La Quête d'Hier

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils
Dans d’autres langues
De Nuvapedia
Aller à : navigation, rechercher

« La Quête d'Hier » aurait besoin d'être édité.

Les actions suivantes doivent être effectuées : Vérifier la traduction de la Série Web dans le détail (excepté le Chapitre 1)


La Quête d'Hier est la toute première série web officielle de la licence BIONICLE écrite après l'arrêt de la gamme, toujours par l'auteur phare de la franchise Greg Farshtey et publiée sur BIONICLEstory.com.

La série se déroule juste après le roman de clôture de la gamme La Fin du Voyage et la série Le Règne des Ombres, sur Spherus Magna, contant la quête d'une équipe de trois Toa jusqu'ici inconnus et mené par le Glatorian Gelu, envoyée par Onua à la demande de Tahu, afin de retrouver les Grands Êtres selon le dernier souhait de Mata Nui avant de reclure dans le Masque de Vie.

La Quête d'Hier
Drapeau Royaume-Uni.png
2010
Greg Farshtey

Chapitre 1

« ... Et c'est le travail que Tahu Nuva veut que vous fassiez », dit Onua. « Il ne sera pas facile. Nous ne savons pas s'il est même possible. Mais il était le souhait de Mata Nui que -- »

« Nous trouvions les Grands Êtres. On sait. » coupa Toa Orde « J'avais lu dans ton esprit avant même que tu ne commences à parler. Mais je ne suis toujours pas sûr du pourquoi. »

Toa Chiara lança une fine décharge d'électricité de son doigt. Elle frappa le morceau grossier de métal sur lequel Orde était assis. Le choc électrique le fit sauter sur ses pieds.

« Moins de lecture. » dit Chiara. « Plus d'écoute. »

Orde se déplaça vers Chiara, sur le point de dire quelque chose de désagréable. Elle se leva pour lui faire face. Onua soupira, prêt à déclencher un tremblement de terre pour les faire tomber tous les deux sur le sol sablonneux. Il n'en eut pas la peine. Le troisième Toa présent, Zaria, fit un geste et les deux Toa tombèrent comme des pierres.

« Asseyez-vous et calmez-vous, » dit tranquillement Zaria. « Je veux entendre ça. »

Onua sourit. Apparemment, inclure un Toa du Fer dans le groupe avait été une bonne idée, finalement. « Je te remercie. Comme vous le savez, les Grands Êtres ont crée Mata Nui pour qu'il puisse un jour réparer les dommages causés à Spherus Magna. Il l'a fait, et quand il eut fini, il a dit que nous devions nous assurer que les Grands Êtres sachent que leur mission était accomplie. Ça semble une demande raisonnable. »

Orde lança un regard torve à Zaria. Avec un haussement d'épaules, le Toa de Fer le libéra de l'emprise de son pouvoir de contrôle des métaux. Orde se remit sur ses pieds. « Pourquoi Tahu n'y va pas, si c'est si important ? »

Onua n'hésita pas à répondre. Quand vous êtes face à un Toa du Psychisme, il n'y a pas beaucoup d'intérêt à être malhonnête de toute façon. « Disons qu'il y a des... préoccupations. Cela prend aux Agori un certain temps pour apprendre à travailler ensemble après tant d'années de concurrence, notamment avec le danger immédiat apparemment parti. Et beaucoup d'entre eux ne sont pas trop sûrs de ce qu'ils pensent des Matoran pour le moment. »

Chiara avait été également libérée du pouvoir de Zaria, mais était toujours couchée sur le sol. Elle lança un éclair dans le ciel, qui se fendit ensuite et prit l'apparence de Tahu Nuva. « Alors il, quoi, négocie pour notre camp ? Gali ne serait pas un meilleur choix ? »

Onua soupira. « Gali a sa propre mission. Tahu travaille avec Ackar et Kiina pour résoudre ces différends. Vous trois allez vers Bota Magna, pour commencer... À partir de là, c'est impossible à dire. »

Zaria parla, sans lever les yeux du sol. « Pourquoi nous ? Nous ne nous connaissons pas les uns les autres. Nous n'avons jamais travaillé ensemble auparavant. »

Onua hocha la tête. Zaria avait raison. Il eut beaucoup de longues nuits à parler avec des Toa et des Matoran avant que lui, Tahu et Gali fassent leur choix :

Orde, malgré son attitude, avait autrefois utilisé ses pouvoirs pour sauver une douzaine de Matoran piégés par une bande de Chasseurs de l'Ombre. Les Matoran se sont échappés ; pas Orde. Il fut finalement sauvé par le reste de son équipe de Toa, mais pas avant de longs jours d'interrogatoire. Seule sa forte volonté l'avait gardé sain.

Chiara avait la réputation d'être solitaire, inhabituel pour une Toa de la Foudre. Mais elle n'avait pas vraiment besoin d'une équipe. Lors de l'invasion Visorak, elle s'était faufilée à elle seule dans le camp des araignées et électrisé les drones de colonie. Chaque fois que les Visorak s'approchaient pour se nourrir de l'énergie des drones, ils furent électrocutés. Privés de leur source de nourriture, ils ont dû se disperser pour en trouver plus. Chiara profita de cela pour les attraper un par un jusqu'à ce qu'elle en ait éliminé plus de cinquante.

Zaria était un cas tout à fait différent. Il était l'un des derniers Toa du Fer, ayant vu la plupart de ses amis tués par les Makuta. D'une certaine manière, il avait survécu à la purge, parvenant même à détruire un membre de la Confrérie. Cela avait été nécessaire, mais ce fut aussi une violation du code Toa, étant contre le meurtre. On croyait que l'expérience avait laissé Zaria se sentir comme un paria, de plus d'une manière. Il y avait des rumeurs selon lesquelles il avait commencé à tuer couramment ses ennemis, mais personne n'était certain que ce soit la vérité. Ce qui était sûr, c'est qu'il était un être épris, quelqu'un qui avait besoin de concentrer ses énergies quelque part. Il devait avoir une mission, alors Tahu décida de lui en donner une qui mettrait même ses pouvoirs à l'épreuve.

« Nous connaissons l'objectif, » dit Chiara, « mais nous ne connaissons pas le territoire. »

« Elle marque un point. » dit Orde. « Aucun d'entre nous n'a été à plus de trois kilomètres du site de la chute de Makuta. Nous ne savons pas ce qu'il pourrait y avoir entre nous et les Grands Êtres, quand bien même ils y seraient. »

« C'est pourquoi je vous accompagne. »

Les Toa trois se retournèrent pour voir un Glatorian en armure blanche marcher vers eux. Il se déplaçait avec l'aisance d'un combattant vétéran, le genre de mouvement fluide qu'ils connaissaient tous pour être capable de se changer en un coup meurtrier en un instant.

Avant que le Glatorian puisse dire quelque chose de plus, Orde dit, « Son nom est Gelu. Il sera notre guide, mais il n'en est pas très heureux. »

Gelu fit trois rapides enjambées et tint son coupeur de glace à la gorge d'Orde. « Bien joué. » dit Gelu. « Pourquoi tu n'essayerais pas de deviner ce que je vais faire ensuite ? »

Un éclair grésilla entre eux deux. « Il fait trop chaud pour se battre, les garçons. » dit Chiara. « Je dis que si nous devons partir, alors allons-y. Ça doit être plus amusant que de regarder des Toa de l'Eau transporter de l'équipement hors de Metru Nui toute la journée. »

Gelu se détendit. Comme Chiara, il avait l'habitude de travailler seul. Maintenant, il devait être un chef. Onua ne lui avait pas dit pourquoi il avait été choisi pour le poste, peut-être parce le Toa de la Terre ne le savait pas... ou parce qu'il ne voulait pas qu'Orde ne le sache.

« Vos montures sont prêtes. » dit Gelu. « Nous avons assez de provisions pour une semaine, puis nous fourragerons. Nous allons voir beaucoup de choses étranges durant ce voyage. Je vous laisse savoir desquelles vous inquiéter. »

« D'accord. » dit Chiara, se tenant debout et époussetant le sable de son armure. « Mais qui va nous dire s'il faut que l'on s’inquiète de toi ? »



Autre part...

Angonce, un des Grands Êtres, avait réprimé sa peur. Ça n'aurait apporté rien de bon que de paniquer à ce stade. Il devait se calmer et reprendre la situation point par point. Peut-être alors trouverait-il une réponse.

Lorsque les Grands Êtres avait créé le robot Mata Nui, leur plan était simple. Mata Nui reviendrait quand le moment serait venu, guérirait les restes brisés de Spherus Magna, et ensuite s'éteindrait. Ni lui, ni les êtres à l'intérieur qui le gardèrent actif, ne seraient nécessaires désormais. Certains Grands Êtres voulaient en garder quelques-uns d'intactes pour les étudier ; d'autres estimaient que les matériaux pourraient être mieux utilisés dans d'autres projets. Personne ne préconisait de laisser Toa, Matoran, et autres vivre librement sur Spherus Magna. Ils n'étaient pas des êtres indépendants avec un droit à la vie et la liberté, après tout. Ils étaient des outils servant à assurer le bon fonctionnement du robot Mata Nui... N'est-ce pas ?

Les choses ne s'étaient pas passées tout à fait comme prévu. Il y avait eu de toutes évidences des anomalies dans l'intelligence artificielle de Mata Nui, des Makuta, et des autres créations des Grands Êtres. Au lieu d'une simple réparation de la planète, il y eut une guerre de robots et l'étrange spectacle de créations nanotechnologies se sacrifiant noblement au combat et, dans de nombreux cas, mourant pour sauver autrui. Ce n'était pas le comportement de serviteurs biomécaniques. C'était une véritable nouvelle espèce se battant et mourant pour leur liberté.

D'ordinaire, cela aurait été un motif de célébration. Mais en même temps que les Grands Êtres avaient échoué à prédire l'avenir, ils l'avaient prévu un peu trop bien.

Pendant la Guerre du Noyau, les Grands Êtres avaient déclenché une « arme apocalyptique » qui fut nommée « Baterra ». Leur rôle était de mettre fin à la guerre par la force en éliminant tout combattant armé qu'ils rencontreraient. Un fois devenu inévitable que le Fracassement se produirait, les Grands Êtres tentèrent d'utiliser leur dispositif de sûreté pour éteindre les Baterra. Il ne fonctionna pas, et les Baterra restèrent actifs jusqu'à ce jour.

Cet échec les avait fait réfléchir sur la puissance que chaque Toa possédait. Si quelque chose se passait mal lors du retour de Mata Nui, et que les Toa devaient hostiles, alors les Agori n'auraient aucune chance contre eux. Supposons que les Toa auraient mal tourné ? Supposons qu'ils voudraient conquérir ce nouveau monde ? Si oui, alors une fois de plus Spherus Magna serait mortellement en danger à la suite des actions des Grands Êtres. Cela ne pouvait être permis.

Ils avaient peu de temps, mais ils l'ont utilisé à bon escient, concevant et construisant une nouvelle création. Il existait dans un seul but, un seul : détruire les Toa. Les Grands Êtres pensaient qu'aucun Toa, ou équipe de Toa, pourraient espérer y résister. Il l'avaient baptisé le Marendar, un mot Agori qui signifie « le Salut », et l'avaient placé dans une chambre forte.

Angonce savait que la brusque apparition de tant de Toa sur Spherus Magna pourrait bien activer le Marendar. Il se dépêcha vers la voûte, mais trop tard – l'arme vivante avait déjà fait son chemin au-travers d'un mètre de Protodermis métallique et avait disparu. Il exécutera sa programmation et tuera n'importe quel Toa sur cette planète.

Ils pensent qu'ils ont trouvé un nouveau monde, se disait le Grand Être à lui-même. Comment pourraient-ils savoir que rien ne les attend ici... à part la mort.

Chapitre 2

L'équipe voyagea pendant plusieurs jours, quand Toa Chiara, finalement, posa à Orde la question qui était dans son esprit. Le Toa du Psychisme connaissait déjà la question qui était à venir et y avait répondu la semaine dernière. Mais il préféra attendre jusqu'à ce qu'elle vienne à lui.

« Alors, » dit négligemment Chiara, « Pourquoi n'es-tu pas une femme ? »

Orde avait entendu cette question plus d'une fois dans sa longue vie et ne se donne habituellement pas la peine de répondre. Mais il savait que Chiara ne lâcherait pas cette question jusqu'à ce que sa curiosité ait été satisfaite.

« Je sais, je sais, » répondit-il. « Tous les Matoran Psychiques, Toa et Turaga sont des femmes, et je suis de sexe masculin. La réponse est simple, je suis la raison pour laquelle elles sont toutes des femmes. »

Voyant la perplexité dans les yeux de Chiara, Orde sourit.

« J'ai été le premier Toa Psychique, et l'un des premiers Toa jamais créé », poursuivit-il. « Mais j'ai été, disons, un peu trop agressif... dans l'utilisation de mes pouvoirs. J'avais mauvais caractère. »

« Comment ça ? » Demanda Chiara, intrigué.

« Tu connais les Zyglak ? Ces sauvages, monstruosités brutale emplies de haine, n'ayant rien à voir avec Mata Nui, et pensant que tout le monde les regarde mieux avec un poignard ? Eh bien, ils peuvent ne pas être si mauvais. Oh, ils ont été méchants et violents, mais... vois-tu, ma première tâche consistait à les calmer un peu, mais elle ne fut pas tout à fait accomplie de cette façon. »

« Oh, non... », dit Chiara.

« Que pouvais-je dire ? J'étais affligé et impulsif quand j'ai tiré. »

« Cela n'explique toujours pas pourquoi -- »

« Après cela, quelqu'un décida qu'un tact un peu plus délicat était peut-être nécessaire pour le Psychisme... alors tous les spécimens du Psychisme suivants furent des femmes. »

Chiara envoya un peu d'électricité pour faire frire un lézard exposé au soleil sur un rocher. « Nous les femmes, sommes si douces, après tout. »

En tête de file, Gelu se retourna, agacé. Il avait averti les Toa d'éviter de parler comme ça ; ils avaient traversé la frontière vers Bota Magna. Il était impossible de dire combien cette région avait changée au travers des années... Suffisamment trop pour ne pas gaspiller son temps à trouver les Grands Êtres, en effet, on pouvait ainsi essayer de trouver un Skrall naturellement doux, mais les Toa ne semblaient pas pressés de prendre ses conseils.

Ils se trouvaient dans une vallée étroite bordée de forêts profondes. Elle était verte et luxuriante et la brise fraîche plaisait bien après tant d'années dans le désert de Bara Magna. La plupart des voyageurs se concentraient sur les arbres fruitiers ou les graminées agités par le vent. Gelu observait tout, c'était un endroit idéal pour une embuscade.

« Orde, as-tu ramassé quoi que ce soit sur place ? » demanda-t-il.

Le Toa du Psychisme hocha la tête. « Je croyais qu'il n'y avait... pas beaucoup d'esprits... mais quelque chose est occulté. Soit mon pouvoir ne fonctionne pas ici, ou bien il y a un esprit très puissant dans la région qui interfère la réception. »

Les quatre aventuriers allèrent en silence sur un chemin bien usé, couverts de toutes sortes de traces d'animaux. Gelu devinait qu'ils n'étaient pas loin d'une source d'eau. La faune locale devait avoir fait de nombreuses fois le trajet. La proximité de l'eau douce pour la bonne nouvelle, mais la mauvaise nouvelle, c'est que les prédateurs fréquentent une zone de ce genre, à la recherche d'une proie...

Il y eut un éclair de foudre sur la droite. Gelu, l'arme dégainée, se retourna pour voir si cela n'était pas un phénomène naturel. Chiara avait lancé sa puissance électrique sur quelque chose dans les bois, mais ne réussit qu'à exploser un arbre en milliers d'éclats.

« J'ai vu quelque chose, » dit-elle. « Mais ça a disparu. »

Orde haussa les épaules. « Je n'ai toujours rien. »

Gelu lança un regard à Chiara, lui faisant comprendre qu'il ne mettait pas sa parole en doute. Il avait le sentiment familier d'être dans les ténèbres. Il souhaitait qu'avec ses compagnons, ils puissent sortir des sentiers, où ils étaient ainsi exposés, mais les bois étaient trop épais pour passer au travers. Ils devraient prendre leurs chances.

Quelque chose explosa derrière l'arpenteur des sables de Orde. La bête se cabra, et jeta presque les Toa, puis chargèrent en avant. Puis il y eut d'autres explosions tout autour et toutes les montures paniquèrent. Les trois Toa eurent du mal à contrôler leurs animaux au galop, et Gelu trouva qu'il ne faisait pas beaucoup mieux. Le course des arpenteurs des sables porta les coureurs presque à l'autre bout de la vallée. Gelu repéra le filet se levant sur le sol en face d'eux trop tard.

« Attention ! » Cria-t-il.

Un piège en filet s'activa. Secoué par l'arrêt brutal, les Toa et Gelu s'emmêlèrent avec leurs animaux. Le filet fut tiré vers l'arrière et fermé autour d'eux. Gelu se retourna pour voir qui étaient leurs assaillants et fut choqué de voir qu'il s'agissait de Vorox.

« Par Mata Nui, qui sont-ils ? » Demanda Toa Zaria.

« Ils sont ignorants, il ne devrait pas y avoir de danger », répondit Gelu. « Ils sont également sur Bara Magna. Ils vivent en meutes, et chassent pour de la viande fraîche sous le commandement du mâle le plus fort de la tribu. Les Skrall les traitent comme des animaux sauvages, et ce n'est pas tout à fait faux. Mais ce piège ne semble pas être une chose qu'ils pourraient penser à utiliser, normalement... »

C'est alors que Gelu posa un second regard sur leurs ravisseurs. Ils ne portaient pas les armes des Vorox de Bara Magna. Au lieu de cela, chacun brandissait une arme sophistiquée, d'un type que Gelu n'avait pas vu depuis la Guerre du Noyau. Le niveau de technologie était bien au-delà de celui des Vorox de Bara Magna, mais eux, ils étaient là à les utiliser comme des soldats professionnels.

Un seul Vorox, plus grand et plus fort que le reste, s'approcha. Ce doit être le mâle dominant, pensa Gelu. S'il décidait que nous soyons un repas possible, il donnerait un signal et le reste tomberait sur nous avant que nous puissions faire un geste. Espérons donc que nous n'avons pas l'air appétissant.

Le leader des Vorox huma l'air, puis changea de position. Enfin, il se leva, regarda Gelu, et fit quelque chose de remarquable - il parla, en parfait Agori, en disant : « Votre genre, je le connais. Les autres sont inconnus... »

« Vous... vous pouvez parler ? » Demanda Gelu.

« Naturellement, » dit le Vorox. « Comment pensez-vous que nous communiquons ? Avec des grognements et des cris ? Vous nous confondez avec nos frères du Sud. »

Lisant la question sur le visage de Gelu, le Vorox continua. « Oui, nous savons tout sur les Vorox de Bara Magna et leur chute de gloire. Mais nous, nous sommes des Vorox de Bota Magna. Lorsque les événements furent terminés, nous nous sommes retrouvés coincés ici, dans ce qui s'est avéré être un paradis. Il y avait de la nourriture et de l'eau en abondance, autant que nous en avions besoin. Ainsi, nous n'avons jamais fait face aux défis du désert. En passant, je suis Kabrua, le chef de cette société.

Chiara en avait assez entendu. Elle hocha la tête à Zaria. Elle utilisa ses pouvoirs électriques à travers le filet, alors même que Zaria déclencha son contrôle du métal pour tenter de saisir les armes des Vorox. Dès que le premier Vorox senti son attaque tirée par la main du Toa, la créature à queue de scorpion ouvra le feu. Les deux Toa furent renversés par la force explosive. Chiara fut assommée et Zaria perdu une bonne partie de son armure d'épaule. Orde commença à augmenter sa force, en luttant contre le filet. Gelu vit une douzaine de mouvement d'attaques sur le filet. « Orde, arrête ! » Cria-t-il. « Juste... arrête. »

« Très sage », dit Kabrua. « Mon peuple est méfiant envers les étrangers dans les périodes où tout va bien. Avec la possibilité de créer de la foudre ou de déplacer des objets, le monde serait un endroit beaucoup plus sûr si ces êtres étaient morts. »

« Félicitations pour faire des phrases complètes », déclara Orde. « On dirait que vous êtes aussi mauvais que vos cousins barbares. »

Gelu n'écoutait pas l'argument. Il était en cours de réflexion. Bota Magna avait rejoint Bara Magna il y a quelque temps seulement, alors comment Kabrua connaissait l'état des Vorox de Bara Magna ? Et où son peuple avait acquis ces armes ? Elles étaient rares, même pendant la guerre. Ces Vorox pourraient être en contact avec un Grand-Être, ou du moins auraient trouvé un de leurs repaires.

« Qu'avez-vous l'intention de faire avec nous ? » Demanda Gelu. Il espérait que Kabrua prévoyait de les maintenir en vie, afin qu'ils puissent obtenir des réponses du leader des Vorox.

« Je sais des choses de la façon dont les Vorox ont été traités dans le désert ces dernières années, » Répondit Kabrua . « Chassés, traqués, traités comme des monstres... Par toutes les races soi-disant intelligentes. Ce serait peut-être une bonne idée pour vous et vos compagnons de faire l'expérience de ce que certains ont vécu... ça pourrait s'avérer être une bonne leçon, et inévitablement votre dernière. »

Kabrua se tourna vers sa tribu. « Emmenez-les à la ville. Ce soir, nous ferons la fête... »

Le chef des Vorox regarda Gelu et les Toa avec une lueur dans le regard, songeant qu'il n'était pas si éloigné de la sauvagerie de ses frères, après tout. « Et demain... demain, nous chasserons. »

Chapitre 3

Gelu, Zaria, Chiara et Orde se tenaient debout sur le bord d'une forêt dense. Trois Vorox de Bota Magna se trouvaient à côté, armes à la main et prêtes. Un quatrième tenait une torche.

« Bonne chasse », dit un des gardes.

« Nous n'en avions pas eu de ce genre depuis un long moment », dit un autre.

L'esprit de Gelu se lamenta. Sa tâche était de conduire ces Toa à travers le désert, en sécurité, et jusqu'ici, il avait misérablement échoué. Ils furent 'rapportés' par ce qui s'avéra être des Vorox intelligents, dont le chef, Kabrua, fut irrité par le traitement de ses cousins barbares de Bara Magna. Ainsi, il décida que ses captifs seraient la carrière d'une chasse.

« C'est tout bête. », expliqua Kabrua, « Vous marcherez au bord de la forêt. Au bout d'un moment, vos liens seront coupés, et vous serez libres de partir. Un de mes soldats allumera une torche, pour nous alerter du point de départ. Ensuite, moi et mes chasseurs vous traquerons, et vous tuerons. »

« Pourquoi ? Nous ne vous avons rien fait. », répondit Gelu.

« Votre espèce a persécuté les miens sur Bara Magna. » dit Kabrua « Cela signifie que vous avez renoncé à votre vie. Quiconque voyageant avec vous doit partager votre culpabilité. »

C'était une mauvaise situation, mais Gelu savait que tout espoir n'était pas perdu. Ils avaient emporté ses armes, et celles des Toa. Ils ne savaient cependant pas que les Toa n'en avaient pas besoin pour utiliser leurs pouvoirs. Ce qui allait leur donner un avantage que Kabrua regretterait.

Un des gardes coupa leurs liens, et cria, « Courez ! ».

Zaria regarda Gelu. Le Toa du Fer voulut attaquer dès qu'ils eurent leurs liens défaits, mais Gelu refusa la suggestion. Il serait plus facile de tendre une embuscade à Kabrua et son équipe dans les bois. Gelu donna un signe de la tête, et les quatre se dirigèrent dans les broussailles épaisses.

Presque immédiatement, il devint évident que ce serait une longue battue. L'augmentation de la taille et la concentration de branches signifiaient qu'ils avaient gagné du terrain. Frustré, Chiara commença à utiliser ses pouvoirs électriques pour faire sauter une voie pour eux.

« Arrête ! », s'écria Gelu, « En t'agitant ainsi, tu risques de révéler à Kabrua où nous sommes ! »

Zaria montra vers plus loin un affleurement rocheux.

« Chiara et moi pouvons nous cacher là-haut, et les faire sauter lorsqu'ils passeront en dessous. Toi et Orde, vous pourriez faire les appâts. »

« Merci. », dit Orde, « Rappelle-moi de faire de même pour toi un jour. »

« Il a raison. », dit Gelu, « C'est un bon plan. Je peux les entendre arriver derrière nous, vous deux, préparez-vous au mieux. »

Zaria et Chiara prirent leur position. Gelu et Orde marchait à l'air libre, en ralentissant même leur rythme, pour s'assurer que Kabrua puisse les repérer. Après quelques instants, le premier chasseur Vorox franchit la broussaille derrière eux, et cria qu'il avait aperçu les proies. Kabrua et le reste de l'équipe de chasse arrivèrent très rapidement. Gelu et Orde commencèrent à courir, avec les traqueurs derrière eux. Gelu attendit les sons de l'attaque des Toa... Mais cela n'arriva jamais.

« Je vois seulement deux d'entre vous. », cria Kabrua, « Les deux autres sont en fuite, et attendent pour lancer une embuscade. Oh oui, je sais tout sur les pouvoirs des Toa, et comment ils fonctionnent. Comme vos amis l'ont découvert, je sais aussi comment les arrêter. »

« Les arrêter ? », demanda Orde, incrédule. Tu ne peux pas arrêter le pouvoir d'un Toa. C'est comme si tu essayais d'arrêter de respirer ! »

« Ce n'est pas le moment de le constater, mais ce tour est n'était pas au programme. », répondit Gelu, « Ton pouvoirs fonctionne-t-il toujours ? »

Orde étendit son esprit pour tenter de lire les pensées du Vorox. Tout ce qu'il récupéra fut un silence de mort.

« Non. », répondit-il, avec une désolation dans la voix.

« Cela l'arrange, alors. », dit Gelu, « Kabrua doit avoir des informations sur les Grands Êtres. Qui d'autre saurait comment neutraliser un Toa ? »

Orde ramassa une lourde branche.

« Alors allons nous battre face à lui. »

« Non. Courons. », décida Gelu, « Il n'a pas trouvé Zaria et Chiara. Nous devons mener les traqueurs loin d'eux. »

Les deux commencèrent à courir vers l'Est, directement éloigné de par où les deux autres Toa avaient pris la fuite. Quelque chose tracassait Gelu. Si Kabrua avait la capacité de neutraliser les pouvoirs d'un Toa, pourquoi ne l'a-t-il pas fait au début de la chasse ? Pourquoi Chiara était capable d'utiliser son pouvoir auparavant ? La seule réponse à laquelle il songea, était que quel que soit ce que Kabrua avait utilisé, il ne le travaillait pas depuis longtemps.

Il regarda derrière. Kabrua et deux des traqueurs les suivaient, mais il en restaient deux autres. Cela l’interpella. Il ne pouvait pas se permettre de laisser deux Toa derrières, avec le risque que leurs pouvoirs reviennent. Il avait alors laissé certains de ses guerriers en arrière.

Orde entendit le bruit de chutes d'eau au loin.

« La rivière - Je pense avoir une idée. »

Les deux avaient réussi à obtenir suffisamment d'avance sur les traqueurs, ils étaient hors de vue. Ils arrivèrent à la rivière, mais Orde empêcha Gelu de traverser entièrement.

« Ils apercevront nos empreintes sur la rive opposée. », déclara le Toa. « Mais pas si nous montons. »

Gelu sourit. Avec l'aide de Orde, ils atteignirent une branche au-dessus du fleuve. Il aida alors le Toa à se lever. Les deux se bousculèrent en haut de la branche, d'où ils ne pouvaient plus être vus facilement depuis la terre.

« Orde, je veux que tu fasses quelque chose pour moi. » dit Gelu, « Lorsque Kabrua passera, utilise ton pouvoir. Il a obtenu ses informations sur Bara Magna, et de quelqu'un, Toa. Nous devons apprendre qui. »

« Il pourrait sentir que je le sonde », prévint Orde.

« C'est ta mission. », dit Gelu, « Tu peux faire appel. Nous pouvons faire demi-tour, et sauver Chiara et Zaria, puis sortir de cette vallée, il suffit de continuer à chercher, si tu le souhaites. Ou bien nous pouvons saisir notre occasion, et peut être apprendre quelque chose. »

« D'accord. », dit Orde, « Mais il faut être préparés, cela peut être une voie à double sens. Il pourrait prendre connaissance d'exactement où nous sommes. »

Après quelques instants, Kabrua et ses traqueurs apparurent. Ils virent les empreintes les conduire jusque dans le fleuve, mais ne purent en apercevoir les autres empreintes.

« Ils ont probablement nagé. », dit Kabrua, « Mais ils ont dû partir quelque part. Nous fouillerons la rive opposée en allant vers l'amont, et vers le sud. »

Au-dessus, Orde ferma les yeux. Son esprit sonda Kabrua, et ne rencontra aucune résistance. Il cherchait un peu plus dans ses pensées, aussi vite qu'il le pouvait pour trouver des renseignements. Finalement, il reçut une vision fugitive, ni plus ni moins que la vérité. Mais avant qu'il ne puisse l'explorer pleinement, il pouvait sentir que Kabrua détectait l'intrusion. Orde se retira rapidement, en espérant éviter la détection.

Lui et Gelu attendirent. Le Vorox hocha sa tête, mais ne leva pas les yeux dans leur direction. Il savait certainement qu'ils étaient quelque part dans le coin, mais il ne savait pas où.

« Qu'as-tu appris ? », chuchota Gelu.

Orde fit un geste pour lui dire d'attendre, Kabrua se retourna. Il fronça alors le regard, et traversa le fleuve, en direction de la rive opposée, et commença à la fouiller.

« D'accord. », dit Gelu, « Nous lui laisserons une minute, puis nous nous redirigerons vers l'arrière, pour les deux autres. Qu'as-tu découvert ? »

C'est alors que Gelu remarqua le regard de Orde. Même s'ils étaient des récepteurs mécaniques de stimuli visuels, d'une manière ou d'une autre ils réussissaient toujours à refléter l'émotion - et dans ce cas-là, un choc.

« C'est insensé. », marmonna Orde, « C'est... Plus que ce que je n'aurait pu imaginer. »

Le Toa se tourna vers Gelu.

« Lorsque les Grands Êtres créèrent Mata Nui... L'un d'entre eux a voulu voir, savoir, exactement comment leur création fonctionnerait. Ainsi, à l'insu des autres, il a... Je pense que le meilleur mot est "transféré", son esprit, sa conscience dans l'un des êtres biomécaniques qu'ils avaient fait pour peupler le Grand Esprit ».

Gelu sembla déconcerté.

« Tu ne vois pas ? », dit Orde dans un dur chuchotement, « Un des êtres de mon univers... Et qui est maintenant sur votre monde... Est en réalité un Grand Être. Il a vécu parmi nous pendant tout ce temps, caché, en nous dupant tous ».

« Et il a donné des renseignements à Kabrua », dit Gelu, « Pourquoi ? »

« Je ne sais pas », dit Orde, « J'ai dû rompre le contact avant d'avoir appris qui il était. Mais il a attendu plus de 100 000 ans avant de revenir, dissimulé dans un autre corps... Et j'ai vu des visions de ce qu'il a prévu pour ce monde, il doit être arrêté Gelu... S'il est encore temps ».

Personnages

Diffusion

Cette section a besoin d'être éditée pour être étendue.
TimelineNav.png 2001-2003 Mur de l'Histoire (BIONICLE.com)
2007 Rêves de Destruction | Dans l'Obscurité | Le Blog des Toa Nuva
2008 Les Chroniques de Mutran | Sombre Miroir | Fédération de la Crainte | La Guerre du Destin | Résidents des Ténèbres | Frères d'Armes | Le Blog de Takanuva
2009 L'Empire des Skrall | Le Règne des Ombres | L'Énigme des Grands Êtres
2010 La Saga de Mata Nui | L'Épopée de Sahmad | La Quête d'Hier | Les Pouvoirs en Place