du robot. Maintenant, le seul défi était d'aller à l'intérieur... et de survivre à ce qui pouvait s'y trouver.

§§§

Le Makuta n'avait peut-être pas agi contre Gresh et les autres, mais il savait qu'ils étaient là. Ses capteurs avaient enregistré leur approche et ses systèmes de contrôle des dommages surveillaient les effets des impacts de Thornax.

Rien de tout cela n'était vraiment surprenant. Le Makuta savait que Mata Nui trouverait des partisans. Sans doute, ils seraient aussi téméraires que les Toa et Matoran qui s'étaient mis en danger pour lui. Comme Mata Nui, ces espèces de héros étaient prévisibles. Pour l'instant, ça ne demandait vraiment aucun effort au Makuta de penser avec deux coups d'avance par rapport à eux.

Dès qu'il avait lancé ses plans pour attaquer Bara Magna, il avait ordonné mentalement à ses forces à l'intérieur du robot de se mettre en marche. À l'heure actuelle, un grand nombre de Rahkshi et de guerriers Skakdi étaient rassemblés, prêts à se déchaîner sur le désert. Il attendait juste le bon moment.

Ce moment venait d'arriver.

§§§

Gresh trouva un point d'ouverture de la trappe, apparemment endommagée par un impact passé. Quelques Thornax bien placés pourraient faire une ouverture assez grande pour lui.

Il était encore en train de viser pour son premier tir quand il entendit un sifflement venir de la trappe. L'instant suivant, elle commença à s'ouvrir lentement. Instinctivement, il se cacha derrière un rocher proche. Ce qu'il vit ensuite fut stupéfiant.

Une horde de personnages en armures sortaient de la trappe. Ils avaient une apparence vaguement reptilienne, et ils étaient de couleurs différentes mais le jaune semblait être la teinte la plus courante. Chacun portait un sceptre. Juste derrière eux venaient quelques-unes des créatures les plus étranges qu'il ait jamais vu, avec d'énormes mâchoires étranges, comme des serpents avec pleins d'épines externes pointues. Ils étaient armés avec des épées, des haches et quelques autres armes.

Avec des sifflements et des hurlements, les envahisseurs débarquèrent sur le sable. Ils percutèrent le groupe d'Ackar et Kiina, surprenant ainsi les Glatorian. Les meilleurs combattants de Bara Magna tombaient devant la sauvagerie des Skakdi et des Rahkshi.

« Reculez ! » cria Ackar. « Regroupez-vous ! »

Kiina attaqua avec son trident l'un des Rahkshi jaunes et lui lança un puissant jet d'eau. Deux faisceaux de Vision Calorifique brillèrent dans les yeux de l'ennemi, et transformèrent l'eau en vapeur. Pendant un instant, Kiina ne pouvait pas voir son ennemi à travers la buée. Puis le Rahkshi surgit et attaqua Kiina et la frappa, lui faisant perdre l'équilibre.

Hébété, Kiina leva son trident pour se défendre. La chaleur du faisceau du Rahkshi fit chauffer l'arme la rendant trop brûlante pour la tenir et elle le laissa tomber en poussant un cri. La créature retira son sceptre pour assener le coup mortel.

Tout à coup, il y eut une secousse horrible et la tête du Rahkshi s'envola. Ackar saisit la main de Kiina et la remit sur ses pieds. « Il n'a pas vu mon épée », dit-il en souriant. « Mais cela n'arrivera pas deux fois. »

Le casque blindé du Rahkshi frappa le sable et s'arrêta. Quelques secondes plus tard une limace en sortit.

« Qu'est-ce que c'est ? » s'écria Kiina.

Ackar visa rapidement avec son épée et lança une boule de feu, incinérant la limace. « Quoi que ce soit... était... ça n'existe plus. »

Kiina ramassa son trident juste à temps pour parer l'attaque d'un Skakdi. « Ces choses de métal, ce sont juste des limaces dans des armures ? »

Ackar hocha la tête pendant qu'il frappait un Rahkshi au sol.

Kiina eut un sourire de loup. « Bon. Alors je n'ai pas à me soucier de la pagaille quand je les briserais en morceaux. »

§§§

Gresh fut très indécis pendant un instant. Fallait-il aider ses amis ou pénétrer enfin dans le robot Makuta ? Puis il se rendit compte qu'il n'avait pas vraiment le choix. Kiina et Ackar feraient passer sauver le monde en premier. Il avait une occasion de le faire, et il n'allait pas la manquer.

Il commença à ouvrir la trappe et s'arrêta brusquement. D'autres personnes arrivaient. Gresh se prépara au combat.

Les deux premiers êtres à entrer dans la lumière du soleil étaient un guerrier rouge en armure et une autre en blanc et or. Gresh les accueillit avec un cyclone qui les plaqua contre le métal. Avant qu'il ne puisse continuer, une explosion de lumière l'aveugla. Il tituba, essayant de rétablir sa vision avant l'attaque qu'il savait imminente.

« Qui est-il ? » dit une voix. « Il ne ressemble pas à une des créations du Makuta. »

« Peut-être que le Makuta avait déjà des agents ici », répondit une autre voix. « Occupe-toi de lui. Nous n'avons pas de temps à perdre. »

« Attendez ! », s'écria Gresh. « Je ne suis pas un ami de Makuta ! J'ai pensé que vous en étiez ! »

La lueur commençait à s'estomper à présent et Gresh pouvait distinguer les formes des dizaines de guerriers de l'autre côté de la trappe. Un s'approcha et lui saisit le bras.

« Donc, ce sont vos amis là-bas, qui combattent les Rahkshi ? » demanda Tahu.

« Oui », répondit Gresh. « Mais que sont les Rahkshi ? »

« Nous les appelons les 'fils de Makuta' d'où je viens », déclara Tahu. « Ce sont des tueurs... et vos amis sont en plus grand danger qu'ils ne le pensent. »

Il se tourna vers les guerriers, grands et petits, qui se tenaient derrière lui. « Allons-y. Ces personnes ont besoin de notre aide ». Tahu regarda par-dessus son épaule vers Gresh. « Tu viens ? »

« Je vais à l'intérieur », répondit le Glatorian. « Je dois arrêter ce Makuta. »

Le guerrier blanc et or, Takanuva, se mit à rire. Il n'y avait pas d'humour dans ce son. « Que penses-tu que nous avons essayé de faire pendant des mois ? Tu ne peux rien faire de bon là-dedans - tu vas juste te faire tuer. Alors reste ici, ou combat avec nous. »

« Alors je suis avec vous », répondit Gresh, courant déjà vers la bataille. « Allons-y. »

« Impatient, n'est-ce pas ? » demanda Takanuva, suivant derrière.

« Ouais », ricana Tahu. ». « Il me rappelle toi. »

Takanuva rit. « Je suppose que j'ai été comme ça, n'est-ce pas ? », dit-il, regardant en arrière vers Tahu. Puis il s'arrêta d'un coup dans son élan.

Tahu ne bougeait pas. Il était debout au milieu du sable, regardant droit devant lui, comme s'il était en transe. Takanuva courut à côté de lui et commença à secouer le Toa du feu.

« Hé, Tahu », dit Takanuva. « Qu'est-qu'il y a ? Allez, réponds-moi ! »

Mais Tahu ne pouvait pas l'entendre.

§§§

Du haut d'une falaise, Stronius regardait la bataille. Dans le passé, il avait été une élite des guerriers Skrall. Sa tribu avait pris le contrôle de la ville de Roxtus et menaçait tous les villages de Bara Magna. Sous la direction de Tuma, et avec l'aide d'un traître Agori, le désert était sur le point de leur appartenir.

Puis le destin décida de faire une blague aux Skrall. Un guerrier nommé Mata Nui était apparu sur la planète. Il rallia les villages contre les Skrall et vainquit en combat individuel Tuma. Dans la bataille qui s'était ensuivie, les Skrall s'étaient séparés et avaient fui la ville. Aujourd'hui, la plupart sont dispersés dans toutes les montagnes et le désert. Stronius n'avait réussi à rassembler que quelques guerriers afin de se venger. Mais ils suffiraient.

Au loin, il pouvait voir les deux robots géants qui combattaient. Il ne savait pas qui ils étaient, et ne s'en souciaient pas. Il voulait Mata Nui, mais ce misérable rat du désert n'était nul part en vue. Ses amis, cependant - Ackar, Kiina, et les autres - étaient au milieu du désert en train de combattre pour leurs vies. C'était un conflit qui partir dans n'importe quel sens, et exactement le genre de situation dont Stronius pourrait se servir.

Mata Nui peut se cacher où il veut, pensa Stronius. Je vais envoyer mes Skrall aider les envahisseurs et écraser les Glatorian. Et ainsi, il devra vivre en pensant que ses amis sont morts pour lui.

« Allez ! » cria-t-il à ses guerriers. « À l'attaque ! Notre vengeance commence aujourd'hui ! »

Chapitre 8

Tahu se tenait debout sur un champ de lave. L'endroit lui semblait familier, mais c'était impossible… si, bien sûr, maintenant il se souvenait. Il était de retour à Ta-Wahi la région du feu et du magma qu'il avait visité il y a plus d'un an. C'était là qu'il avait commencé sa quête des masques Kanohi et son combat contre Makuta.

Il y avait un masque qui flottait dans l'air juste devant lui. Mais il remarqua que ce n'était pas qu'un simple Kanohi, c'était le Masque de Vie. Comment cela était possible ?

Le Masque de Vie n'a jamais été sur cette île, pensa Tahu. Il était à un tout autre endroit, et mon équipe ne l'a pas retrouvé. Ce sont d'autres héros qui ont atteint cet objectif. Alors pourquoi le vois-je, là où je sais qu'il ne peut pas être ?

Une voit vint du masque, même si sa « bouche » ne bougeait pas. Tahu entendait simplement les mots dans son esprit.

Tu vois ce que tu dois voir, dit le masque. Un message a été envoyé ; un message a été reçu. Maintenant je dois te transmettre ma connaissance.

« Alors c'est ça. Je suis à l'intérieur d'une illusion », dit Tahu. « Je peux m'entendre parler mais je ne parle pas vraiment, n'est pas ? Tout est dans ma tête. C'est un tour du Makuta et je vais… »

Un souffle de couleurs et de sons le coupa. Des milliards d'image traversèrent l'esprit de Tahu. Il vit son univers, des êtres connus et inconnus, des aventures dont il n'avait pas fait partie mais dont il connaissait l'existence. Dans ce minuscule instant, il fut plus certain qu'il ne l'avait jamais été que ce qu'il expérimentait n'était pas une tromperie.

Les hordes de Makuta sont imbattables, dit le masque. Les Glatorian et les Agori tomberont.

« Merci pour les encouragements » dit Tahu. « Je n'ai pas subi tout ce que j'ai subi - combattre Makuta, prendre un bain de Protodermis Énergisé et être transformé en Toa Nuva, manquer d'être tué une centaine de fois – pour abandonner maintenant ».

Oui, un Toa Nuva, dit doucement le masque. Pour faire ce que tu dois faire tu dois être ce que tu étais. Devenir Toa Nuva t'a donné une grande puissance mais cela ne doit pas rester.

« Qu'est-ce que ? Que fais-tu ? » commença Tahu.

Il était déjà trop tard. Le pouvoir du masque de vie déferla sur lui, lui supprimant ce que le Protodermis Énergisé avait fait il y a des mois. Son corps, son masque, et son armure avait changé pour redevenir ce qu'ils étaient, quand il avait été créé. Tahu pouvait déjà sentir son pouvoir élémentaire affaibli par la transformation.

« Qu'est-ce que tu as fait ? » dit-il avec rage « C'est la bataille de ma vie, et tu réduis ma puissance ? »

Ce n'est pas à toi de remettre en question les voies de la Vie, répondit le masque. Les Grands Êtres avaient beaucoup prévu, mais pas tout.. Ils savaient qu'une infection pourrait un jour menacer leur robot et c'était le destin d'un Toa de l'arrêter. Pour ce faire, ils m'ont appris comment une Armure Dorée.

« J'ai porté un masque doré autrefois » déclara Tahu encore amer des actions du masque « Il était puisant mais il ne pouvait pas faire ce que vous me demander »

C'était une bougie à côté d'un feu flamboyant, dit le masque. Je peux créer l'armure, mais attention… elle ne peut être utilisée qu'une seule fois et il est impossible de savoir ce que son utilisation aura comme impact sur toi, Tahu.

Le Toa du feu sentit le monde tourner autour de lui pendant un instant. Puis il se retrouva dans le désert de Bara Magna, avec Takanuva qui criait sur lui.

« Tahu ! Réveille-toi ! » hurla le Toa de Lumière.

Tahu le repoussa doucement « Je vais… je vais bien. »

« Non » dit Takanuva « Tu ne vas pas bien. Tahu, tu n'es plus un Toa Nuva. Tu as… changé ».

Tahu toucha son masque et son armure. Alors ce n'était pas qu'une illusion. Le Masque de Vie l'avait vraiment fait redevenir comme il était un an auparavant. Son Masque de la Protection ne pouvait plus protéger les autres en plus de lui, et son pouvoir de feu ne serait pas suffisant pour arrêter l'armée du Makuta..

« Ce maudit masque » dit Tahu sur un ton de fureur à peine contrôlé « Il m'a détruit. »

Takanuva quitta du regard l'étrange vision de Tahu transformé. Quelque chose se passait au dessus. Des faisceaux de lumière dorée venaient de l'un des robots géants. Partout où ils touchaient le sol, une pièce d'armure dorée apparaissait. Takanuva observa cinq segments prendre forme, puis un sixième en forme de Masque de Protection apparut.

Tahu et Takanuva s'élancèrent, saisissant chacun une pièce. Mais avant de pouvoir recueillir le reste, le plus grand des deux robots lança une salve d'énergie vers eux. Celle-ci les frappa avec une explosion massive, dispersant les deux Toa et le reste des morceaux de l'armure.

Il fallut quelques instants pour que Takanuva retrouve ses esprits. Il leva sa tête du sable. Au-delà du cratère nouvellement formé, il repéra un Rahkshi en armure jaune saisir l'une des pièces de l'armure.

« Tahu ? Cette armure était-elle vraiment importante ? » demanda Takanuva.

« Oui » déclara Tahu.

« Alors, je pense que nous avons un problème ».

§§§

Des centaines de mètres plus loin, Gresh utilisait un cyclone contrôlé pour envoyer s'envoler une demi-douzaine de Rahkshi. Il était sur le point d'aller aider Ackar quand quelque chose percuta le sol juste devant lui. Il se retourna, pensant qu'il s'agissait d'une autre attaque, mais aucun ennemi n'était proche de lui.

Jetant un coup d'œil vers le bas, il remarqua que le missile était en fait une pièce d'armure dorée, maintenant à moitié enterrée dans le sable. Gresh se baissa et la ramassa.

Qu'est-ce que c'est ? D'où cela vient-il ?

Il n'y avait pas le temps de se questionner. Un guerrier Skakdi avec une hache à double lame le chargea. Gresh cacha le morceau d'armure dans son sac. Il s'en soucierait plus tard, quand le combat serait terminé.

§§§

Nektann sourit lorsque son ennemi Glatorian tomba. Ces habitants du désert étaient de bons combattants, certes, mais pas de taille face au seigneur de guerre Skakdi.

Il envisageait déjà quelle portion de ce tas de sable il demanderait lorsque la guerre serait gagnée. Ce n'était pas un endroit très attrayant, mais ça ne pouvait pas être bien pire que son île natale de Zakaz. Cependant, il espérait qu'il y avait une autre région, peut être vers le nord, avec un peu plus de ressources visibles. La conquête c'était très amusant mais la conquête sans eau à des kilomètres à la ronde, non.

Non loin de là, un Rahkshi perdait un combat contre un Glatorian et deux villageois. Le premier instinct de Nektann était de laisser la créature en armure mourir. Plus d'un Skakdi avait péri au cours de l'année entre les mains des Rahkshi. Puis il se rappela qu'il avait convenu une alliance avec ces choses répugnantes. Il ne fallait pas mettre le Makuta en colère en ne respectant pas ses accords.

Poussant sur le côté un Agori qui tentait de l'arrêter, Nektann alla aider le Rahkshi attaqué. Il était à mi-chemin quand il trébucha sur quelque chose. En regardant en bas il remarqua que c'était un morceau d'armure dorée, sans doute tout ce qui restait de l'un des imbéciles s'opposant à l'armée du Makuta. Nektann le ramassa – il ne serait plus d'aucune utilité à son ancien propriétaire, après tout, et il en tirerait peut être quelque chose. Cette bataille allait être trop courte à son goût, semblait-il, donc il pouvait tout autant piller un peu pour que la chose en vaille la peine.

§§§

Se dressant au dessus de la bataille, Mata Nui et le Makuta brillaient comme des étoiles en canalisant toute leur énergie dans leur lutte. Mata Nui avait réussi à faire un peu plus de dommages, mais la victoire n'était pas de son côté. Le Makuta avait les avantages de taille, de force, d'une réserve d'énergie plus grande et de la brutalité. Ce n'était que sa colère et sa connaissance de ce qui arriverait s'il échouait qui maintenaient Mata Nui sur ses pieds.

« Je ne sais pas ce que ce spectacle de lumière était » déclara le Makuta en forçant Mata Nui à réculer. « Tu éclairais la voie de ton Toa à travers le sable ? Oh oui, je les ai vu poursuivre mes Rahkshi. Gali et Pohatu ont déjà dévastés une demi-légion. Je devrais vraiment faire un exemple de ces deux-là. »

« Tu pensais que tu pourrais massacrer tous les habitants de cette planète » cracha Mata Nui « Mais ils ne se rendront jamais, pas plus que les Matoran et les Toa. »

« Et regarde comme cela a bien fonctionné pour eux » déclara le Makuta en donnant un coup puissant qui fissura l'armure du torse de Mata Nui.

Mata Nui tira une salve d'énergie pure frappant au même endroit qu'avant. Le Makuta gronda comme s'il sentait ses circuits fondre. Ses capteurs indiquèrent qu'un conduit de Protodemis en fusion avait rompu à l'intérieur de son corps, provoquant des défaillances en cascade dans ses systèmes. Des araignées Visorak avaient déjà été envoyées pour tenter de contenir les dégâts.

« Tu comptes trop sur la bravoure et l'esprit de tes disciples, mon frère » dit le Makuta d'une voix lourde de menaces. « Même ici, sur ton monde adoptif, tu as réuni des imbéciles trop idéalistes qui croyaient que tu pourrais les sauver ».

Le Makuta abaissa son bras droit, paume dirigée sur le champ de bataille. Mata Nui pouvait apercevoir un rassemblement d'énergie autour de sa main, mais pas le genre d'énergie qu'il avait utilisé jusqu'à maintenant. Non, c'était quelque chose de fondamental dans sa nature et terrifiant dans son potentiel de destruction.

La gravité, réalisa Mata Nui. Il va utiliser son pouvoir de gravité sur Bara Magna.

Les yeux du Makuta brillaient de triomphe « Tu le sais, n'est-ce pas ? Un seul souffle d'énergie de gravité et cette planète va se replier sur elle-même, détruisant tout et tout le monde. Je survivrais… peut être que toi aussi… mais tout le reste ne sera plus qu'un souvenir ».

« Tu ne peux pas faire ça ! Les conséquences... »

« J'ai arrêté de me soucier des conséquences il y a bien longtemps, » répondit le Makuta. « Ce genre de soucis est pour les faibles, et je suis fort, Mata Nui. Par la force, j'ai réclamé ton univers - et maintenant je réclame celui-là, en commençant ici et maintenant ! »

L'énergie sortit par vagues du gant en armure du Makuta, une force capable de tuer une planète et ne pouvant pas être arrêté…

Chapitre 9

Quelques minutes avant la rafale...

Gresh fut le premier à voir la bande de Skrall venir de l'ouest. Comme des mangeurs de charognes, ils étaient venus achever les vaincus. Il sentit la rage grandir en lui comme jamais auparavant.

Il se retourna et partit vers les Skrall. La dernière fois qu'il avait affronté tant de guerriers à lui seul, il avait été battu et gravement blessé. Mais c'était avant que Mata Nui lui ait offert le pouvoir élémentaire de l'air. Il était maintenant prêt à renvoyer les Skrall dans les Pics Noirs... Et ce serait un plaisir.

Il s'apprêta à lancer sa première attaque quand il aperçut quelque chose dans la main de l'un des Skrall. Le guerrier portait une pièce d'armure dorée.

Alors, pensa Gresh, elle leur appartient. Serait-ce une arme ? Alors ils devraient être les derniers à avoir la permission de l'avoir.

En se concentrant, il invoqua des vents ayant la force d'une tornade qui projetèrent le sable sur les Skrall en marche. Une rafale arracha le bout d'armure de la main du Skrall et l'envoyer voler vers Gresh. Le Glatorian la saisit dans les airs et la garda avec son autre pièce.

Trois Skrall s'étaient frayés un chemin à travers la tempête de sable et venaient vers lui. Gresh sourit.

Cela allait être amusant.

§§§

Non loin de là, Takanuva esquivait la vision calorifique du Rahkshi jaune. Autrefois, ses pouvoirs de lumière auraient été suffisants pour dominer ces créatures, mais pas cette fois. Makuta avait créé des modèles de Rahkshi améliorés selon toute évidence.

Bien, se dit-il, tandis qu'une autre rafale du Rahkshi éclatait un rocher proche en deux. Comme s'ils avaient besoin d'améliorations.

Takanuva envoya un laser sur le Rahkshi. La créature le contra dans les airs grâce à sa vision calorifique. C'était d'abord une impasse, puis Takanuva commença lentement à prendre l'avantage. Le Rahkshi siffla de colère.

Bien, peut-être que ça ne sera pas si difficile après tout, pensa le Toa de Lumière.

Il aperçut du jaune du coin de l'oeil. Un autre Rahkshi chargeait sur lui sur sa gauche. Avant qu'il ne puisse réagir, il le frappa avec une rafale de chaleur brûlante. Takanuva hurla et tomba.

Les deux Rahkshi s'approchèrent du Toa tombé. Takanuva savait qu'il devait saisir l'opportunité. Il avait travaillé sur un nouveau tour depuis quelques temps, mais il ne savait pas s'il marcherait en combat. Il allait le découvrir.

En se concentrant, Takanuva utilisa son pouvoir de lumière pour créer un hologramme entre les deux Rahkshi. Il n'avait pas encore la capacité de le faire paraître parfait ou même très imaginatif – tout ce qu'il put faire était une copie de lui-même. Si les Rahkshi regardaient de plus près, ils verraient qu'il était transparent à trop d'endroits. Mais au milieu de la bataille, ils ne prendraient pas le temps d'observer la soudaine apparition d'un nouvel ennemi.

Les créatures se retournèrent d'un coup et lancèrent des rayons de vision calorifique sur l'image lumineuse de Takanuva. Ils traversèrent l'image pour frapper l'autre Rahkshi. Avant qu'ils ne puissent se remettre du choc, Takanuva utilisa ses lasers pour transpercer les armures des créatures. Ils tombèrent tous deux à terre, lâchant leurs sceptres.

Takanuva se remit sur ses pieds. L'un des Rahkshi tentait d'atteindre son arme. Le Toa posa son pied sur la main blindée du Rahkshi, fracassant le métal en pièces. Les deux vers Kraata qui contrôlaient les Rahkshi rampèrent hors de leurs heaumes, uniquement pour voir leurs vies se terminer face au pouvoir de la lumière.

Le Toa de Lumière saisit la pièce d'armure dorée. Il se redirigea vers la bataille, sans lancer un regard en arrière sur les carcasses détruites des Rahkshi. Mais dans son coeur, il fit le vœu que ce combat soit le dernier contre Makuta. Il était temps d'abattre ce monstre une bonne fois pour toute.

§§§

« Je vais t'écraser ! » hurla Nektann.

Tahu bloqua à peine le coup du Skakdi avec son épée. Il avait aperçu Nektann au milieu de la bataille, s'accrochant à une pièce d'armure dorée. Au moins trois Toa et une douzaine de Matoran et d'Agori morts reposaient autour de lui. Une vague de chaleur avait écarté les autres Skakdi et Rahkshi de son côté, mais Nektann avait résisté. Au lieu de cela, il semblait en fait vouloir accueillir l'attaque de Tahu.

« Vas-y, Toa, » lança le Skakdi. « Utilise tes pouvoirs de feu. Utilise ton masque. Vous autres 'héros' êtes incapables de gagner une bataille par votre seule force et votre ruse, n'est-ce pas ? »

Tahu lui jeta un sourire sinistre alors qu'il s'avançait vers le Skakdi. Ses ennemis avaient déjà fait cela auparavant – essayer d'attaquer sa fierté, de lui faire honte, pour essayer de lui faire faire des erreurs. Mais peu de temps auparavant, Tahu avait combattu d'autres de l'espèce de Nektann et avait subi une défaite amère. Sans un groupe de braves villageois Matoran, il serait mort. L'expérience lui fit avoir un regard plus large sur lui-même. Nektann était sur le point de le regretter.

« C'est là que je suis censé dire, 'Je n'ai pas besoin de mes pouvoirs pour m'occuper de toi', n'est-ce pas ? » dit Tahu. « Je le prends comme un défi. Suis-je capable de te combattre ? »

« Non, et tu le sais, » grogna Nektann. « C'est pour cela que tu dois tricher. »

Tahu déclencha son pouvoir élémentaire, réchauffant son arme à plusieurs milliers de degrés. Son coup suivant alla droit sur l'arme du Skakdi, le coupant en deux.

« Regarde autour de toi, barbare, » dit Tahu. « Tout autour de toi, des guerriers sont en train de combattre et de mourir. Ce n'est pas un jeu. Il n'y a pas de règles. Il n'est pas question d'honneur, de fierté, ou de qui est le meilleur. Il est question de gagner. »

Désarmé, Nektann arborait toujours cet impitoyable sourire de Skakdi. « Alors. Tu as appris quelque chose de tes ennemis, Toa. Peut-être que nous avons gagné, au final – nous vous avons rendu comme nous. »

« Pas comme vous. Jamais comme vous, » dit Tahu. « Vous combattez pour prendre des vies. Je combats pour les sauver. »

Nektann chargea, fonçant dans Tahu et l'emportant au milieu du combat entre Glatorian et Rahkshi. « Vas-y. Brûle-moi. Mais tes pouvoirs de Toa brûleront aussi tes amis. »

« Tu n'as toujours pas compris, » dit Tahu, en envoyant le Skakdi sur sa hanche et en le renvoyant sur le sable. « Toi et ton espèce, vous êtes ce que je dois arrêter. Vous avez terrorisé des villageois, abattu des Toa, et vous servez maintenant un monstre qui asservirait des mondes. Je ferai ce que j'ai à faire. »

Nektann se releva plus vite que Tahu aurait pu l'imaginer, prenant le Toa par la gorge et l'élevant dans les airs. « Tu n'en as pas le cran, pas plus que ces Toa que j'ai tué, ou que ces villageois qui avaient plus de courage que de raison. Certains n'ont même pas eu le temps de crier avant de mourir. »

Le Skakdi serra plus fort, commençant à étouffer Tahu. « Parle, parle, parle. C'est ce à quoi tous les Toa sont bons. Essaie de parler pendant que je te brise le -- »

Nektann s'arrêta. Quelque chose n'allait pas. Les yeux de Tahu luisaient et de la chaleur étouffante traversait le bras de Nektann. Devant les yeux des Skakdi, son armure commença à fondre. Elle tomba en goutelettes fondues dans le sable, d'abord sa main métallique puis son armure ventrale. Tahu ne bougea pas et ne parla pas, tandis qu'il utilisait son pouvoir sur l'armure de Nektann.

« Que fais-tu ? » hurla le Skakdi. « Mon armure ! »

« Estime-toi heureux de t'être trompé, » dit Tahu, alors que Nektann tombait au sol tel une masse de métal liquide. « Estime-toi heureux que je n'ai jamais appris à tuer de la part de mes ennemis. Tu vivras, Skakdi, mais tu n'oublieras pas. »

Tahu prit la sacoche du Skakdi et en ôta le morceau d'armure dorée. « Et, Mata Nui m'y aide, je n'oublierai pas non plus. »

Chapitre 10

Mata Nui vit l'onde de gravité déclenchée par le Makuta. Aussi rapidement qu'il pouvait se déplacer, il se jeta sur son ennemi, saisissant le bras du Makuta. Il l'écarta en l'air, envoyant le pouvoir de gravité déferler dans le ciel.

C'était un acte de pur désespoir, et de pure chance, et de pur génie, tout en un. Le faisceau de pouvoir frappa les lunes de Bara Magna, s'ajoutant lui-même à la puissance que Mata Nui avait déjà envoyé dans l'espace. Les lunes retournèrent dans leur orbite originale, droit vers chez elles.

Le Makuta rugit et poussa Mata Nui au loin, mais le héros ne s'arrêterait pas maintenant. Son corps robotique était à quelques minutes de s'effondrer et Bota Magna et Aqua Magna se précipitaient vers leur réunion avec Bara Magna. L'esprit de Mata Nui se dépêcha. Rien de cela n'aurait d'importance si le Makuta gagnait la bataille. Il devait être arrêté.

Dans un hurlement de rage, Mata Nui frappa le Makuta, envoyant le corps robotique en arrière. Il lança une attaque acharnée contre le plus grand, plus fort Makuta, ne donnant pas à son ennemi le temps de répondre. Les lumières rouges clignotaient sur tous les écrans internes. Les niveaux de pression de sa forme robotique était bien au-delà de la tolérance. Le seul espoir de Mata Nui de survivre à ce combat était de conserver l'énergie.

Mais ma survie ne compte pas, savait-il. Seul mon destin compte. D'autres sont morts pour me donner cette chance. Puis-je risquer moins?

Cela ne pouvait pas durer. Lui et le Makuta le savaient. Alors qu'il poussait le Makuta vers les montagnes les plus au nord, le pouvoir dans le corps de robot Mata Nui s'effondra. Il n'eut pas la force d'achever son ennemi.

Le Makuta envoya un poing de métal dans la poitrine de Mata Nui, envoyant le robot se renverser sur le sol dans un fracas terrible. Le Makuta était sur lui, triomphant.

« Tu as fait un excellent travail. » déclara le Makuta. « Mais ils ne se souviennent pas de celui qui a le plus essayé... Seulement de celui qui a gagné. Aujourd'hui, c'est moi. Au revoir, mon frère. »

§§§

Tahu avait retrouvé Takanuva au milieu du chaos. À eux deux, ils avaient quatre pièces de l'armure dorée. Où étaient les deux autres ?

« Ici ! » hurla le Toa de Lumière. Il avait repéré Gresh au milieu d'une bagarre avec un Skadi, le métal doré visible dans la sacoche du Glatorian. Les deux Toa coururent à ses côtés, l'aidant d'un mélange de chaleur et de lumière pour abattre son adversaire.

« L'armure ! », déclara Tahu. « Nous en avons besoin ! »

« Quoi ? », déclara Gresh, alors même que Takanuva avait commencé à retirer les morceaux de son sac. « Très bien, prends ça. À quoi ça sert ? »

« Nous ne savons pas. » déclara Takanuva. « C'est ce que nous allons découvrir. »

En toute hâte, Tahu mit cinq des pièces de l'armure sur sa propre armure rouge. Puis il retira son Masque de Protection et le remplaça par celui doré.

« Es-tu sûr ? » Demanda Takanuva.

« Je n'ai jamais été sûr de rien en 100 000 ans, dit Tahu, en souriant. « Alors, pourquoi commencer maintenant ? »

Le Toa du Feu se concentra, concentrant ses pensées tout comme il le ferait pour activer un masque de pouvoir ou contrôler une flamme. Mais cette fois, il était prêt à demander à l'armure dorée tout ce qu'il pouvait pour mettre fin à cette bataille.

Le pouvoir déferla à travers lui. Il cria alors que l'électricité bloquait ses muscles et se répandait dans son corps avec une lumière aveuglante. Des éclairs d'énergie émanaient de lui, s'enroulant autour de chaque Rahkshi sur le champ de bataille. Les créatures tombèrent à terre, prises de spasmes pendant que leur pouvoir remontait le long des éclairs jusqu'à Tahu. Pendant que les combattants des deux camps s'observaient, les armures des Rahkshi se désintégraient et les limaces Kraata à l'intérieur explosaient en éclats d'ombre.

Tahu hurlait toujours alors que les énergies de centaines de Rahkshi menaçaient de le submerger. Puis, brusquement, le nimbe de pouvoir autour de lui disparut et il tomba comme une pierre.

Aussi rapidement que ça, la bataille était terminée. Avec les Rahkshi disparus, les Skakdi et Skrall étaient largement dépassés par les Glatorian et la légion de Toa de Tahu. Certains se rendirent, d'autres se dispersèrent et retournèrent dans le désert pour combattre un autre jour.

Mais personne ne faisait la fête. Ils savaient tous que la victoire ne signifiait rien si le Makuta tuait Mata Nui, et il semblait qu'il n'y avait rien qu'ils puissent faire pour empêcher cela.

§§§

Ce qu'aucun des combattants sur le terrain n'avait réalisé était qu'ils avaient déjà fait plus que ce qu'ils pensaient. Chaque Kraata était lié à son créateur, en quelque sorte, dans ce cas, le Makuta. Bien qu'il ne ressentait pas la douleur, il sentait la mort, et la perte de tant à la fois le fit hésiter un instant. L'espace d'un moment, le Makuta ne prêta aucune attention au monde autour de lui... ou au ciel au dessus de lui.

Mata Nui la vit venir. C'était pour ça qu'il avait poussé le Makuta à cette extrémité nord de Bara Magna. Sa dernière manœuvre était sur le point de porter ses fruits, et par miracle, il allait vivre pour la voir.

Une ombre tomba sur les robots, l'ombre de la lune de Bota Magna retournant à son emplacement d'origine. Utilisant la dernière partie de son énergie, Mata Nui se leva et poussa le Makuta en arrière sur le chemin de l'astre. Sa surface causa un impact sur le robot, fracassant la tête métallique dans un bruit ignoble. Le corps en armure du Makuta commença à tomber vers Mata Nui et le désert de Bara Magna. Utilisant toutes les parties des muscles mécaniques qu'il possédait, Mata Nui rattrapa le Makuta et le poussa de côté, faisant tomber l'énorme robot sur les Pics Noirs. L'impact du robot réduisit les montagnes en poussières, alors même que les collisions simultanées de Bota Magna et Aqua Magna secouaient le monde entier.

Les trois fragments de Spherus Magna ne faisait qu'un à nouveau. Le destin avait été accompli. Mais le voyage n'avait pas encore pris fin.

Épilogue

La bataille était finie.

Le désert de Bara Magna est une zone sinistrée. Les montagnes environnantes avaient été pulvérisées ou aplaties et des traces massives marquaient le sable. Le sol était jonché des corps de ceux qui avaient perdu la vie dans l'affrontement, avec d'innombrables morceaux d'armures de Rahkshi brisées. Dominant tout cela, bien sûr, il y avait le robot tombé qui avait auparavant été la plus grande arme du Makuta.

Tahu et Takanuva se trouvaient sur une dune, regardant la coque métallique à l'intérieur de laquelle ils avaient vécu toute leur vie. Le fonctionnement interne avait sans doute été fortement endommagé et il y aurait des victimes. Mais en regardant la foule debout sur le robot, ils virent de nombreuses figures familières. Probablement plus que la plupart avait trouvé refuge après le séisme initial et ainsi survécu au choc suivant beaucoup plus important. Ils déambulaient sur les sables - des Toa, des villageois Matoran, des commerçants Vortixx, des barbares Skakdi, des agents de l'Ordre de Mata Nui, des Chasseurs de l'Ombre, des animaux, des oiseaux, des insectes et plus - protégeant leurs yeux du soleil de leur nouveau monde.

« Penses-tu que le Makuta est vraiment parti ? » demanda Takanuva.

Tahu hocha la tête. « Oui, je pense. Il ne l'a jamais vu venir, alors il n'a pas eu le temps et la volonté de faire sortir son esprit hors de ce corps. Je pense - j'espère - qu'il est mort avec le robot. »

« Et que dire du reste ? Les Matoran, les autres Toa... nous... nous pouvons tous survivre ici ? »

Tahu regardait le vaste désert. Déjà, il pouvait voir les Agori venir en aide à des Matoran. Des Glatorian parlaient avec des Toa, et les membres d'autres espèces cherchaient déjà un endroit pour s'établir et se regrouper.

« Tu sais quoi, Takanuva ? Je pense que nous allons être très bien. »

« Je suis heureux que tu sois en vie », déclara Takanuva. « Quand tu es tombé comme ça, j'ai pensé que tu étais mort. Es-tu sûr que tu vas bien ? »

« J'en suis sûr. » dit en souriant Tahu. Deux minces faisceaux de vision de chaleur sortirent de ses yeux, puis, frappant le sable et gravant trois mots dans le sol :

Unité.

Devoir.

Destinée.

§§§

Mata Nui regardait les différentes populations se rencontrant si loin en dessous et ressentit l'impression d'observer l'avenir. Les Matoran et Agori avaient beaucoup à apprendre les uns des autres. Les Toa faisant équipe avec les Glatorian permettraient de préserver les deux ensembles de villageois de toute menace. Des alliances naturelles étaient forgées, à l'instant même.

Il tourna son attention vers la forme déchue du Makuta. Il y avait une autre alliance qui aurait dû exister, mais ne s'était jamais concrétisée. Lui et le Makuta devaient travailler ensemble, ils auraient pu restaurer Spherus Magna sans la dévastation et la perte de vies. Mais la cupidité et l'ambition du Makuta n'avaient pas permis cela. Au final, à la fois ses rêves fous et le corps qu'il avait volé étaient des épaves.

Le Makuta appartenait au passé. Il était temps de s'inquiéter d'aujourd'hui et de demain pour ce monde.

Quand il était allé voir Raanu et lui a demandé d'employer la ville des Agori, Mata Nui avait fait vœu à lui-même. S'il réussissait à reconstruire la planète, il ne s'arrêterait pas là. Il donnerait aux Agori une nouvelle vie, un nouvelle chance de prospérer ici. Maintenant, il était temps de commencer ce travail.

Mata Nui scanna le corps qu'il avait. Il était gravement endommagé et les niveaux de puissance étaient à peine assez élevés pour faire ce qu'il fallait faire. Mais s'il pouvait faire appel au Masque de Vie, une dernière fois, pour combiner ses énergies avec celles du robot, alors peut-être...

Bien sûr, il y avait un autre aspect à ce qu'il allait faire, qu'il essayait d'ignorer. Il n'y avait pas moyen qu'il y survive. Le robot était déjà dangereusement instable et canaliser beaucoup de puissance à travers lui d'un coup provoquerait certainement sa destruction. Mata Nui périrait avec lui.

Si cela était comment il devait être, qu'il en soit ainsi. Les Grands Êtres avaient une dette envers ce monde et ses peuples, et il allait la payer.

Mata Nui se tourna vers le ciel et tendit les bras. Il invoqua les énergies qui circulaient dans son corps, de même qu'il fit appel au Masque de Vie. Le masque résista d'abord - lui aussi savait qu'il pourrait bien ne pas survivre à cela, et il ne voulait pas cesser d'exister. Mata Nui aurait pu le forcer à lui venir en aide - il avait une volonté plus forte - mais il ne le fit pas. Au lieu de cela, il représenta simplement dans son esprit la façon dont Spherus Magna pourrait être si cela était couronné de succès. Il savait que le masque sentirait ce qu'étaient ses pensées et qu'il saurait ce que serait l'utilisation ultime de sa puissance.

Un instant plus tard, Mata Nui sentit la puissance du masque fusionner avec le peu qui lui restait de la sienne. Puis il voulut que le pouvoir émane de son corps et balaye la planète. À chaque endroit qu'il toucha, les montagnes grandissaient, la forêt prospérait, la vie apparut là où il n'y en avait auparavant. Dans le désert de Bara Magna, le temps semblait s'écouler à l'envers et le sable stérile fit place à une jungle luxuriante avec des arbres et des plantes et des rivières mortes depuis longtemps revenant à la vie.

Le vaste océan d'Aqua Magna sentit ainsi le toucher de Mata Nui. Sous l'eau, les plantes fleurirent, offrant une récompense pour les poissons qui nageaient dans la mer. La puissance du Masque de Vie touchait même les êtres tordus, mutés qui vivaient dans les profondeurs, les guérissait de la pire de leur afflictions tout en les laissant en mesure de survivre sous les flots.

Dans la grande forêt de Bota Magna, les reptiles géants biomécaniques créés il y a si longtemps par les Grands Êtres regardaient, étonnés, leur patrie se transformer et changer autour d'eux. Des zones où les arbres et les feuillages avaient cessé de croître furent tout d'un coup à nouveau verdoyantes. Les petits animaux sortirent de leurs cachettes pour se régaler de la nouvelle pousse.

Les Agori et Glatorian étaient dans l'ancien désert et restaient sans voix. Ce n'était pas le monde qu'ils connaissaient autrefois - c'était mieux. Après 100 000 ans de lutte pour survivre, de dispute pour chaque morceau de nourriture et goutte d'eau, maintenant il y avait assez pour tous. Alors qu'ils les regardaient avec admiration, les nuages se rassemblèrent au dessus de leurs têtes pour la première fois de mémoire d'être, il commença à pleuvoir à Bara Magna.

« Il l'a fait », murmura Kiina. « Je ne peux pas y croire. »

« C'est incroyable », déclara Ackar, en état de choc. «Je ne peux même pas... Je ne sais pas comment le mettre en mots... »

« Il m'a promis, Ackar, » continua Kiina. « Il a promis de me conduire dans un monde nouveau. Au lieu de cela, il a m'a amené le nouveau monde. »

« Attends, » dit Ackar, une note d'urgence dans sa voix. « Regarde Mata Nui ! Il... il s'est effondré ! »

C'était bien pire que cela. L'accablant effort avait poussé le corps robotique de Mata Nui au delà de ses limites. Le métal alla jusqu'à se désintégrer rapidement, avec ses mécanismes intérieurs. Même de loin, les deux Glatorian pouvait voir la destruction se propager rapidement.

« Viens ! » cria Kiina. « Il a besoin de notre aide ! »

Ackar et Kiina bondirent sur des Arpenteurs des Sables et firent partir les bêtes en avant. Kiina ne pouvait pas donner exprimer à ce qu'elle ressentait au fond d'elle - Mata Nui, son ami, était en train de mourir pour eux. Il avait donné sa dernière quantité d'énergie pour les défendre contre le Makuta et sauver leur monde, et il n'y aurait probablement rien qu'ils puissent faire pour lui en retour.

Sauf le pleurer, se dit-elle.

Avant qu'ils soient trop près de l'endroit de sa chute, ils durent ralentir les Arpenteurs des Sables pour une halte. L'air était empli de poussière de métal - avec quelques pièces plus grandes du corps éparpillés ici et là, c'était tout ce qui restait du robot géant.

« Nous arrivons trop tard », dit doucement Kiina. « Il est parti. »

Ackar se tenait silencieusement au milieu des ordures métallique qui avaient été autrefois habitées par son ami. Mata Nui avait fait plus que sauver les Agori des Skrall. Il avait sauvé Ackar de lui-même. Le Glatorian vétéran avait été sur le chemin de la retraite forcée, et une vie dédiée à la formation des jeunes combattants qui ne se souvenaient pas de lui ou qui vagabondaient entre les villages essayant de trouver un combat de plus. Mata Nui était celui qui lui avait montré qu'il avait encore de la valeur, qu'un Glatorian était plus qu'un bras droit fort et une armure. Il avait eu foi en Ackar quand Ackar n'en avait pas en lui-même.

« Nos problèmes n'étaient pas les siens », déclara le Glatorian du feu. « Il aurait pu partir au nord à la recherche de ses propres réponses et nous laisser faire face aux Skrall, s'il l'avait voulu. Au lieu de cela, il a combattu à nos côtés et risqué sa vie pour des gens qu'il ne connaissait même pas. Il n'y aura jamais un autre comme lui. »

Kiina regarda autour. Les Toa, Agori, Matoran, et Glatorian s'étaient réunis à présent, attirés par la vue de l'effondrement du grand robot. Certains semblaient endeuillés, d'autres simplement perplexes, et certains effrayés. Mata Nui leur avait accordé une nouvelle vie et un monde nouveau, et sans doute ils l'attendaient pour les diriger à l'avenir. Au lieu de cela, il avait disparu et ils étaient seuls à nouveau.

Elle se tourna vers le tas de débris, mouillée par la pluie douce. Pendant un moment, elle pensait qu'un rayon de soleil avait forcé son chemin à travers les nuages, car il y avait une faible lueur au centre des décombres. Mais la lueur s'éclaircit. Ackar la vit, lui aussi, et monta sur le métal tordu pour en atteindre la source. Il se pencha et sortit avec le Masque de Vie, brillant désormais plus qu'un soleil.

« Attention ! » cria l'un des Toa. « C'est dangereux ! »

Ackar retourna au côté de Kiina, berçant le masque à deux mains. Il savait que le Toa avait probablement raison et s'accrocher à cet objet n'était pas un geste intelligent. Mais quelque chose lui disait qu'il devait le récupérer et le garder en sécurité.

Le masque brillait avec tant d'éclat qu'Ackar et toutes les personnes présentes durent fermer leurs yeux un instant.

Quand ils les rouvrirent, le Masque de Vie planait dans les airs. Comme si cela n'avait pas suffit de les étonner, une voix vint ainsi du masque --- la voix de Mata Nui.

« Mes amis », dit-il. La dette que je vous devais à tous a été remboursée. Vous avez de nouveau votre monde. Vivez y en paix. »

« Mata Nui ? », dit Kiina. « Nous pensions que tu étais mort. »

« Mon conscience et mon esprit ont vécu à l'intérieur de ce masque si longtemps que lorsque le corps que j'avais est mort, ils ont été ramenés à lui. » répondit Mata Nui.

« Ce masque peut faire des choses étonnantes », dit le Toa Tahu. « Vous pouvez l'utiliser pour façonner vous-même votre propre corps, non ? Nous pourrions tous profiter de votre sagesse et vos conseils. »

« Je pense que... » Il marqua une pause. « Je pense que ce n'est peut-être pas le moment pour moi de marcher parmi vous. Vous avez tous une nouvelle vie à construire. Ma destinée est accomplie, mais pour beaucoup d'entre vous, elle n'a pas encore été écrite. Vous devez trouver votre chemin sans que mon ombre pèse sur vous. »

« Mais .. mais tous les combats que nous avons mené, tout ce que nous avons enduré, étaient pour vous ramener à nous », dit Takanuva.

« Et ce faisant, vous avez grandi en tant que peuple au delà du point où il fallait un Grand Esprit pour vous guider. », dit doucement Mata Nui. « Le vrai pouvoir n'est pas en moi. Il vit à l'intérieur de vous tous. »

« Alors, c'est un... au revoir ? » demanda Kiina.

« Jamais d'au revoir. » répondit Mata Nui. « Même moi, je ne peux pas prédire l'avenir, ou si le temps viendra où je serai à vos côtés une fois de plus. Mais jusqu'à ce que ce jour arrive, il y a quelque chose que je dois vous demander. »

« N'importe quoi. » dit Ackar. « Dis-le. »

« Les Grands Êtres. » dit Mata Nui. « Ils ont disparu il y a 100 000 ans, peu de temps après m'avoir créé. Ils étaient tourmentés par la culpabilité de ce qu'ils savaient qu'il adviendrait de Spherus Magna, et leur rôle dans son origine. Trouvez-les... dîtes-leur que la planète est à nouveau entière et... convainquez-kes de partager leurs dons avec vous. J'ai appris ce que cela peut signifier d'avoir des amis, plutôt que des sujets ; des alliés, plutôt que des travailleurs ou des soldats. Peut-être qu'ils peuvent faire de même. »

« Si c'est ce que tu veux, ce sera fait. » dit Ackar.

« Le temps est venu. » dit Mata Nui. « Tout voyage doit prendre fin, mais cette fois, c'est également un nouveau départ. Il y aura des défis à relever et des ennemis à combattre, mais je sais que cela vous permettra de les surmonter. Tout ce qui a précédé, mes amis, a seulement servi à donner naissance à ce nouveau jour. »

« Que l'unité, le devoir et la destinée soient vos guides. Soyez bien, soyez forts, prenez soin de ce monde et les uns des autres. Adieu. »

La lumière du masque diminua jusqu'à ce qu'elle ne soit plus que la plus faible de lueurs. Mais aucune personne présente ne doutait que, d'une certain manière, la conscience de Mata Nui s'attardait encore ici.

Kiina prit le Masque de Vie alors qu'il tombait lentement vers le sol. Elle le regarda en silence pendant un long moment, avant de dire, « J'ai toujours su que ça finirait un jour. Je n'ai jamais pensé que ce serait ce genre de fin. C'est trop tôt, Ackar. »

« Je pense que n'importe quel moment aurait été trop tôt. » dit Ackar « J'espère qu'aucun de nous n'aura jamais à regretter ce qui vient de se passer. »

« Non, Mata Nui avait raison », dit Tahu. « Nous allons l'honorer, et tous ceux qui ont combattu pour lui, en nos mémoires. Mais le moment est venu d'aller de l'avant. »

Tahu tendit la main. Après un moment, Kiina lui remit le masque. Il le tint dans ses mains, se souvenant de toutes les victoires et les défaites, les disputes, et les moments de révélation. Il se rappela les moments où il semblait qu'il n'y avait nul part où aller ensuite, aucun moyen de résoudre un mystère - et comment les choses s'emboîtaient soudainement et la manière dont tout devenait évident. Il pensa aux villageois Matoran, dont la curiosité pouvait parfois les conduire à la folie... mais dont l'amour pour Mata Nui et pour la justice et la paix ne pourrait jamais être remis en question. C'étaient les Matoran qui vivaient pour entendre les récits du passé, et c'étaient eux qui préservaient les contes en vie pour l'avenir. Certes, il y avait des dangers dans ce monde, connus - Skrall, Skakdi, et plus encore - comme inconnus. Mais comme ils l'avaient toujours fait auparavant, de n'importe quelle manière, ils trouveraient un moyen de les vaincre.

« Allons, mes amis », dit-il, enfin. « Il est temps d'avancer. »

Personnages

Diffusion

Cette section a besoin d'être éditée pour être étendue.

Voir Aussi



TimelineNav.png Histoire de Spherus Magna Histoire de Spherus Magna
Univers Matoran
et Aqua Magna
Histoire Histoire de l'Univers Matoran
Les Légendes de
Metru Nui
Les Légendes de Metru Nui | Le Grand Sauvetage
Île de
Mata Nui
Les Temps Sombres | L'Arrivée des Toa | Les Essaims Bohrok | L'Assaut des Bohrok-Kal | Le Masque de Lumière
Quête
du
Masque de Vie
Voya Nui | Mahri Nui | Karda Nui
Règne de
Teridax
Règne de Teridax
Bara Magna Histoire de Bara Magna | Bara Magna | La Fin du Voyage
Spherus Magna Spherus Magna