Midak

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils
Dans d’autres langues
De Nuvapedia
Aller à : navigation, rechercher
BIONICLE Logo 01.png
Cette page concerne l'Onu-Matoran. Vous recherchez peut-être l'arme.

« Midak » aurait besoin d'être édité.

Les actions suivantes doivent être effectuées : Ajouter les changements de masque et les couleurs à la section Capacités et Traits


« Besoin d'un crabe à Onu-Koro ? Il fait très sombre là-bas, mais Puku connait le chemin »
— Midak, Mata Nui Online Game

Midak
SansImage.png
Matoran de Metru Nui
KanohiPakari[1]
StatutDiminué
Midak.PNG
Matoran Diminué
TravailDresseur d'Ussal
KanohiPakari
StatutReconstruit
SansImage.png
Matoran Reconstruit
TravailDresseur d'Ussal[2]
KanohiPakari[1]
StatutVivant
LocalisationSpherus Magna
PrononciationMy-dack


Midak est un Onu-Matoran excentrique originaire de Metru Nui.

Biographie

Metru Nui

Avant le Grand Cataclysme, Midak vivait et travaillait à Onu-Metru. Il fut capturé par les Vahki sur ordre de Makuta Teridax, déguisé en Turaga Dume. Ensuite, il fut mis de force dans une Sphère Matoran mais fut par la suite sauvé par les Toa Metru et éveillé sur les côtes de la Baie de Naho sur l'île de Mata Nui.

Mata Nui

Midak perdit les souvenirs de sa vie passée sur Metru Nui et son corps diminua en force et en taille à cause de son confinement dans une Sphère Matoran. Il aida à construire Onu-Koro, travaillant sous les ordres de Turaga Whenua et utilisant des matériaux des Vaisseaux des Airs que les Toa avaient utilisé pour emmener les Matoran sur Mata Nui.

La hutte de Midak et l'étable à Crabes Ussal sur Mata Nui

Pendant qu'il était sur Mata Nui, Midak vivait dans une hutte juste à l'extérieur du Désert Motara et du Chemin vers Po-Koro. Midak s'occupait des Crabes Ussal, et il passait beaucoup de temps à regarder les Courses d'Ussal. Il louait des crabes Ussal aux voyageurs voulant se rendre à Onu-Koro pour qu'ils ne se perdent pas dans les tunnels.

Après que Pewku soit devenue trop vieille pour la course, Onepu la donna à Midak. Plus tard, Midak donna Pewku à Takua pour qu'elle l'escorte à Onu-Koro. Plus tard, apprenant que Takua avait aidé Onu-Koro avec beaucoup de ses problèmes, Midak remercia personnellement Takua.

Midak devint aussi ami avec Toa Pohatu, qui nomma les Fusils des Cieux Midak en son honneur.

Durant l'Invasion Bohrok, Midak fut évacué d'Onu-Koro puis retourna avec les autres Matoran. Suite à la défaite des Bohrok-Kal, il fut reconstruit sous une forme plus puissante. Par la suite, il quitta le village avec les autres Matoran quand les Rahkshi attaquèrent.

Retour à Metru Nui

Quand Metru Nui fut redécouverte, Midak et les autres Matoran de Mata Nui construisirent des bateaux pour atteindre la cité, qu'ils commencèrent à reconstruire, celle-ci ayant été endommagée par le Grand Cataclysme. Il arrêta temporairement ses efforts de reconstruction sur ordre de Jaller afin de forcer les Turaga à révéler où étaient partis les Toa Nuva, mais finit par se remettre au travail. La cité fut finalement totalement réparée par le Sceptre d'Artakha.

Suite à la défaite de Teridax dans la Bataille de Bara Magna, Midak partit de Metru Nui avec les autres Matoran survivants, pour s'installer sur Spherus Magna.[3]

Capacités et Traits

Midak préfère la lumière par rapport aux ténèbres, habituellement préférées par les Onu-Matoran, et il aime vivre au-dessus du sol à la frontière entre Onu-Wahi et Po-Wahi. Il est dit qu'il aime parler des joies de la lumière pure à quiconque veut bien l'écouter. Bien que la plupart des Matoran le trouvent amical, bien que légèrement étrange, les autres Onu-Matoran sont plus durs avec lui.

Comme tous les Onu-Matoran, Midak peut voir dans le noir, et est plus fort que les autres Matoran. Cependant, sa vision nocturne est suffisamment faible pour qu'il puisse habiter à la surface.

Anecdotes

  • Midak ne fut tout d'abord qu'un nom pour expliquer le nom Fusil des Cieux Midak, puis fut assimilé à un personnage de Mata Nui Online Game sur suggestion du membre de BIONICLEsector01 et BZPower Wrinkledlion X à Greg Farshtey.

Références