Le Blog des Toa Nuva

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils
Autres langues
De Nuvapedia
Aller à : navigation, rechercher

Page Parente : Sérials

« Le Blog des Toa Nuva » aurait besoin d'être édité.

Les actions suivantes doivent être effectuées : Vérifier la traduction de la Série Web dans le détail


« Enfin, après de si longues et nombreuses batailles, nous avons commencé la mission pour laquelle nous existions. Si nous réussissons, nous aurons aidé à sauver un univers du mal. Si nous échouons... et bien, peut-être que même les Grands Êtres ne pourront pas nous sauver si nous échouons. »
Toa Nuva Gali

Le Blog des Toa Nuva
Drapeau Royaume-Uni.png
2007
Greg Farshtey

Le Blog des Toa Nuva, aussi appelé le Blog de Gali Nuva, est une série web datée de l'été 2007, et fut l'une des toutes premières du genre, à l'époque publiée sur la première version de BIONICLEstory.com. Dans celle-ci, la Toa de l'Eau Gali Nuva écrit les mémoires de son équipe durant leurs aventures après Voya Nui.

Cette série n'était pas partie intégrante de l'histoire centrale de l'année 2007, consacrée aux Toa Mahri et aux Barraki. Elle raconte en parallèle de l'histoire centrale, comment les Toa Nuva de leur côté, préparent l'univers au réveil de Mata Nui.

Chapitre 1

Comme nous n'avons pas de Chroniqueur actuellement, pour notre mission la plus vitale, je passe mon temps à retranscrire les événements pour la prospérité de notre histoire. Tahu pense que ce n'est qu'une perte de temps, et Kopaka est d'accord avec lui (c'est pourtant très rare de les voir d'accord !). Mais Onua comprend, et donc Pohatu de même. Peut-être parce que la Glace et le Feu sont des éléments éloignés, et la Terre et la Pierre sont des éléments plus proches... Mais Pohatu et Onua semblent avoir un plus grand respect pour l'histoire.

Après notre sauvetage par la Résistance Matoran de Voya Nui, j'ai bien cru que nous allions aider les Toa Inika à retrouver le Masque de Vie. Mais Axonn et Botar nous ont pris à part et nous ont expliqué qu'il était temps de préparer l'univers au réveil de Mata Nui. Si les Toa Inika réussissent leur mission et sauvent la vie du Grand Esprit, le temps sera venu pour nous d'accomplir notre mission - réveiller Mata Nui et apporter la lumière dans l'univers.

Pour le faire, nous devions, selon Axonn, retourner à Metru Nui. Le Grand Temple, expliqua-t-il, contenait des consignes dont nous avions besoin pour préparer le retour du Grand Esprit. Nous devions trouver ces consignes et les réaliser quelles que soient les tâches exigées, et les avoir accompli avant que ce ne soit à nous d'agir. Nous ne pouvions prévenir personne de ce que nous allions faire, pas même les Toa Inika - car si la Confrérie des Makuta l'apprenait, ils nous tueraient sûrement (et je suis surprise qu'ils ne l'aient pas déjà fait...)

Enfin, après de si longues et nombreuses batailles, nous avons commencé la mission pour laquelle nous existions. Si nous réussissons, nous aurons aidé à sauver un univers du mal. Si nous échouons... et bien, peut-être que même les Grands Êtres ne pourront pas nous sauver si nous échouons.

Chapitre 2

Même quand je fais une pause pour écrire mes mémoires des événements récents, je trouve difficile de croire que nous, les Toa Nuva, avons fait ce que nous avons fait.

Les informations trouvées dans le Grand Temple de Metru Nui étaient sous une forme de liste. Chaque texte correspondait à une action que nous étions supposés faire pour préparer l'univers au retour du Grand Esprit. Mais le premier texte de cette liste demandait de libérer les monstrueuses jumelles Bahrag et de relâcher les essaims de Bohrok sur l'île de Mata Nui !

Bien que certains d'entre nous aient douté de la sagesse de cet acte - notamment Pohatu - finalement, nous avons fait ce qui nous semblait devoir être fait. Encore maintenant, j'imagine les essaims arrivant sur l'île, en train de l'incendier, de la détruire et de l'anéantir. J'ai du mal à croire que ce soit une bonne chose, ou une partie des plans du Grand Esprit.

Notre tâche suivante fût de récupérer un objet antique, le Sceptre d'Artakha, dans un lieu secret des Archives. Mais quand nous sommes aller le chercher, nous ne l'avons pas trouvé. Onua se souvint alors que Whenua avait dit qu'elle avait été volé par des bandits et de tueurs nommés les Chasseurs de l'Ombre.

Il n'eût suffit que de quelque secondes pour décider de notre action suivante. Nous devions trouver la base des Chasseurs de l'Ombre et récupérer le sceptre, même si nous devions combattre chacun d'entre eux pour le faire.

Chapitre 3

Nous nous rendions compte qu'accomplir ses actions allait à l'encontre de la nature des Toa. Selon la tradition, les Toa agissent toujours à la lumière du jour, pour que les Matoran puissent nous voir agir et avoir confiance en nous. Il nous était donc un peu inconfortable pour la plupart d'entre nous d'aller sur l'île d'Odina furtivement.

Ce n'était pas que nous avions beaucoup le choix. Odina était la base principale des Chasseurs de l'Ombre, très bien défendue et très difficile à attaquer. Même six Toa Nuva ne pouvaient espérer remporter la victoire sur ces côtes.

Nous approchions du nord, en ayant l'intention de passer à travers les montagnes et attaquer les Chasseurs de l'Ombre par surprise. Il y avait moins de gardes dans cette région, depuis que les barrières naturelles étaient devenues difficiles à franchir. La seule sentinelle visible fut un puissant Chasseur de l'Ombre bleu et blanc que Tahu reconnut comme étant Laquais. À peine avions-nous le temps de mettre au point un plan pour passer à son insu que Kopaka le congela.

« Maintenant nous avons un temps limité », plaisanta Onua. « nous devons achever notre mission avant le dégel du printemps ».

Pohatu dirigea le groupe pendant que nous escaladions les montagnes. Personne ne parla. Nos esprits étaient concentrés sur l'idée d'envahir une forteresse remplie d'ennemis pour récupérer le Sceptre d'Artakha.

Lewa grimpa sur un rocher, sauta et utilisa son masque de lévitation pour s'envoler. A peine ai-je eu le temps de le prévenir qu'il était observé qu'une toile d'énergie tomba du ciel et le captura. Cet événement se fit rapidement suivre par un jet de poison qui manqua de peu le Toa dans sa chute.

Je regardais dans le ciel, quand soudain une créature ailée arriva vers nous, lançant des toiles d'énergie plus puissante du lanceur qu'elle avait sur le dos. Tahu créa un bouclier autour de nous et les toiles rebondirent dessus. Kopaka glaça les ailes de la créature et Onua utilisa son masque de force pour envoyer un coup qui l’assomma.

« Deux à terre », raya Lewa. « plus que 200 pour y aller ! »

Personne ne rit.

Chapitre 4

En s'approchant de la forteresse des Chasseurs de l'Ombre sur Odina, on a l'impression de se coller le visage sur un nid de Mouches de Feu... des Mouches de Feu affamées... FURIEUSES et affamées...

Bien que nous, les Toa Nuva, avions pris le chemin le moins dangereux, nous devions encore échapper aux sentinelles Chasseurs de l'Ombre présentes. Nous devions les mettre hors d'état avant qu'ils ne puissent sonner l'alarme ; C'est facile à faire quand vous avez Lewa à vos côtés. Les Toa de l'Air peuvent créer du vide, autour des personnes, et sans air, le son de leurs cris ne circule plus.

Après avoir couru jusqu'à la forteresse le plus vite que nous pouvions, nous fûmes stoppés par un garde derrière un mur de pierre. Pohatu utilisa son pouvoir pour faire émerger une main de pierre du mur qui l'étrangla. Puis il utilisa un autre pouvoir pour ouvrir le mur.

L'intérieur de la forteresse était un vrai labyrinthe. Pire encore, nous ne savions même pas où était caché le Sceptre d'Artakha. Peut-être allions nous devoir chercher des jours et des jours. Je prévint Tahu, mais il tourna la tête.

« le sceptre est un objet de valeur », dit Tahu. « les Chasseurs de l'Ombre le cachent sûrement avec leurs trésors, ce qui signifie là où trône Le Ténébreux. Trouvons le trône, et nous trouverons le sceptre ».

« Et vous m'avez trouvé », dit une voix grave. Il vint vers nous, mais personne ne l'accompagnait. « Vous pensiez vraiment entrer dans ma forteresse à mon insu ? vous pensiez vraiment le faire loin de moi... à moins que je ne désire votre présence ici ? »

Autour de nous, les murs se déplacèrent et nous fûmes rapidement enfermés dans une prison de pierre.

« Bien entendu, je sais que six Toa Nuva peuvent se défaire de ce piège facilement », dit la voix que nous avions tous compris comme étant celle du Ténébreux. « mais j'espère que vous prendrez le temps d'écouter. Voyez-vous, j'ai une offre à vous faire... et un secret à partager ».

Chapitre 5

Si un chroniqueur me racontait une telle histoire, je ne le croirais jamais.

Le Ténébreux raconta l'histoire comme tel : Il avait bien possédé l'objet que nous cherchions, le Sceptre d'Artakha, mais il l'a donné aux habitants de l'île de Xia pour payer des armes. Il allait nous libérer et nous communiquer l'endroit le plus probable où trouver le Sceptre d'Artakha, si nous lui rendions un service. Apparemment, Roodaka, une des « citoyennes dirigeantes » de Xia, avait donné des informations sur la Confrérie des Makuta aux Chasseurs de l'Ombre... Et fait de même pour la Confrérie. Le Ténébreux voulait qu'elle soit éliminée.

À ma surprise, Tahu accepta. Ce fut seulement plus tard qu'il me dit qu'il avait d'autres plans pour Roodaka, des plans qui impliquaient de renvoyer Lewa sur Metru Nui. Pendant ce temps, nous étions en route pour Xia (Pohatu avais laissé un petit cadeau aux Chasseurs de l'Ombre. Il me raconta plus tard, une heure après que nous soyons partis, que chaque pierre dans la forteresse des Chasseurs de l'Ombre allait tomber en poussière.)

Je n’étais jamais allée là-bas auparavant, mais j'ai entendu dire que l'île était un vrai cauchemar industriel. Alors que nous arrivions, l'accent se porta sur la partie « cauchemar » - une créature énorme appelée Tahtorak enrageait sur place, et une créature encore plus désagréable se rapprochant de la description du Dragon de Kanohi l'affrontait. Les bâtiments s'effondraient, les usines brûlaient, et même la fameuse Montagne avait de grosses fissures. Le lieu était dans une situation chaotique.

Tahu envoya Onua creuser au cœur de l'île pour retrouver le Sceptre sous le sol, dans sa cachette. Nous autres, nous fîmes ce que nous pouvions pour sauver la population du combat des deux bêtes. Ce fut Kopaka qui eut la chance de sauver Roodaka.

« Toa ! » Cracha-t-elle, comme si qu'elle détestait le goût de ce mot. « Je n'ai pas besoin de ton aide ! »

« Peut-être pas », répondit Kopaka, avec un sourire glacial. « Mais nous allons avoir besoin de la tienne. »

Chapitre 6

Avec ce qui s'était passé, Lewa n'eut pas à refaire tout le chemin vers Metru Nui pour trouver ce pourquoi Tahu l'envoyait. Les six Rahaga ont été avertis des événements sur Xia, et, bien que cela paraisse étonnant, étaient prêts à aider les Vortixx (j'espère être un jour aussi généreuse qu'ils le sont). Désormais, pour la première fois depuis plus de 1000 ans, ils étaient face à Roodaka, la personne qui les avait transformé en ce qu'ils étaient aujourd'hui.

« Ton île est en train d'être détruite par le Tahtorak et le Dragon de Kanohi », lui dit Kopaka. « Et les Chasseurs de l'Ombre veulent ta mort - Et la Confrérie aussi, ou alors c'est une question de temps. Aide-nous et nous pourrons peut-être t'aider. »

« Nous ne voulons rien d'elle », cracha Norik. « Laissez-la découvrir le sort qu'elle mérite tant. »

Mais Roodaka avait compris qu'elle était dans une situation impossible. Ne faisant aucun effort pour déguiser son mépris envers nous, elle saisit quand même son lanceur de Rhotuka et tira sur les six Rahaga. Les roues frappèrent les six Rahaga, et devant nos yeux, un miracle se passa : six Rahaga mutés se transformèrent en six grand, forts, et puissants Toa Hagah !

« C'est... stupéfiant, » dit Toa Gaaki, regardant son armure de Toa revenue. « Norik, c'est terminé - Nous sommes redevenus des héros ! »

« Vous l'avez toujours été », dit Tahu, en souriant. « Maintenant, vous y ressemblez plus. » À peine avions nous le temps de nous réjouir que Onua arriva. Il avait été envoyé pour récupérer le Sceptre d'Artakha dans une cave souterraine. Mais il revint sans sceptre et nous regarda comme s'il avait été vaincu lors d'un combat et y avait perdu un fragment de sa vie.

« Un Makuta... Il s'appelait Icarax... Il était là, à l'instant... Et il a volé le Sceptre, » dit-il. « il portait le masque des ombres... Il a dit que la Confrérie était sienne désormais... Et que bientôt, le Royaume de Karzahni le serait aussi... »

Toa Hagah Bomonga l'interrompt. « C'est une information capitale que vous devez traiter au plus vite, Toa Nuva. Nous resterons pour nous occuper de la situation ici. » Il regarda Roodaka le regard noir. « Nous savons comment régler nos comptes avec les personnes comme elle. »

Tahu Nuva hocha la tête en remerciement, et se retourna. « Nous avons besoin du sceptre, et nous allons l'avoir... Même si nous avons besoin de le tirer des mains d'un Makuta. Allons-y. »

Chapitre 7

Je me tiens debout, parmi les corps de mes amis, mes coéquipiers... Mais je ne sais pas s'ils sont vivants ou morts. Et parmi nous se trouve le Makuta Icarax, avec le Sceptre d'Artakha entre ses griffes. Seule moi, Gali Nuva, suis là pour le défier, quel que soit le cauchemar à venir.

Quand nous arrivâmes au Royaume de Karzahni à la poursuite d'Icarax, nous trouvâmes des centaines de Matoran, leurs esprits aussi dénaturés que leurs corps mal réparés. Ces victimes de Karzahni avaient été abandonnées sans explication (Il n'y avait aucune trace du dirigeant du royaume quand nous arrivions, ou des Manas qu'il devait commander). Avec des mots doux et beaucoup de patience, Lewa et Onua réussirent finalement à convaincre les Matoran de quitter leur prison et les emmenèrent vers Metru Nui.

Finalement, nous n'avions pas à chercher Icarax : il nous prit dans un piège. Au début, nous croyions que c'était le Makuta que nous combattions autrefois, car il portait le Masque des Ombres. Mais c'était un guerrier plus violent et plus habile, faisant tomber mes coéquipiers avec des coups rapides.

Maintenant je devais faire un choix : ferais-je ce que je devais faire pour arrêter Icarax, en risquant la vie de mes amis (s'ils étaient toujours en vie) ? Ou est-ce que je le laissais s'échapper ? Je n'eus pas vraiment le choix. Même s'il jubilait sur son triomphe, je réunis les moindres traces d'humidité dans l'air, de gouttes d'eau sur des centaines de Kio au alentour. Après les avoir réunis, je me préparais à déchaîner tout mon pouvoir élémentaire en une seule puissante explosion.

Et je l'ai fait... Et je jure aux Grands Êtres que je ne le referai plus jamais.

Un mur d'eau de plus de 300 mètres de hauteur se renversa sur le Royaume de Karzahni, fracassant tous les immeubles, rasant tout et tout le monde sur son passage. Je fis un effort incroyable pour contrôler le courant, mais je ne put tirer le sceptre des mains d'Icarax. J'ai utilisé le pouvoir de mon masque pour pouvoir aider mes amis à respirer sous l'eau.

Quand l'inondation se calma, Icarax s'en alla et les Toa Nuva, d'une manière ou d'une autre, réussirent à survivre. Rien n'est resté de ce royaume... Rien, à part un Noble Hau qui flottait sur l'eau, et qui appartint autrefois à un héros. Tahu le prit avant qu'il ne soit perdu, et ce fut une bonne chose. Je regardait les destructions que j'avais causé, et je me demandait si je n'en avait pas trop fait aujourd'hui.

Chapitre 8

Après tout cela, nous avions échoué. Le Makuta Icarax s'était enfui avec le sceptre et tout ce que nous voyions était le royaume de Karzahni, inondé et détruit.

Tahu insista pour que nous continuions, sans regarder en arrière, et regarda sur la liste les autres tâches à faire. Nous décidions de nous séparer. Tahu et Kopaka voyagèrent vers une chaîne d'îles au loin, dans le sud de l'univers pour mettre en repos une chaîne de volcans actifs.

Pohatu et Onua partirent également pour le sud, afin de retrouver un objet appelé le « Cœur des Visorak ».

Je devais retourner à la surface de l'île de Mata Nui.

Quant à Lewa... Lewa avait tout simplement disparu. Je pensais que Tahu lui avait donné des ordres en secret, mais je n'appris que plus tard que ce n'était pas le cas.

Mata Nui avait beaucoup changé depuis la dernière fois où je l'avais vu. Les Bohrok avaient bien fait leur travail, nettoyant l'île de tous ses arbres, roches, rivières et fleuves. Leur travail n'avait pas dû être facile, étant donné le nombre de Bohrok détruits à terre et du dragon Rahi gravement blessé qui se trouvait au milieu. La bête avait sûrement interféré dans leur mission et en avait payé le prix.

Je fis ce que je pus pour apaiser ses souffrances puis je commençai ma tâche. Très peu de choses étaient restées en place sur l'île, mais à ma surprise, les falaises et le télescope étaient restés (comme me l'assurait le parchemin). Comme demandé, je dirigea le télescope en direction de l'Étoile Rouge loin au-dessus. Je pris soin de noter la localisation de l'étoile dans l'espace, son angle par rapport à la planète, sa luminosité et sa trajectoire (si elle s'éloignait, se déplaçait ou restait parallèle à l'île).

Soudain, quelque chose - je ne sais quoi - me dit de combiner les pouvoirs de mon masque de vision à rayon X avec la capacité du télescope. Je regardai vers l'Étoile Rouge... et trébuchai en arrière, choquée. Ce que j'avais vu dans l'Étoile Rouge... ce que je croyais être un noyau brûlant d'énergie, je vis en fait... Je peux difficilement graver ces mots dans la pierre...

Il y avait quelque chose de vivant à l'intérieur de l'étoile !

Chapitre 9

Gali Nuva bondit du télescope et commença à courir sur l'île de Mata Nui. Elle devait prévenir les autres Toa Nuva de la découverte qu'elle avait faite. Elle était tellement rapide que lorsque Botar arriva, elle se cogna contre lui.

« Tu es demandée », dit le membre de l'Ordre. L’instant suivant, il se baissa pour prendre sa main, et ils disparurent tous les deux. Quand Gali put revoir plus clair, elle n'était déjà plus sur l'île de Mata Nui.

Elle se trouvait dans une chambre sphérique, à côté de Botar et des autres Toa Nuva. L'endroit lui paraissait familier, mais elle n'arrivait pas à le répertorier. Ensuite, l'ombre de la chambre semblait croître et une voix féminine traversa la salle.

« Vous avez bien travaillé, » dit la voix. « Vous avez justifié la foi de l'Ordre de Mata Nui en vous. C'est pourquoi nous vous avons emmené ici, sur Daxia, afin de voir les fruits de votre travail. »

Une lumière brilla et tomba du plafond, illuminant ce qui semblait être une espèce de puissant berceau. Un guerrier massif, d'au moins deux mètre et demi de haut, avança pour prendre le Sceptre d'Artakha. Cela étonna Gali et les autres Toa Nuva, qui croyaient que la confrérie était en possession du Sceptre d'Artakha. ce qui se passa après était encore plus impressionnant : le guerrier plaça le bâton dans le fond du berceau, et l'artefact commença à briller et à bourdonner.

« Mata Nui a beaucoup souffert depuis l'attaque traîtresse des Makuta, » dit la voix. « Il est temps d'apaiser ses souffrances et de préparer son retour. »

Le bourdonnement s'amplifia, la lumière s'intensifia. Tahu en avait assez. « Que se passe-t-il ici ? »

« Ce que vous voyez n'est qu'une fraction des pouvoirs du sceptre, » répondit la voix. « En ce moment même, son énergie traverse l'univers, de Metru Nui aux îles du Sud, réparant les dommages causés par la chute de Mata Nui. Les crevasses sont refermées ; les bâtiments restaurés ; les montagnes se relèvent, et les rivières coulent de nouveau. Et quand vos compagnons Toa auront détruit la Corde qui relie Mahri Nui à Voya Nui, cette dernière île reviendra également à sa place d'autrefois. »

« Et ce seul sceptre est capable de faire tout ça ? » demanda Pohatu.

« Et bien plus, » dit la voix. « Sa seule limite est son incapacité à passer dans le Cœur de l'Univers et réparer les dommages causés là-bas, car les murs de cette enceinte sont trop protégés. Mais quoi qu'il puisse faire, il le fera. »

Gali eut une pensée. « Et pour l'île de Mata Nui ? Ce bâton pourra-t-il réparer ce que les Bohrok ont fait là-bas ? »

La voix rit. « Non, les Bohrok ont fait ce qu'ils étaient censés faire, comme ce que vous avez fait. Maintenant, Toa Nuva, il vous reste une tâche à accomplir... La plus dangereuse de toutes. »

Chapitre 10

Mes compagnons Toa et moi-même nous trouvions dans une petite chambre, en attendant celui qui nous dirigerais pour notre prochaine - et sans doute plus dangereuse - tâche.

Pendant ce temps, nous vérifiions nos armes et nos armures et nous discutions de nos aventures. C'était une bonne façon de dissimuler les inquiétudes que nous pouvions avoir.

« C'était un cristal doré, » disait Onua. « Environ aussi gros que les pieds de Pohatu, et suspendu dans les airs... Ne me demande pas comment. On nous avait dis de ne pas le faire toucher le sol, et nous avons eu raison d'écouter. »

« Pourquoi ? » demandais-je.

« Le Cœur des Visorak, ils l'appellent ainsi, » répondit Pohatu. « T'es-tu déjà demandée comment les Makuta gardaient leurs hordes assemblées ? Place le cristal sur le sol et elles arriveront toutes, l'endroit et la situation dans lesquels elles se trouvent ne posent pas de problèmes. Je suppose que nos hôtes ne voudraient pas que la Confrérie soit capable de les invoquer de nouveau si facilement la prochaine fois. »

« Et toi, Lewa ? » dit-je au Toa de l'Air. « Où est-ce que Tahu t'as envoyé ? »

« Nulle part, » dit Lewa en haussant les épaules. « Des voix étranges m'ont demandé d'aller à Mata Nui - J'ai dû y allé et en être reparti juste avant ton arrivée, Gali - Pour aller chercher un cadran solaire, le débarrasser de tout ce qui se trouvait dessus et le ramener à Metru Nui. »

« Et pour faire quoi avec ? » Demanda Tahu, n'ayant toujours pas regardé son armure écorchée. Kopaka était encore pire après leur lutte pour calmer des volcans en éruption.

« Je l'ai pris, » dit Lewa. « On m'avait demandé de le laisser dans les Archives, c'est ce que j'ai fait. D'ailleurs, après avoir vue rapidement notre ancienne île : n'utilisez jamais les Bohrok comme décorateurs. »

« Il est temps de partir. » Les mots, doucement prononcés, venaient d'un Matoran se trouvant sur le porche. « Nous avons un voyage à effectuer et peu de temps pour le faire. »

« Un long voyage vers où ? » demanda Kopaka. « Je suis un peu lassé de courir partout comme un Rat de Pierre affamé sans savoir pourquoi. »

Le Matoran sourit. « Vous allez avoir un grand honneur : celui de poser le pied sur Artakha. Dès que nous arriverons, mon maître vous parlera... ou pas... cela dépend de son humeur. Peut-être va-t-il vous ouvrir sa forteresse pour la première fois depuis des milliers d'années et vous inviter dedans - ou peut-être va-t-il simplement vous bannir pour toujours sans y repenser une seconde fois. »

« Ça ressemble à une fête, » dit Pohatu. « Quand partons-nous ? »

Du brouillard apparut autour des Toa Nuva. Quand leur vision s'éclaircit de nouveau, ils étaient avec le Matoran sur une plage déserte. « Partir ? » dit le villageois. « Pour quoi faire, nous sommes déjà arrivés. Bonne chance à vous, Toa... Puissiez-vous vivre pour partir d'Artakha. »

À suivre dans BIONICLE Legends 8 : Le Déclin

Personnages

Diffusion

Cette section a besoin d'être éditée pour être étendue.

Anecdotes

  • Par la suite, les Toa Nuva furent accueillis sur Artakha, reçurent les armures adaptatives et furent téléportés sur Karda Nui

TimelineNav.png 2001-2003 Mur de l'Histoire (BIONICLE.com)
2007 Rêves de Destruction | Dans l'Obscurité | Le Blog des Toa Nuva
2008 Les Chroniques de Mutran | Sombre Miroir | Fédération de la Crainte | La Guerre du Destin | Résidents des Ténèbres | Frères d'Armes | Le Blog de Takanuva
2009 L'Empire des Skrall | Le Règne des Ombres | L'Énigme des Grands Êtres
2010 La Saga de Mata Nui | L'Épopée de Sahmad | La Quête d'Hier | Les Pouvoirs en Place