Résidents des Ténèbres

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils
Dans d’autres langues
De Nuvapedia
Aller à : navigation, rechercher

Page Parente : Sérials

« Résidents des Ténèbres » aurait besoin d'être édité.

Les actions suivantes doivent être effectuées : Vérifier la traduction de la Série Web dans le détail


Résidents des Ténèbres est l'une des trois séries web d'été 2008 de BIONICLEstory.com.

Résidents des Ténèbres
Drapeau Royaume-Uni.png
2008
Greg Farshtey

Chapitre 1

Toa Bomonga se concentra sur le Tahtorak et essaya de mettre la bête au sol. Le Masque de Croissance de Bomonga lui permettait d'atteindre presque la taille de la créature, mais il ne pouvait pas faire face au Tahtorak en force pure. Cependant, il savait quelques choses à propos de pression et de prises que le Rahi ne connaissait pas.

Avec un rugissement, le Tahtorak perdit son équilibre et s'écrasa sur le sol de Xia. Ce qui restait de l'île trembla avec l'impact. « Maintenant reste en arrière, » grogna Bomonga, alors même que Toa Pouks utilisait son pouvoir pour créer des gonds de pierre solide pour le monstre.

Après une longue bataille, le Tahtorak avait battu le Dragon de Kanohi tel que les hélices Rhotuka de Toa Norik avaient été capables de le ralentir, alors que l'attaque de Glace de Toa Kualus l'arrêta. Il reposait maintenant, inconscient, à travers la majeure partie du district sud de la cité. Toa Iruini avait suivi le conseil d'un Vortixx et s'assura d'avoir mis les jambes de la créature loin de la Montagne, sans quoi il aurait fait un bon repas pour l'endroit affamé.

Seule Toa Gaaki resta de côté, ses yeux fixés sur l'océan mais ne voyant rien. Les Toa Hagah l'avaient déjà vu comme ça avant. Elle était concentrée intimement, utilisant les pouvoir de son Masque de Clairvoyance pour voir des choses qu'ils ne pouvaient pas voir. Elle se raidit alors, cria, et se retourna vers les autres.

« Ils arrivent, » dit-elle. « Des centaines d'entre eux. »

« Des centaines de qui ? » demanda Iruini. Il considérait Gaaki comme une bonne amie, mais ses prédictions vagues avaient un don à le mettre hors de lui.

« Les fouilleurs des ténèbres, » murmura Gaaki. « Les assassins de l'obscurité… prêts à la guerre… Les Vortixx ne font pas le poids… »

Norik marcha à côté d'elle et aida gentiment Gaaki à s'asseoir sur une roche. Il s'accroupit face à elle et lui parla en soupirant. Un moment ou l'autre, elle bougeait la tête. Après quelques minutes il fit un geste à Kualus.

Bien que le Toa de Glace ne fût plus un Rahaga, il n'avait pas perdu ses habitudes avec les Rahi volants ou ses capacités de communiquer avec eux. Il signala alors à un Aigle de Fumée au-dessus et lui parla rapidement dans un langage qu'aucun autre ne put comprendre. Un moment après, l'Aigle fuit vers l'Ouest.

« Comment est-elle ? » demanda Pouks à Norik.

« Cela fait longtemps qu'elle n'a pas utilisé son pouvoir, » répondit le Toa Hagah du Feu. « Ou plutôt, qu'il l'a utilisée. Ce n'est jamais facile. »

« Ce qu'elle a dit – fouilleurs des ténèbres – que penses-tu que ça veut dire ? »

« N'est-ce pas évident ? » demanda Bomonga, se rétrécissant à sa taille normale. « Fouilleurs des Ténèbres – les Chasseurs de l'Ombre. »

L'Aigle de Fumée profita de ce moment pour revenir, volant en cercles au-dessus de l'île et sifflant bruyamment. Kualus acquiesça deux fois et retourna à ses camarades Toa.

« Bomonga a raison, vu le son de celui-ci, » dit-il. « Mon ami ailé voit des bateaux arriver, tellement qu'ils surmontent les vagues. Et les équipages sont armés, mes amis… c'est une flotte de bataille. »

Iruini avait escaladé jusqu'en haut d'un des quelques sommets encore debout dans la cité. « Et un pour l'oisillon, » cria-t-il d'en haut. « Nous avons de la compagnie. Je vais les voir ! »

« Iruini, attends… » Commença Norik.

« Attends quoi ? » dit le Toa de l'Air, en souriant. « J'ai passé des milliers d'années en tant que Rahaga, maintenant je suis de retour dans l'action, et j'adore ça ! »

Un instant après, le Toa de l'Air utilisa son Masque de Voyage Rapide pour se téléporter du sommet au bateau éclaireur de la flotte qui arrivait. Il se retrouva sur le pont, face à deux figures d'aspect puissant. Une poignée de guerriers armés s'approchèrent immédiatement pour l'entourer.

« Qui es-tu ? » demanda Iruini. « Quelles sont vos affaires dans ces eaux ? »

« Mes affaires ? » demandèrent l'une des figures. « Mes affaires sont le profit, et ce profit a été ralenti pendant trop longtemps. Et toi, qui es-tu ? »

« Je suis Toa Iruini. Mes amis et moi venons de compléter une mission sur Xia. Cette île a été à moitié chamboulée pendant ce temps, et laissez-moi deviner – vous voulez chambouler l'autre moitié. »

« Je m'appelle le Ténébreux, » sa réponse fut, « dirigeant des Chasseurs de l'Ombre. A côté de moi se trouve mon fidèle lieutenant, Ancien. Et face à moi se trouve un Toa illuminé qui se pense capable de s'interférer entre moi et mon but. »

Iruini ignora le coup. « Si vous cherchez à piller Xia, soyez sûrs qu'il n'y a plus grand-chose de valeur à voler. »

« Piller ? » répéta le Ténébreux, surpris. « Voler ? Qu'est-ce que vous me pensez petit. Aurais-je convoqué une flotte pour un simple crime ? Non, Toa, j'ai conclu un marché aujourd'hui avec un pouvoir dont je n'ai jamais connu l'existence – et mes nouveaux alliés m'ont demandé d'assurer que Xia n'approvisionne plus d'armes avec l'ennemi. Ils veulent que je bloque ou que j'occupe l'île, mais je n'agit pas qu'à moitié. »

le Ténébreux sourit, une expression aussi froide que l'une des rafales de glace de Kualus. « Alors je vais détruire Xia, et tous les derniers êtres vivants dessus. Et si tes amis ont assez peu de chance pour être là quand j'arriverai… Et bien, peut-être serai-je sympathique, et je laisserai de leurs corps suffisamment à enterrer. »

Iruini leva sa Lance de Cyclone. Des armes furent soudainement pointées vers lui venant d'une douzaine de directions différentes.

« C'est ma guerre, » dit doucement le Ténébreux, « et je vous y souhaite la bienvenue. »

Chapitre 2

Pendant de tels moments, Iruini regardait profondément en arrière pendant ses jours en tant que Rahaga. Ce n'était pas si mal, être petit et trapu et passer son temps à chasser des singes Brakas. Au moins on n'avait pas à se retrouver sur des ponts tournants, face au leader maniaque des Chasseurs de l'Ombre alors qu'il s'apprêtait à saccager une île remplie de Vortixx… bien, pas si innocents.

« Tu sais que je ne peut pas te laisser faire ça, » dit Iruini.

« Je sais que tu ne peux pas m'arrêter, » répondit le Ténébreux, en souriant. « Mes nouveaux partenaires m'ont suggéré d'occuper Xia… Mais j'ai dû mal entendre. Je pourrais jurer qu'elle a dit ‘détruire'. »

Iruini s'apprêtait à faire un retour en force quand la mer commença a se remuer et écumer. Le moment d'après, un raz-de-marée assez grand pour inonder la flotte entière des Chasseurs de l'Ombre jaillit des profondeurs de l'océan. Il s'éleva jusqu'à plusieurs mètres dans les airs… et y resta juste, surpassant les bateaux comme l'ombre de la damnation.

« Est-ce assez pour nettoyer tes oreilles ? »

Iruini se retourna. Au bout du bateau se trouvait une Toa de l'Eau qu'il ne reconnut pas, portant une massue piquante et un bouclier. Elle était abordée par un guerrier à l'armure dorée et un géant à quatre bras et deux longues cornes sur sa tête. Il était à lui seul assez lourd pour faire presque couler le bateau. Il portait une hache à plusieurs lames et un petit objet couvert par une étoffe.

Le Toa femelle mit le pied sur le pont et marcha jusqu'à le Ténébreux. Bien qu'il fût plus grand qu'elle, son allure lui donnait l'air de dominer tout le monde à bord.

« J'ai appelé les Chasseurs de l'Ombre pour une tâche simple, » dit-elle, sa voix aussi silencieuse qu'un souffle mourant. « Si vous ne pouvez pas la faire… » Elle rabaissa sa massue. Le raz-de-marée se rua soudainement vers les bateaux, touchant presque le bateau éclaireur. Il s'arrêta lorsqu'elle baissa son arme.

« Je trouverai quelqu'un qui en sera capable, » finit-elle.

Iruini regarda du Toa à le Ténébreux évidemment concerné, et à nouveau le Toa. « Bien, » dit-il. « Que fais-tu pour un bis ? »

La Toa acquiesça et le guerrier doré disparut. Il réapparut un instant après avec les cinq autres Toa Hagah avec lui. Ils arrivèrent pour voir le Ténébreux dans une discussion intense avec le Toa de l'Eau. Cela prit fin quand le Toa renvoya trois Chasseurs de l'Ombre à la mer aussi naturellement que quelqu'un d'autre chasserait un rat. Elle se retourna vers les Toa Hagah assemblés.

« Ah, bien, » dit-elle. « J'ai une mission pour vous. »

« Attendez une minute ! » lança Norik. « Qui es-tu ? Que se passe-t-il ici ? »

« Et nous ne prenons pas de requêtes de la part de tous ceux qui portent un masque, » dit Kualus. Puis il se retourna vers Norik et ajouta, « n'est-ce pas ? »

Norik remua la tête.

« Je m'appelle Helryx, » dit la Toa de l'Eau. « Je dirige une organisation dont vous n'avez jamais entendu parler appelée l'Ordre de Mata Nui. Nous sommes en guerre – et vous venez d'être recrutés. »

« Et si nous refusons ? » demanda Toa Bomonga.

Helryx fit un léger sourire. Ses yeux se dirigèrent vers l'océan, hors du bateau, où les trois Chasseurs de l'Ombre essayaient désespérément de se débattre dans l'eau. « Oui, vous ne prenez pas de requête, je vous comprends – encore heureux que ce n'en soit pas une. »

« Que voulez-vous que nous fassions ? » demanda Toa Pouks. En voyant le regard d'Iruini, il ajouta, « Bien, ça ne nous tuera pas de demander. »

Helryx s'avança de quelques pas et baissa sa voix pour que les Chasseurs de l'Ombre n'entendent pas. « Nous montons une attaque contre la Confrérie des Makuta, mais leur leader nous pose problème. Nos meilleures informations sont qu'il a été à l'intérieur d'un robot Maxilos près de Mahri Nui, mais où a-t-il bien pu s'aventurer depuis, on ne le sait pas. Nous devons retrouver Makuta Teridax. »

« Pourquoi nous ? » demanda Iruini.

« Vous l'avez combattu autrefois. Vous l'avez vaincu autrefois, » répondit Helryx.

« Et nous nous rappelons tous comment cela a tourné, » murmura Iruini.

Helryx l'ignora. « Si je ne m'abuse, Teridax est allé quelque part où nul autre n'a jamais osé s'aventurer. En liberté, il pourrait causer des dommages innommables. »

« Et justement comment sommes-nous supposés le rattraper ? » demanda Bomonga. « Frapper à la porte de Destral et lui demander de venir jouer ? »

Helryx gloussa. « Il se peut qu'il n'y ait bientôt plus de portes à frapper là-bas… mais c'est une autre histoire. Vous aurez un guide – quelqu'un qui a généreusement accepté de vous aider en échange de sa liberté. »

Le géant à quatre bras s'avança, et ils pensèrent alors qu'Helryx parlait de lui. Mais au lieu de cela il enleva l'étoffe au-dessus de l'objet qu'il portait, qui s'avéra être un globe rempli d'eau, et de quelque chose d'autre… qui ressemblait à un serpent de mers vert avec des yeux rougeâtres remplis de haine.

« Il s'appelle Zaktan, » dit Helryx. « Il n'est pas aussi amical qu'il en a l'air. S'il s'y met, sortez-le simplement de son globe et laissez-le respirez de l'air quelques temps. C'est ce que je fais tout le temps. Et maintenant je pense que c'est à votre tour. »

Les Toa Hagah se regardèrent les uns vers les autres. Un par un, chacun acquiesça… sauf Gaaki. Elle reculait, en remuant la tête, les mains des deux côtés de son masque. « La mort, » soupira-t-elle. « Tout autour… nous allons vers une place de la mort… Et l'un d'entre nous n'en reviendra pas ! »

Chapitre 3

Toa Iruini plongea pour se couvrir, évitant à peine les chaînes de Toa Hewkii. Norik était bloqué en combat avec Jaller, alors que Bomonga passait du temps à rechercher un Nuparu discret. En résumé, ce n'était pas l'un des meilleurs jours des Toa Hagah.

Ils avaient espéré que leur retour à Metru Nui – la cité qu'ils avaient aidé à sauver en tant que Rahaga – serait joyeux. Au lieu de cela, ils étaient ici pour une mission de la part d'une Organisation douteuse nommée l'Ordre de Mata Nui. Leur but : retrouver le Makuta Teridax disparu avait qu'il n'exécute les dernières parties de son Plan.

Malheureusement, c'était plus facile à dire qu'à faire (et ce n'était pas non plus si facile à dire). Ils avaient été envoyés avec un Piraka muté, Zaktan, qu'ils devaient porter dans une sphère remplie d'eau. D'après lui, Teridax se serait dirigé à un lieu inaccessible sous le Colisée de Metru Nui. En tant qu'Antidermis, il pouvait se gliseser dans des craquelures trop petites pour y pénétrer, même pour Norik avec son Masque de Rétrécissement. Le seul moyen de le suivre serait de détruire les fondations du Colisée, ce qui ferait effondrer la structure.

Bien entendu, s'incruster et dire, « nous sommes ici pour détruire votre structure la plus importante » n'avait pas donné la joie aux cœurs des Toa Mahri. Etant donné la récente disparition inexpliquée de Takanuva, ils étaient à bout. Cela les a juste provoqués.

Hewkii lança à nouveau sa chaîne. Cette fois-ci, Iruini la saisit dans les airs et fit tournoyer le Toa de la Pierre dans les airs. Au dernier moment, Iruini s'avança et le lâcha, laissant son adversaire s'écraser contre le mur de Pierre. « La Pierre avec la pierre, » murmura Iruini. « Maintenant vas-tu m'écouter ? »

Toa Kualus s'était rallié à Bomonga pour retrouver la trace de Nuparu, dont le Masque de Discrétion le rendait presque impossible à remarquer. Un éclair de neige créé indiscrètement révéla le Toa Mahri de la Terre, mais le trouver et l'arrêter étaient deux choses différentes. Avec soixante mètres de hauteur, Bomonga était une cible facile et un barrage de terre le gardait hors d'équilibre.

Kualus se renfrogna. Il se souvenait de ces Mahri en tant que villageois Matoran. Il comprenait que leur suspicion et leur hostilité, étant donné les circonstances, mais si cela continuait, quelqu'un finirait par se blesser. Cela engendra des mesures draconiennes. Faisant appel à son Masque du Contrôle des Rahi, il toucha l'esprit d'un énorme Rahi habitant dans les Archives légèrement en-dessous. En réponse, une énorme griffe se fraya un chemin au-dessus du pavage et saisit Nuparu.

« Laisse-le partir ! » cria Toa Hahli, frappant Toa Kualus avec un puissant jet d'eau. Même en se reprenant de son impact, Kualus réalisa ce qui était sur le point d'arriver. La créature avait été invoquée par le pouvoir de son Masque, mais sa concentration était désormais rompue. Le Rahi n'était plus sous son contrôle.

Il jaillit de sous le sol dans une pluie de roche et de pierre. Bien au-dessus de 18 mètres, il scruta le champ de bataille avec ses trois têtes. La lumière tamisée des trous solaires reflétait ses écailles marron alors qu'il déployait ses ailes de chauve-souris. Son cri de triomphe brisa les structures de cristal jusqu'à même Ko-Metru.

Le mot ‘Toa' veut dire ‘héros' en Matoran. Et l'un des caractéristiques d'un héros est la capacité de mettre de côté les sentiments personnels en état de crise. Ainsi les Mahri et les Hagah oublièrent leur combat face à cette monstruosité d'en-dessous. Se remettant encore du jet d'Hahli, Kualus ne pouvait pas réutiliser son pouvoir. Mais Jaller et Norik avaient déjà découvert que la bête craignait le feu, et leurs deux rafales le redirigèrent vers les contrées de Po-Metru.

La créature ne s'apprêtait pas à y aller tranquillement. Elle lança Nuparu à travers le ciel à une vitesse mortelle. Hewkii tourbillonna et utilisa son Masque de Gravité comme il ne l'avait jamais fait auparavant, utilisant juste assez de pouvoir pour ralentir le Toa de la terre sans le mettre en pièces.

Bomonga, toujours à sa taille maximum, créa une pluie de rafales au-dessus du Rahi. Il aurait très bien pu être aussi un Toa de l'Eau invoquant une légère pluie de printemps pour tout le bien que cela ferait. C'était maintenant au tour de Kongu et Iruini, alors qu'ils combinaient leur pouvoir de l'air avec les pouvoirs du Toa du feu pour créer une tornade de flamme.

Le Rahi était directement dans le chemin de la tempête, qui était tellement chaude qu'elle faisait fondre les montagnes en résidus. Il rugit et tenta de s'envoler hors de ce piège, mais ses ailes flambaient déjà. Finalement, surmonté par la chaleur, il s'écrasa au sol. L'impact remua le sol sur plusieurs Kios.

Onze Toa épuisés se tenaient tout autour de la bête inconsciente. Des Onu-Matoran étaient déjà prêts à ramener la créature dans les Archives. Po-Metru était une aire de désastre, le sol écorché et flambé. Non loin de là, des Po-Matoran s'occupaient à enlever le feu de leurs villages, aidés par Hahli et Gaaki. Seul le fait que cette aire du Metru était clairsement peuplée avait gardé la bataille à la limite du cataclysme.

Norik regarda Jaller. « Nous devons arrêter chacun de combattre, » dit-il, « ou trouver un endroit inhabité pour régler nos problèmes. Autrement, des Matoran finiront tués – et aucun d'entre nous ne souhaite cela. »

« Que penses-tu qu'il va arriver si vous détruisez le Colisée ? » dit Jaller.

« Nous n'essayons de tuer personne, » dit Pouks. « Nous essayons de les sauver. »

« Oui, et on est tous des types sympas, » ajouta Iruini. « Nous sommes près d'une douzaine de Toa ici… On devrait être capable de réfléchir à comment faire ce que l'on doit faire et garder la structure intacte. »

« Justement, que devez-vous faire ? » demanda Jaller. « Pourquoi êtes-vous ici ? »

« Ecoute-moi, » dit Norik. « Les Toa Nuva sont au cœur de l'Univers en ce moment, combattant pour le Grand Esprit. Mais les vrais mystères, les vrais secrets… Tout le savoir caché sur le cosmos et son fonctionnement n'y sont pas. Ils sont quelque part sous vos pieds, à un endroit dans lequel ni Toa, ni Matoran, ni Turaga n'a jamais pénétré. En ce moment, nous pensons que Makuta a atteint cet endroit – et si nous ne nous trompons pas, alors il est peut-être déjà trop tard pour nous tous. »

Cela prit des heures de planification, et encore plus pour convaincre les Turaga que les Toa n'avaient pas perdu la tête, et une autre demi-journée au-dessus de cela pour compléter le travail requis. Quand ils furent prêts, jaller, Norik, Pouks et Nuparu utilisèrent leurs pouvoirs pour effriter la fondation et créer un tunnel dans lequel personne n'était allé auparavant. En-dehors, le pouvoir de Gravité d'Hewkii, le pouvoir de glace de Kualus, et la force vaste de Bomonga luttèrent pour garder la structure intacte. Une fois le tunnel en place, Hahli et Gaaki utilisèrent leur pouvoir de l'eau pour refroidir les murs. Iruini et Kongu surveillèrent Zaktan, Kongu plus que prêt à envoyer le globe de verre du Piraka dans les airs au premier mot incorrect.

La partie la plus dure arriva. Bomonga et Kualus devaient partir du bout du Colisée pour rejoindre les autres alors qu'ils se préparaient à entrer dans l'inconnu. Cela laissa Hewkii seul pour soutenir la vaste structure.

« Mon équipe viendra avec vous, » dit Jaller à Norik.

« Non, » répondit le leader des Toa Hagah. « Si nous échouons… Si Teridax s'échappe… Vous serez peut-être le seul espoir pour l'arrêter. Nous partirons, et Pouks et moi refermerons le tunnel derrière nous. Vite, Hewkii ne pourra pas rester comme ça indéfiniment. »

Jaller voulut continuer, mais Norik avait raison – le Toa de la Pierre était sur le point de craquer. Il regarda les Toa Hagah disparaître sous le sol. Un moment après, les pouvoirs de la Pierre et du Feu scellèrent à nouveau l'entrée. Il le signala à Hewkii, qui, lentement, lentement, détendit le pouvoir de son Masque pour rabaisser le Colisée au sol. Puis le Toa de la Pierre s'évanouit.

« Il se portera bien, » dit Hahli, en voyant son ami évanoui. « Mais je pense toujours que nous aurions dû les accompagner. Ils pourraient faire face à un grand danger. »

« Je sais, » dit le Toa du Feu. « Je repense à Pouks et Norik que refermaient le tunnel derrière eux… Je n'ai jamais vu quelqu'un refermer sa propre tombe auparavant. »

Chapitre 4

Les cinq Toa Mahri se tenait en demi-cercle, observant la base du Colisée. Quelques moments auparavant, les Toa Hagah avaient disparu dans un tunnel dans ses fondations, se dirigeant vers Mata Nui savait quoi. Maintenant il ne semblait n'y avoir plus rien d'autre à faire pour les Mahri à part attendre.

« Qu'est-ce que tu penses qu'ils vont trouver là-dessous ? » demanda Nuparu.

« Des tuyaux. » dit Hewkii avec dédain. « De la terre. Des rats des roches. Peut-être une rivière souterraine ou deux. Il n'y a rien là-dessous. »

« Comment peux-tu en être si sûr ? » demanda Jaller.

« Les Onu-Matoran ont creusé sous toute la cité, » répondit Hewkii. « S'il y avait quelque chose là-dessous, ça aurait été trouvé depuis le temps. »

« Peut-être, » dit Nuparu, d'un air peu convaincu.

« Allons-y, » dit Hahli. « Nous n'accomplirons rien en restant là. »

La Toa Mahri de l'Eau se retourna vers Ga-Metru. C'est alors qu'elle vit le cristal doré flottant dans les airs. Elle tenta de le toucher, et il s'éloigna d'elle. « Qu'est-ce que c'est ? » demanda-t-elle.

« Quelque chose dont vous avez besoin. »

Les Toa Mahri regardèrent autour d'eux pour voir une femme à l'armure ébène juste derrière eux. Pendant une seconde, ils pensèrent que c'était une Vortixx, mais en s'approchant ils virent qu'elle appartenait à une espèce qu'ils n'avaient jamais vu auparavant. Elle portait un bouclier, mais aucune arme visible.

« Ils l'appellent le Cœur des Visorak, » continua la figure. « Il est maintenant actif et son pouvoir augmente. Où qu'il soit, les Visorak y seront, voyageant de n'importe où dans l'univers pour le retrouver. Vous, les Toa, devez l'amener à l'île d'Artidax et l'y planter. Attirez les Visorak à cet endroit, où ils pourront être emprisonnés pour toujours. »

« Bien, » dit Jaller. « Et qui gardera Metru Nui pendant notre voyage ? Vous ? »

« Elle sera protégée, ne craignez rien, » dit la femme. Elle sortit une petite tablette de pierre contenant une carte de l'île et la leur donna. « Maintenant vous devez prendre le Cœur et partir, avant que les Visorak ne descendent cette cité à sa recherche. Partez maintenant ! »

Avant que les Toa ne puissent lui poser d'autres questions, le corps de la femme se fragmenta en millions de poussières de cristal. Les fragments se répandirent dans le vent. En quelques instants, ils s'en étaient allés.

« Et bien, c'était… étrange, » dit Kongu.

« Alors que faisons-nous ? » demanda Nuparu. « Si elle racontait la vérité… Cette cité n'est pas prête pour une autre infestation à grande échelle. »

« C'est un ‘si' important, » dit Jaller. « Alors Kongu et Hewkii, restez ici. Hahli, Nuparu et moi irons à cet endroit nommé Artidax. »

---

Les trois Toa Mahri partirent par bateau pendant l'heure. Kongu et Hewkii les regardèrent s'en aller, puis passèrent un peu de temps à se décider sur comment diviser au mieux la surveillance de la cité. Une fois que c'était fait, ils repartirent vers le Colisée.

Aucun d'entre eux ne remarqua un nuage de fumées cristallines reformant derrière eux la forme de leur mystérieux visiteur. Et une fois que son bouclier les frappa, les faisant tomber inconscient, ils ne remarquèrent rien du tout.

---

Le voyage vers Artidax fut long, mais sans évènements. Nuparu surveilla attentivement l'arrivée des Visorak, mais n'en vit aucun dans les premiers jours. En s'approchant de l'île, il put apercevoir des araignées sur les bords de l'île sur laquelle ils allaient. Si leur visiteur ne s'était pas trompé, la horde entière serait à leur poursuite sous peu.

La première chose que remarqua Jaller fut un certain nombre de traces récentes. D'autres plus vieilles avaient été partiellement effacées par les eaux et le vent, mais celles-là semblaient avoir été faites peu de temps avant. Près d'ici, de nombreux morceaux d'arbres flottaient dans l'eau, apparemment les épaves d'un bateau ou d'un vaisseau.

« Bien, quelqu'un est déjà passé par là, » dit-il.

« Et y est toujours. » La voix venait d'un grand bipède bleu, monstrueux d'apparence, avec un heaume rempli d'eau sur sa tête. Il portait un poignard de pierre grossière dans sa main.

« Takadox ! » dit Jaller, par surprise. Lui et son équipe avaient combattu Takadox, ainsi que les autres Barraki, dans la Fosse. « Comment t'es-tu échappé ? Où sont tes amis ? Parles, espèce de misérable insecte. »

« Je me suis ‘échappé' tel que vous le soulignez, dans l'idée de faire ma part des choses pour Mata Nui, » répondit Takadox, avec un sourire froid. « Quant à mes anciens camarades conquérants, ils sont sans doute bloqués dans des cellules en ce moment, là où ils sont censés être. Qu'est-ce qui vous apporte à ce coin perdu de l'univers ? »

« Eux, » dit Nuparu, pointant l'océan. C'était devenu une mer de Boggarak, rasant la surface de l'eau, se dirigeant droit sur l'île. Derrière eux, des centaines d'autres Visorak flottaient sur des pièces d'épaves et de détritus. Ils se dirigeaient tous vers l'île d'Artidax.

« Ils sont après nous, » dit Jaller à Takadox. « Mais ne t'inquiètes pas, nous ne resterons pas longtemps… Quant à eux, bien sûr que si. »

« La horde entière ? » dit Takadox. « Vous portez le Cœur des Visorak… J'en ai entendu parler, même si je ne l'ai bien sûr jamais vu. Et vous les ramenez ici… Cela explique beaucoup de choses. »

« Attention à ce que tu dis, Takadox, » dit Hahli. « Ou nous te laisserons ici en compagnie des araignées. »

« Ce n'est pas une mauvaise idée, » dit Takadox. Invoquant toute sa volonté, il concentra son regard droit sur Hahli, puis sur Jaller. Quand Nuparu essaya de protéger ses yeux, ses deux alliés le saisirent et le forcèrent à rencontrer le regard de Takadox. En quelques moments, ils étaient tous les trois en transe hypnotique.

« C'est mieux comme ça, » dit le Barraki. « Peu de temps avant, deux êtres étranges sont apparus sur la plage dans un éclat de lumière. Ils ne m'ont pas remarqué, et j'ai donc décidé de les suivre et de les regarder. Je les ai vu monter quelque chose au somment du plus large volcan de l'île… Et même moi, je pourrais dire ce qu'ils faisaient : ils préparaient une éruption. Et quand elle arrivera, cette île, comme tout ce qui s'y trouve, sera réduite en cendres. »

« Ils ont disparu aussi vite qu'ils étaient apparus, ne me laissa aucun moyen d'échapper au désastre… Jusqu'à ce que vous arriviez. Je vais prendre ce bateau et quitter ce rocher – à nouveau – pendant que vous trois resterez immobile et sages, en attendant la fin. Si vous êtes chanceux… très chanceux… Ce volcan explosera avant que les Visorak ne posent leurs pinces sur vous. »

En gloussant, Takadox grimpa à bord du bateau des Toa. En levant l'ancre et en ajustant les voiles, il commença à s'éloigner des bords d'Artidax. Derrière lui, les trois Toa Mahri se tenaient comme des statues, sans aide pour arrêter son départ. Et alors que le bateau de Takadox s'effaçait sur l'horizon, et le volcan s'apprêtait à exploser, les premières Visorak posèrent leurs pattes sur les sables de l'île.

Chapitre 5

Toa Norik se déplaçait prudemment à travers un passage étroit sous le Colisée de Metru Nui. Derrière lui, les autres Toa Hagah marchaient en file, les yeux et les oreilles concentrés en cas de menaces. Chacun savait qu'ils se déplaçaient dans des lieux inconnus- quelque part où ni Toa, ni Turaga, ni une seule autre espèce intelligente native de cet Univers ne s'était aventuré.

Enfin, ce n'était pas entièrement vrai. Si ce que l'Ordre de Mata Nui soupçonnait était vrai, Makuta Teridax avait fait ce chemin peu de temps auparavant. Bien sûr, cette information venait d'un maléfique Piraka, Zaktan, qui voyageait maintenant aux côtés des Toa Hagah. Sa transformation récente en créature des mers faisait que Zaktan devait être porté par Kualus dans une bulle remplie d'eau.

« Ca me rappelle les Archives, » soupira Toa Iruini. Après une pause, il ajouta, « Je n'aimais pas beaucoup cet endroit non plus. »

« Tu dois l'admettre, cependant, Teridax doit bien s'y plaire, » dit Pouks. « Sombre, sinueux, le genre d'endroit que seul un Rat de Pierre pourrait apprécier. »

« On ne cherche pas non plus à s'y installer », ajouta Norik. « Concentrons-nous sur notre travail. »

« C'est ça, combattez-vous entre vous," siffla Zaktan. "Vous êtes tous pareil, vous, les Toa – tous des idiots du même genre. »

« Et bien, peut-être pas, » gloussa Kualus. « Je suis, selon moi, beaucoup plus maladroit que les autres Toa. D'ailleurs, je sens ta bulle glisser entre mes mains au moment où je parle. J'espère que je ne vais pas la lâcher par mégarde. »

Zaktan le lyncha. Kualus répondit en lâchant la bulle et en la reprenant de justesse. « Oups. Voilà que je recommence, » dit le Toa.

Plus loin, Norik s'était arrêté. En utilisant une petite portion de son pouvoir de flamme, il illumina l'un des murs sur le tunnel. Dessus, il distinguait une série d'inscriptions, apparemment d'origine très ancienne.

« Est-ce du Matoran ? Cela n'y ressemble pas, » dit Norik. « Je ne reconnais pas ce langage. »

« Laisse-moi voir », dit Bomonga. Etant une sorte de maître des souterrains, Bomonga avait pu voir un certain nombre d'inscriptions. "Ce n'est pas du Matoran, je ne pense pas... Peut-être une sorte de langage ancestral. J'arrive à peu près à comprendre... pas trop... C'est une espèce de registre. »

« Un registre de quoi ? » Demanda Gaaki.

Bomonga se retourna vers les inscriptions avant de répondre. « Je ne peux pas le dire. Tout ce que je peux distinguer, c'est un nom... Je ne sais pas s'il s'agit d'une personne ou d'un endroit... 'Bara Magna'. » Personne ne parla, chacun étant concentré dans ses mémoires pour retrouver ce nom. Après un court instant, ils réalisèrent tous qu'ils n'avaient jamais entendu ce nom auparavant. Si c'était quelque part dans l'Univers qu'ils connaissaient, alors ce devait être une région inconnue.

« Est-ce que ça dit quelque chose sur comment remettre un Makuta dans son armure et le renvoyer ensuite ? » demanda Iruini.

« J'espère, » murmura Bomonga.

« Bien, continuons, » dit Norik. « Zaktan, à quelle profondeur penses-tu que nous sommes ? »

« Je ne sais pas, » répondit le Piraka. « Je n'y suis jamais allé non plus. Je sais juste que les inscriptions que j'ai lu précisaient que c'était l'endroit où le Makuta devait venir. Je ne suis pas sûr qu'il savait lui-même ce qu'il y trouverait, où que ce ‘ici' existait – je pense qu'il ne faisait que deviner. »

« Rien de pire qu'un Makuta qui devine bien, » grogna Iruini.

« Je pensais que ce voyage allait être plus... dangereux, » dit Pouks. « De la façon dont Gaaki le décrivait quand nous étions partis... que ce serait une place de la mort, et tout ça... Je m'attendais à voir des pièges partout et d'affreux Rahi. Pour l'instant, on dirait une promenade sur Metru Nui. »

Le tunnel fut tout à coup pris par un léger bourdonnement, qui s'accrût rapidement. Iruini cria, trop tard, « Dehors ! Tout le monde dehors ! » L'instant d'après, il fut écrasé contre le mur, suivi des autres Toa Hagah. Par chance, Kualus fut capable de tenir assez en équilibre pour que la bulle de Zaktan n'éclate pas en pièces.

Maintenant, les six Toa Hagah étaient piégés, accrochés au mur par une puissante force magnétique. Norik fit immédiatement appel à son pouvoir de Feu, mais le tunnel était insensible au feu. Chacun utilisa son pouvoir à la suite, simplement pour découvrir que le mur était en quelque sorte imperméable à toutes leurs énergies élémentaires.

« Makuta ? » demanda Iruini.

« Je ne pense pas, » dit Norik. « Il n'est pas si subtil. Je pense qu'il s'agit de l'un de ces pièges qui manquait tant à Pouks. »

« Pourquoi est-ce que je pense que c'est la dernière chose que nous vivrons ? » dit Bomonga. « Vous sentez ça ? »

Chacun le sentait. C'était une odeur chaude et métallique qui flottait dans le tunnel depuis très haut. Ils savaient tous de quoi il s'agissait, mais Norik fut le premier à le révéler.

« C'est du Protodermis en fusion, » dit-il calmement. « Et il vient droit vers nous. »

Chapitre 6

Toa Jaller était debout sur la plage d'Artidax, son corps dans un état rigide causé par la transe hypnotique de Takadox. A ses côtés, Hahli et Nuparu se tenaient debout, paralysés eux aussi. Aucun des trois n'était conscient de ce qui se passait autour d'eux, et cela valait sans doute mieux.

Artidax était sur le point d'être la scène d'un désastre. Son volcan allait exploser d'un moment à l'autre, faisant pleuvoir feu et cendres sur tous ceux assez infortunés pour s'aventurer autour. Sans savoir cela, les Toa Mahri avaient apporté le Cœur des Visorak ici, une balise qui pourrait invoquer les Hordes Visorak entières à ce signal. L'idée était de les rassembler ici. Ce qu'aucun ne savait était que Takadox se cachait sur l'île et il hypnotisa les trois Toa et vola leur bateau, afin de s'échapper.

Pire encore, les Visorak étaient arrivées, et détalaient à ce moment à travers la plage des Toa Mahri.

En résumé, ce n'était pas le meilleur jour des Toa Mahri…

---

Les Visorak, dit-on, n'oublient jamais.

Les spécimens qui approchaient maintenant les Toa Mahri avaient vu des Toa auparavant, 1000 ans et quelques auparavant sur Metru Nui. C'était une équipe différente, bien sûr, mais pour les Visorak, un Toa est semblable à un autre. Ils pouvaient se souvenir, du moins à peu près, de la souffrance que les Toa leur avaient causée, et ils se souvenaient de la haine.

Mais ils se souvenaient d'autre chose. Les Toa pouvaient sembler affaiblis, battus, ou vaincus, puis frapper avec une force dévastatrice. Cela ne marcherait pas de foncer dans leurs ennemis apparemment sans aide et de tomber peut-être dans un piège. Alors certains reculèrent légèrement pour voir la réaction des Toa. D'autres commencèrent à partir en éclaireurs – si ces Toa étaient réellement glacés, comme ils semblaient l'être, quelque chose les avait rendus ainsi. Et si ce quelque chose était toujours sur l'île, en train d'attendre pour faire de même aux Visorak ?

---

Jaller eut une pensée. C'était très étrange, car il n'était pas capable de penser à ce moment. Mais la légère partie de sa conscience qui était toujours active put comprendre : la pensée n'était pas la sienne.

Ceci n'est pas une façon de mourir pour un Toa.

La petite étincelle de conscience fut suivie par une autre, légèrement plus grande, de reconnaissance. Il avait entendu cette voix auparavant. Elle appartenait à Makuta. Bien qu'elle paraissait différente quand elle venait de la bouche du robotique Maxilos, son arrogance était la même.

La voix continua. Paralysé sur une plage, sur le point d'être détruit par les Visorak ou incinéré par la lave ? Est-ce de cela que sont créées les légendes ? Je ne pense pas. Non, ne t'occupe pas de regarder autour de toi pour me trouver… Tu n'en serais pas capable, dans ta position. Je ne suis pas sur Artidax, mais loin de l'île. Cependant, mon pouvoir a augmenté, alors je peux te voir et te parler de la même façon. Jaller, Jaller… Vakama espérait tant de toi, et regarde-toi maintenant. En tant que Toa, tu fais une bonne statue.

Bien sûr, je devrais me plaindre de ce que vous avez prévu pour mes Visorak… Toi et tous ceux qui ont préparé le volcan pour l'éruption. Mais tu n'en savais rien, n'est-ce pas ? Et quelle honte ce serait de ‘voir' l'expression de ton visage quand tu découvriras la vérité…

Jaller sentit alors une soudaine sensation de douleur, de vivacité et d'agonie. Cela repoussa les brumes causées par l'hypnose de Takadox. A ce moment, il se réveilla, son esprit en train de s'enrouler. Quelqu'un lui avait parlé… Mais qui ? Et qu'avait-il dit ? Que s'était-il passé ?

Ce n'était pas le moment de tout éclaircir, pas avec Nuparu et Hahli et transe et les Visorak se rapprochant de plus en plus. Sans autre alternative, Jaller lança de petites boules de feu à ses partenaires, juste assez pour les immoler légèrement. Tel qu'il le pensait, ils se réveillèrent tous les deux.

« Hey ! » dit Nuparu promptement. « Qu'essaies-tu de faire ? »

« Ne pas mourir, voila ce que j'essaie de faire, » dit Jaller. « Nous devons nous écarter de l'île. »

Hahli s'était déjà mise au travail, invoquant un mur d'eau pour l'écraser contre les Visorak. Jaller créa un mur de feu pour bloquer ceux qui venaient de derrière. Les Toa et les Visorak frissonnèrent chacun au son d'une sorte de grondement de tonnerre en provenance du volcan.

« Oh, oh, » dit Nuparu. « Je ne suis peut-être pas aussi passionné de lave que toi, Jaller, mais j'en connait assez sur les volcans pour connaître la signification de ce son. Ca va exploser ! »

« Mata Nui, » soupira Hahli. « Pensez-vous que c'est pour cela que nous étions censés apporter les Visorak ici ? Pour qu'ils puissent être tués ? »

Quelque chose perturbait Jaller, une mémoire de quelque chose qu'il avait entendu, mais sur lequel il ne pouvait mettre le doigt. Mais d'un côté, il savait qu'il disait la vérité lorsqu'il prononça, « Oui. Je pense que quelqu'un avait prévu ça… Et je ne sais pas si le fait que nous en soyons au beau milieu l'ait inquiété. »

« Notre bateau n'est plus là ! » dit Nuparu. Une demi-douzaine de Visorak se dirigea vers eux. Un tir de Lance-Missiles Cordak les convainquit de reculer.

« Alors nageons, » dit Jaller.

« Vers où ? Nous sommes au milieu de nulle part, » fit remarquer Nuparu.

« Soit on nage, soit on grille, soit on sert de repas aux Visorak, » dit Jaller. « A toi de voir. »

« T'ai-je déjà dit à quel point j'aime l'eau ? » dit Nuparu. En déclenchant son pouvoir élémentaire, il reforma le sol devant les Toa, créant ainsi un chemin temporairement inoccupé des Visorak qui les mènerait à l'eau.

« Allons-nous-en ! » cria Jaller.

Les trois commencèrent à courir et plongèrent dans l'océan. Derrière eux, les Visorak y réfléchissaient pendant un moment, confus. Leur proie s'en allait, mais le Cœur des Visorak était ici. Ils devaient toujours rester près du Cœur, n'est-ce pas ?

Dans l'eau, les Toa se frayaient un chemin à travers d'autres hordes de Visorak, chacune dirigée inexorablement vers l'île. Jaller regarda au-dessus de son épaule. Pendant un moment, il fut tenté de détruire le Cœur. Mais cela voudrait dire avoir une horde de Visorak sur lui et ses amis en un instant.

C'est ce qu'un Toa devrait faire, pensa-t-il. Les Toa ne tuent pas, après tout… ou aident quelqu'un à le faire. Mais peut-être que c'est un nouveau monde – un où l'on ne peut croire ni ses alliés ni ses ennemis. Peut-être que tout ce que l'on pouvait essayer de faire était de rester en vie.

Les Toa étaient toujours trop près quand le volcan d'Artidax explosa. Hahli saisit ses deux amis et les tira sous l'eau alors que des morceaux de roche brûlante commençaient à atterrir tout autour d'eux. Sur la plage, les Visorak assemblées se retrouvèrent trop proche du désastre pour s'échapper. Les hordes, qui avaient apporté douleur et mort tant de fois, payaient désormais les conséquences de leurs actes.

« Et maintenant ? » dit Nuparu, quand les Toa firent surface à nouveau. « Nous sommes encore loin de chez nous. »

« Nous y arriverons, d'une façon ou d'une autre, » dit Jaller. « Ensuite nous allons avoir une petite discussion avec une certaine femme à l'armure noire et obtenir nos réponses… Ou bien nous allons commencer une guerre de nous-mêmes. »

Chapitre 7

Les Toa Hagah, de leurs temps, avaient eu de nombreux mauvais jours. Découvrir que le Makuta qu'ils protégeaient était un traître qui comptait blesser les Matoran ; être transformé en Rahaga par le pouvoir de la maléfique Roodaka ; être attaqué par un Toa Hordika devenu fou à Metru Nui – tout cela arrivait haut sur l'échelle des ‘mauvais jours'.

Mais ce n'était rien comparé au fait d'être magnétisé aux murs d'un tunnel souterrain pendant que du Protodermis fonçait sur vous, annonçant votre mort à quelques secondes. Cela dépassait tous les niveaux possibles.

« Personne n'a une idée géniale ? » demanda Iruini.

Personne ne répondit.

« Alors, pour vos derniers mots ? »

Le son sifflant du Protodermis qui s'approcha fut remplacé soudainement par le son de fracassement de pierres et de métal déchiré. Des roches et des poussières pleuvaient de dessus. Les Hagah levèrent la tête pour voir qu'un énorme trou avait été fait dans le plafond. Quelque chose qui ressemblait à une sorte de géante créature reptilienne les regarda d'en haut.

« Et qu'avons-nous ici ? » grogna l'être. « Six Toa et leur aquarium en danger ? »

« Il parle, » dit Bomonga.

« Je me fiche de savoir s'il chante, dance, ou peut jongler avec des Kanohi les yeux bandés, » dit Iruini. « Est-ce qu'il peut nous sortir d'ici ? »

La grande bête acquiesça. « Je le peux, et je le ferai… Du moins, une fois que j'aurai découvert qui vous êtes. Si je ne suis pas satisfait de votre réponse, je vous renverrai en arrière. »

Il y eut un moment de terrible vertige et de désorientation complète. Les Toa Hagah surent ensuite était qu'ils se trouvaient dans une autre partie du tunnel. La bête était avec eux, bien que remarquablement plus petite de taille. L'aquarium de Zaktan était également là.

« Maintenant – par le droit du sauvetage, je vous demande qui vous êtes, qui étiez-vous avant, et que faites-vous ici, » demanda la bête.

Aussi brièvement que possible, Toa Norik lui expliqua l'histoire des Toa Hagah et leur mission dans les tunnels. Il ne dit rien de Toa Helryx et de l'Ordre de Mata Nui. La bête écouta, en acquiesçant occasionnellement, puis sourit.

« Alors les Makuta ont vu un besoin de protection, un jour dans le passé lointain ? Qu'est-ce que c'est… Amusant. Je suis moi aussi un Makuta – je m'appelle Miserix – vous n'avais sans doute pas entendu parler de moi, pour les raisons pour lesquelles nous pouvons remercier notre ennemi mutuel, Teridax. »

Bomonga et Kualus étaient immédiatement près au combat, mais Norik fit un geste pour leur faire signe de reculer. Peu importe qui était ce Miserix, il les avait sauvé.

« Ce n'est pas que je me complaigne, pensez-vous, mais comment nous avez-vous trouvés… Et comment nous avez-vous sauvés ? » demanda Iruini.

« Ah, juste comme un Toa, » dit Miserix. « Toujours en train de penser que l'Univers change tout autour de vous. Je ne savais pas du tout que vous étiez ici. Je cherchais Teridax. Tout comme je vous ai protégé de votre fonte prématurée, par la téléportation – un talent mineur, aussi utile soit-il. »

« Qu'est-ce qui vous fait penser que Teridax se trouve dans ces profondeurs ? demanda Toa Pouks. Les autres savaient que Pouks essayait de tuer le temps. Son masque pouvait analyser et copier le pouvoir de Miserix, mais le procédé prenait un moment.

« Je pourrais dire que j'ai senti sa trace, » dit Miserix. « Mais, en vérité, j'ai trouvé un Makuta qui préférait parler à être saisi par mes griffes. Il me pointa la bonne direction… et en retour, je ne l'ai pas détruit en pièces. Il était entièrement intact quand je l'ai absorbé dans mon corps. Et au passage… »

Miserix attaqua violemment, envoyant Pouks contre le mur. Le masque du Toa déserta.

« Je n'aime pas être… imité, » grogna le Makuta.

Gaaki aida Pouks à se remettre sur ses pieds et lui retrouva son masque. « Et maintenant ? » dit la Toa de l'Eau.

« Maintenant ? » dit Miserix. « Maintenant nous allons combattre Teridax dans son repaire. On a perdu assez de temps avec ce demandeur de pouvoir. »

Miserix se retourna et marcha. S'il avait peur que les Toa Hagah ne le suivent pas, ou qu'ils l'attaquent de derrière, il n'en montra pas un signe. En vérité, il n'était concerné ni par l'un ni par l'autre. S'ils ne venaient pas, cela ne lui serait pas d'une grande importance. S'ils attaquaient, il les tuerait tous.

Ils le suivirent.

« C'est un Makuta, » dit Zaktan d'un ton sévère. « Votre ennemi juré ! Pourquoi ne le tuez-vous pas ? »

« Tu es un Piraka, » répondit Pouks. « Notre ennemi juré également. Pourquoi nous ne tuons pas ? Parce qu'on a besoin de toi, serpent – et nous pourrions avoir besoin de lui également. »

Après ce qui sembla être des heures de trajet, le tunnel prit fin, enfin. Il s'arrêtait dans une petite chambre, entourée de machineries sophistiquées. Mais ce n'était pas ce qui attirait l'attention des Toa Hagah. Non, ils étaient concentrés sur les deux corps dans la salle.

Kualus fut le premier à observer les deux figures dans des armures. Bomonga le rejoignit. Après un moment, le Toa de la Terre dit, « Ils sont morts depuis des milliers, et des milliers d'années. Ils ressemblent un peu à des Toa… Comme vous pouvez le voir, un dans une armure rouge, un dans une armure verte… Et ils portent des masques également. Mais ils sont légèrement… différents. Peut-être très différents. »

Miserix étira sa griffe et saisit une pièce de l'armure de l'un des corps. Il l'examina avec attention. « Fascinant. L'armure n'est pas faite de Protodermis. Je pourrais supposer que rien ne l'est en eux, de leurs tissus organiques à leurs masques. Mais tout est fait de Protodermis. Sinon, cela ne peut que signifier que… »

« Ils ne sont pas d'ici, » finit Norik. « Mais que faisaient-ils ici, à des kilomètres sous Metru Nui ? Comment sont-ils morts ? Et quel est cet endroit ? »

Avant que Miserix ne puisse répondre, il y eut des crépitements dans l'air. Le groupe se retourna pour voir un trou se former dans l'espèce derrière eux. A l'intérieur du trou, ils ne voyaient que de l'ombre… puis les contours vagues de figures venant du vide vers eux.

« Je pense que nous allons avoir de la compagnie, » dit Miserix. « Peut-être allons-nous voir, Hagah, à quel point vous êtes bon pour ‘protéger' un Makuta, après tout. »

Chapitre 8

Hewkii fut le premier à être réveillé. Kongu était à côté de lui, toujours inconscient. L'esprit du Toa de la Pierre était rempli de questions – Comment ? Où ? Pourquoi ?

Il se répondit facilement au ‘Comment'. Quelqu'un avait attaqué les deux Toa Mahri par derrière peu de temps après que Jaller et son équipe soit partie pour l'île d'Artidax. Qui cela pouvait être, il n'en avait aucune idée, mais il devait certainement s'attendre à le trouver à nouveau.

Le ‘Où' était également facile à répondre – ils étaient dans le Colisée de Metru Nui. Il s'attendait à peu près à se réveiller enfermé dans une cellule, mais ce n'était pas le cas. Il ne voyait pas un garde hors du couloir. Leurs armes n'étaient plus là, mais ils avaient toujours leurs masques.

« Pourquoi ? » c'était ce qu'il s'apprêter à découvrir. Il donna un bon coup à Kongu sur son masque. « Réveille-toi, tête de brise ! » dit-il. « Nous avons quelque chose à faire. »

« Hmmm ? Quoi ? » Dit Kongu en remuant la tête. « Où sommes-nous, et pourquoi m'as-tu frappé ? » Hewkii était déjà debout et prêt à ouvrir la porte. « Découvrons-le maintenant. »

Il s'était avancé à seulement quelques mètres dans le couloir quand un nuage de fumées noires et cristallines apparut devant lui. Il prit rapidement la forme de la femme à l'armure noire qui avait prévenu les Toa Mahri qu'ils devaient aller sur Artidax. Hewkii pensa alors qu'il savait qui était le ‘qui'.

« Alors, » dit-il. « C'était tout un tour. »

« Si vous voulez penser de cette façon, » répondit la figure. « Je m'appelle Johmak, agente de l'Ordre de Mata Nui. Pour des raisons personnelles l'Ordre voulait les Toa Mahri hors de Metru Nui pour un moment. Et on voulait les Visorak rayés de la carte… D'où notre décision de faire d'une pierre deux Gukko. »

Kongu se tenait maintenant derrière Hewkii. « Mais vous pensiez que nous nous en irions tous, n'est-ce pas ? » Johmak acquiesça. « Et quand vous ne l'avez pas fait, nous avons dû régler ce problème. Nous ne devions pas vous voir vous interférer. »

« Avec quoi ? » demanda Hewkii.

Johmak recula encore et s'en alla au bout du couloir. Il y avait une fenêtre qui montrait tout le Sud de Metru Nui. En se retournant, elle dit, « Avec ça ! »

Hewkii et Kongu regardèrent leur cité, abasourdis. Cela ne ressemblait plus à l'endroit dans lequel ils avaient vécus pendant des semaines. Maintenant cela ressemblait plutôt à une forteresse. De grands murs avaient été construits sur la côte, avec d'énormes armes montées dessus. Des emplacements d'armes étaient également visibles au-dessus des buildings. Les rues menant au Colisée étaient barricadées, avec des Agents de l'Ordre à la garde. Des Matoran de toutes sortes étaient visibles, en train de construire plus de défenses.

« Que se passe-t-il ici ? » ragea Hewkii.

« Les Makuta ont subi de nombreuses défaites, mais ne sont pas encore vaincus, » dit Johmak. « Nous savons que nous aurons besoin d'une bataille finale pour les détruire. Mais nous voulons choisir le lieu. C'est pourquoi nous avons fait passé le mot à travers des servants sur Stelt que nous avons fait du Grand Fourneau une usine pour reformer le Virus mangeur de Protoacier qui a tué Makuta Kojol. »

« Vous avez fait de Metru Nui une cible ? » dit Kongu, sceptique.

« C'était déjà une cible, » dit Johmak. « Nous en avons juste fait une meilleure. »

« Où sont les Turaga ? » demanda Hewkii.

« Les Turaga se sont montrés… non-coopératifs, » répondit Johmak. « Nous leurs avons… demandé… de rester dans le Colisée pendant ce temps. »

« Au passage, qu'allez-vous donc nous demander de faire ? demanda Kongu.

« Rien, » répondit Johmak. « Rien du tout. Rester hors de notre chemin. Votre interférence pourrait causer la mort de nombreux agents de l'Ordre… sans parler de vous. »

Avec cela, Johmak redevint un nuage de cristal et flotta à travers la fenêtre ouverte. Hewkii la vit partir, sa colère montant à chaque moment.

« Personne ne fait de combat dans ma cité, pour me prévenir après seulement d'en sortir, » grogna le Toa de la Pierre. « Personne ! »

---

Makuta Miserix et les six Toa Hagah se retournèrent pour voir des figures émerger du portail dimensionnel. Ils étaient prêts pour tout, sauf peut-être pour ce qu'ils virent.

Toa Helryx apparut la première, suivie de Keetongu. Le portail commença à rapetisser, puis s'élargit soudainement pour en faire sortir deux nouvelles figures. Les Hagah n'en reconnurent aucune, mais il sembla évident qu'Helryx les reconnut.

« Axonn ! Que fais-tu ici ? Et… Qu'est-il arrivé à Brutaka ? »

Axonn expliqua rapidement comment lui et Brutaka avaient découvert le bassin dans lequel fut créée l'espèce Makuta, seulement pour qu'il les attaque. Brutaka y avait été changé d'une certaine façon et avait insisté pour qu'ils arrivent ici – où que cet ‘ici' soit. Il avait utilisé son Masque des Portes Dimensionnelles pour y arriver.

« Alors… Est-ce cela qui a ouvert un portail qui nous a permis de nous échappons à l'endroit où nous sommes maintenant ? » Demanda Helryx.

« Non, » répondit Brutaka, dans une voix grave comme le tonnerre. « Il y a un autre Olmak… qui a été mal utilisé… et pire. Cela pourrait tous nous menacer. »

« Et bien ça va devoir attendre, » répondit Iruini. « Ecoutez, nous sommes tous venus dans ces profondeurs chercher Makuta Teridax, dans vos instructions. Puis on a été prévenu que c'était rempli de pièges et d'une ‘place de la mort'. Et bien, pour l'instant, je ne vois pas Teridax, je suis rentré dans un très beau piège, et personne n'est mort. Quand zest-ce que les choses vont commencer ? »

Une boule d'énergie sortit d'une base de machineries près de là. Il frappa Brutaka, réduisant son Masque en pièces.

« Il fallait demander, » grogna Bomonga à Iruini.

« Désolé pour mes salutations brutales, » dit la voix de Teridax. Elle était étrangement douce, et semblait venir de tout autour. « Mais je ne pouvais pas permettre Brutaka de vous aider à sortir d'ici trop tôt. Pas quand nous avons encore tant à dire. »

« Makuta ! » dit Helryx. « Je sais ce que tu comptes faire. Tu ne vas pas t'échapper comme ça. »

« Tu le sais ? » répéta Teridax, amusé. « Si tu le savais, tu fuirais de panique, Toa. Non, tu le suspectes… tout comme le fait Zaktan. Ou peut-être fait-il plus que ça ? »

Un bourdonnement bruyant envahit la salle. Un moment après, Zaktan et l'aquarium dans lequel il respirait explosèrent tous deux.

« Je suppose que maintenant vous ne saurez jamais, » dit Teridax. « Maintenant de quoi pouvons-nous parler ? L'économie de Stelt ? Les derniers scores d'Akilini ? Les efforts pour faire de Metru Nui un camp militaire ? Non, je sais – parlons donc de la fin de votre Univers tel que vous l'avez connu. »

---

L'île de Destral était en ruines.

La forteresse des Makuta avait été largement réduite en poussière. Vezon, le seul être vivant et conscient dans la forteresse, s'en était déjà allé en utilisant un Masque des Portes Dimensionnelles. Les occupants se dirigeaient déjà à travers les salles détruites, à la recherche de survivants ou de butins.

Dans une chambre souterraine, un être isolé s'éveilla. Il connaissait son nom – Takanuva – et s'était souvenue d'avoir été capturé de son Univers par un Makuta. Après cela, tout était vide jusqu'à ce qu'il se réveille ici, dans un Canister craquelé.

Il cogna le couvercle du Canister, le réduisant en pièces, et fit un pas dans la chambre. Tout autour de lui se trouvaient des doubles de lui-même, certains morts, d'autres toujours piégés et toujours en suspension. Cela répondit à une de ses questions – il n'avait pas été le seul capturé.

Quelque chose le tracassait… quelque chose d'autre qui n'était pas comme il devrait l'être. Qu'était-ce ? Il était certain que son armure n'avait pas était toute noire auparavant… c'était donc une possibilité. Mais était-ce la réponse ? Non, non, ça ne l'était pas. Il était presque sûr qu'une autre chose avait été différente avant son réveil.

Il était certain – il aurait pu jurer, même – qu'il n'avait pas voulu détruire le monde avant cela. Mais maintenant ?

Le Takanuva de l'Ombre ne pouvait plus attendre pour s'y mettre.

Chapitre 9

Les sombres profondeurs de la cité de Metru Nui étaient une ‘place de la mort', tel que l'avait dit Toa Gaaki. Elle avait raison, du moins pour le Piraka nommé Zaktan, qui venait de se faire tuer par Teridax. C'était déjà assez mal – pire encore, il était impossible de dire où se trouvait Teridax, étant donné que sa voix venait de partout. Mais il n'y avait aucun signe de son corps.

Une formidable quantité de pouvoir s'était dirigée contre lui dans cette chambre. Toa Helryx, leader de l'Ordre de Mata Nui ; Keetongu, une puissante bête Rahi ; Les six Toa Hagah ; Makuta Miserix ; Axonn et Brutaka, agents de l'Ordre. De tous, Brutaka était le plus étrange, brillant en vert alors qu'il flottait à plusieurs décimètres du sol. Même avec son Masque Kanohi détruit par Teridax, il semblait effrayamment puissant.

« Montre-toi, espèce de traître vermine ! » cria Makuta Miserix. « Battons-nous une bonne fois pour toutes pour savoir qui dirigera la Confrérie ! »

Le son d'un rire doux sortit de chaque coin de la salle. « La Confrérie ? Il n'y a plus de Confrérie, Miserix. Dans quelques temps, les Makuta de Karda Nui seront morts. Makuta Tridax a déjà péri, tout comme Spiriah et encore d'autres. L'Ordre de Mata Nui a été très utile de ce côté-là. »

« Et tu sembles indifférent au fait que tous tes alliés périssent, » dit Helryx. « Pourquoi ? »

« Je n'ai pas d'alliés, » répondit Teridax, « car personne ne m'est égal. »

Un vrombissement se fit entendre dans la salle, devenant de plus en plus bruyant jusqu'à ce qu'il se noie dans toutes les pensées. Tout ce qui existait maintenant était un son dans leur tête, qui ramena même Axonn à terre. Seul Brutaka n'était pas touché. Il relâcha une rafale de pouvoir de son épée, criant, « Assez ! » l'énergie toucha les machineries sur le mur du fond et le son s'arrêta.

Teridax rit. « Une simple… Fraction… de ce qui est à venir. »

« Je sais tout ce que tu as oublié, » dit Brutaka. « Je sais que tu as placé des millions de vies en danger avec ta folle envie de saisir le pouvoir. Ce n'est pas ce que tu étais censé faire. Ce n'est pas pour cela que tu as été créé. »

« Il se trouve dans les machines, » murmura Miserix. « Bien sûr, si nous détruisons les machines… »

Le Makuta exilé lança une balle de pouvoir gravitationnel aux machines. Quand il le toucha, le métal commença à se froisser, se recroquevillant sur lui-même alors que sa gravité avait augmenté de cent fois. Mais ce n'était pas Teridax qui lui envoya une attaque en réponse – c'était Brutaka ! Une rafale de son épée fit s'étaler Miserix.

« Non ! Tu ne comprends pas ! » Cria Brutaka.

« Alors explique-leur, » dit Teridax. « S'il te plaît. »

Brutaka acquiesça. « Nous… nous nous trouvons le plus proche possible des pensées de Mata Nui. Si nous détruisons cet endroit, nous détruisons son esprit, et nous condamnons l'Univers. »

« Je ne comprends pas, » dit Toa Norik. « Si c'est l'esprit de Mata Nui… Alors où est son corps ? »

Brutaka gesticula autour de la salle, indiquant tout ce qui se trouvait autour d'eux. « C'est notre Univers, Toa. Nous vivons à l'intérieur du Grand Esprit. Mais maintenant, Teridax a pris la racine de son corps et le contrôle… et contrôle tout. Dès que les Toa Nuva réveilleront son corps, Teridax sera relâché pour répandre les Ténèbres sur tout ce qui existe. »

« Et comment l'arrêter ? » dit Toa Iruini.

« Je vais vous montrer comment ! » grogna Miserix. Il se recula et envoya attaque après attaque sur les machines, les murs de la chambre, le plafond, faisant des dommages innommables. Axonn, les Toa et Keetongu essayèrent de l'arrêter, seulement pour se faire rabattre. « Mourrons tous, » continua Miserix. « Que l'Univers brûle ! Je veux seulement voir Teridax mort ! »

« Quel étrange… façade de ta personnalité, » répondit Teridax.

Devant les yeux horrifiés du groupe, le corps de Miserix commença à changer. Il ondula, devint flou, les couleurs semblant se mélanger les unes entre les autres. Il y a une libération d'énergie explosive, aveuglante dans son intensité. Quand les héros purent voir à nouveau, une image de Miserix s'était formée sur le mur de la chambre, mais il était lui-même parti. Ou, est-ce qu'il l'était vraiment ?

« Il fait une décoration vraiment unique, n'est-ce pas ? » dit Teridax.

« Nous te combattrons, » dit Toa Norik. « Nous trouverons un moyen. »

« Vous avez été les premiers Toa à le faire, » dit Teridax. « Vous trouveriez sans doute un moyen… peut-être même un moyen de gagner, si je le permettais. »

Une vague d'énergie mentale toucha les six Toa Hagah, mais ne sembla pas les blesser. En fait, ils semblaient quelque peu énergisés par cela, même heureux. Ils se retournèrent et sortirent de la chambre, en riant et en parlant avec les autres comme si c'étaient les meilleurs jours de leurs vies.

Helryx les regarda partir, choquée. « Que… Que leur as-tu fait ? »

« Appelle cela… la merci, » dit Teridax. « Dans leurs esprits, la bataille est terminée – et les forces du ‘bien' ont gagné. Ils se souviennent de m'avoir vu vaincu entre leurs mains, et dans la réalité qu'ils percevront dès maintenant, il n'y a ni Teridax, ni d'oppression des Makuta, ni de Matoran et de Toa en péril. Tout ce qu'ils verront ne sera plus que de la paix et de la joie, où qu'ils regardent. »

« C'est monstrueux ! » dit Axonn. « Jouer avec leurs esprits – étais-tu trop effrayé pour les affronter en bataille ? » Teridax l'ignora. « Malheureusement, je ne peux pas en faire de même avec Axonn, ou Brutaka, ou même toi, Helryx – vos esprits sont trop protégés. Avec du temps, je pourrais briser ces protections… Mais pourquoi gaspiller de l'énergie ? Et pareil pour Keetongu… je suis sur le point de devenir un Grand Esprit. Je n'ai pas de temps pour des animaux. »

« Tu t'amuses avec le destin, » le prévint Brutaka. « Et tu seras puni. »

« Mais pas par toi, et pas aujourd'hui, » répondit Teridax.

Brutaka disparut de la salle, suivi par Axonn, puis Keetongu. Seule Helryx resta.

« Ne t'inquiètes pas, ils ne sont pas morts, » dit Teridax. « Ils ont simplement été téléportés à l'extrême sud de l'Univers, à des contrées tellement dangereuse que même les Makuta n'ont jamais osé y voyager. Tu les reverras, j'en suis sûr… s'ils survivent. »

« Et pour moi ? » dit Helryx. « Me banniras-tu, moi aussi ? »

« Non, » dit Teridax. « Vois-tu, la grande erreur de Mata Nui était qu'il n'avait personne avec qui partager ses pensée, personne avec qui il pouvait communiquer. Il n'avait aucun ‘ami', pour employer un meilleur terme. Je ne ferai pas cette erreur. Tu resteras là, Helryx, où tous tes besoins seront servis… et tu seras avec moi dans les brillantes ténèbres que sont mes pensées. Mes plans, mes rêves, mes espoirs, je les partagerai avec toi… pendant aussi longtemps que ta santé mentale resteras intacte. »

N'importe qui d'autre aurait été rempli d'effroi aux paroles de Teridax, mais pas Helryx. Elle vit une opportunité. Elle resterait en vie, ses pensées resteraient les siennes, et elle serait au centre des pensées de Teridax. Elle fit alors un vœu – elle ne céderait pas. Elle ne tomberait pas sous le poids des ténèbres. Peu importe comment, elle le défierait, et d'une certaine façon elle aiderait les autres à faire de même.

« Ce n'est pas fini, » dit-elle calmement. « Tu le sais, n'est-ce pas, Teridax ? Peu importe ton pouvoir, peu importe ce que tu peux nous faire à chacun d'entre nous… ce n'est pas fini. »

« Bien sûr que non, » répondit Teridax. « Ce que ce serait si ennuyeux si ça l'était. »

Personnages


TimelineNav.png 2001-2003 Mur de l'Histoire (BIONICLE.com)
2007 Rêves de Destruction | Dans l'Obscurité | Le Blog des Toa Nuva
2008 Les Chroniques de Mutran | Sombre Miroir | Fédération de la Crainte | La Guerre du Destin | Résidents des Ténèbres | Frères d'Armes | Le Blog de Takanuva
2009 L'Empire des Skrall | Le Règne des Ombres | L'Énigme des Grands Êtres
2010 La Saga de Mata Nui | L'Épopée de Sahmad | La Quête d'Hier | Les Pouvoirs en Place