La Guerre du Destin

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils
Dans d’autres langues
De Nuvapedia
Aller à : navigation, rechercher

Page Parente : Sérials

« La Guerre du Destin » aurait besoin d'être édité.

Les actions suivantes doivent être effectuées : Vérifier la traduction de la Série Web dans le détail


« Nous y voilà, mon ami. L'Ordre s'apprête à se révéler aux yeux du monde après toutes ces années. »
Brutaka à Axonn

La Guerre du Destin
Drapeau Royaume-Uni.png
2008
Greg Farshtey

La Guerre du Destin est un podcast hébergé sur BIONICLEstory.com, racontant l'histoire de la guerre entre l'Ordre de Mata Nui et la Confrérie des Makuta.

Chapitre 1

Axonn courait à travers le paysage de Voya Nui, l'arme à la main. Il avait tout juste aperçu deux figures qui s'étaient matérialisée dans la Ceinture Verte. L'un d'entre eux ressemblait à Botar, mais ne l'était visiblement pas. L'autre ressemblait à un Toa, mais Axonn ne le connaissait pas. La première chose qu'il avait apprise après avoir été assigné à cet endroit était d'agir avant, et poser des questions après.

Celui qui ressemblait à Botar remarqua Axonn en premier, et essaya de le bloquer. Un coup dans l'armure l'envoya simplement dégringoler. Axonn était au-dessus du Toa, la Hache sur la gorge de l'intrus.

« Qui es-tu ? » grogna Axonn, « Que fais-tu ici ? Parle ! »

« Je m'appelle Krakua, » répondit le Toa, en essayant en vain de repousser la hache de son cou. « J'ai été envoyé pour te chercher. Tu es demandé. »

« Qui t'as envoyé ? »

« Toa Helryx. Utilise ton masque, tu verras que je dis la vérité. »

Axonn le fit alors, faisant appel aux pouvoirs du Kanohi Rode, le Masque de la Vérité. À sa surprise, il disait que son captif était en effet honnête. Il se releva et laissa Krakua se remettre sur ses pieds. « Tu es de l'Ordre de Mata Nui, alors, » dit Axonn. « Je vois que les normes de recrutement ont un peu baissé. »

Krakua ne fit pas attention à la remarque. Au lieu de cela, il dit : « Viens avec nous. Ta présence est requise sur Daxia. »

Avant qu'Axonn ne puisse faire une objection, l'être du même genre que Botar se rapprocha et activa son pouvoir de Téléportation. Les trois disparurent de Voya Nui, pour réapparaître sur la forteresse de l'Ordre de Mata Nui sur Daxia. Axonn y avait déjà été autrefois, donc son apparence ne l'avait pas surprise. Mais la présence de son ancien partenaire, Brutaka, l'avait, par contre, étonné. Sans parler de l'énorme dragon dont le volume prenait presque tout le grand couloir.

« Les choses doivent être désespérées s'ils doivent faire appel à un vieux Rahi de guerre comme toi, » dit Brutaka en souriant. « Oh, en passant, as-tu fait connaissance avec la chose géante, verte et horrible qui se trouve là ? Ne fais pas attention aux écailles et aux dents, mais je pense que tu voudrais rester un peu distant avec lui. »

« Brutaka ! » dit Axonn. « Comment es-tu – comment as-tu réussi à t'évader de la Fosse ? »

« Ils m'ont laissé sortir pour bonne conduite, » sourit Brutaka. « Mais je suis la face la moins choquante par là. Nous y voilà, mon ami. L'Ordre s'apprête à se révéler aux yeux du monde après toutes ces années. Helryx me l'a dit elle-même. »

« Qu'a-t-elle dit ? »

« Deux mots, » dit Brutaka, son sourire disparaissant soudainement. « La Guerre du Destin. »

***

Le Chasseur de l'Ombre connu sous le nom d'Ancien se trouvait sur la plage de l'île d'Odina. Devant lui, la reconstruction de la forteresse détruite par Pohatu Nuva avançait rapidement. Ses yeux étaient fixés sur les eaux, surveillant le retour de Lariska de sa mission. Il était anxieux de savoir ce qu'elle avait vu et entendu.

Un cri le fit regarder en hauteur. Il provenait d'un Rahi à ailes de chauve-souris tournant dans le ciel, un qui n'était pas natif d'Odina. Il reconnut la créature, provenant d'une race spécialisée dans le vol à longues distances. Les Chasseurs de l'Ombre les avaient utilisés plus d'une fois pour communiquer avec des agents d'autres îles. Mais la créature au-dessus de lui ne venait pas d'un autre Chasseur de l'Ombre. Alors qu'une demi-douzaine d'autres le rejoignait, ils commencèrent à voler d'une façon qui n'était reconnaissable par personne d'autre qu'Ancien. C'était un message qui lui était adressé, et un message urgent. Le temps était venu. Il devait retrouver le Ténébreux et essayer de lui faire comprendre le seul futur envisageable pour les Chasseurs de l'Ombre. Et si le Ténébreux, son vieil ami, n'arrivait pas à en voir la raison, Ancien devrait le tuer.

***

Autre part, Vezon marchait dans sa cellule sur Daxia. Il y avait deux grandes cuves d'eau à travers le couloir. Dans l'un d'entre eux se trouvaient les six Piraka, maintenant transformés en serpents des mers. Dans l'autre se trouvait un être assez étrange que les autres appelaient Karzahni, et qui semblait, du point de vue de Vezon, plutôt fou. Et Vezon connaissait la folie.

Quand l'équipe de Brutaka s'était échappée d'Artidax avec Makuta Miserix, ils avaient fui vers une île reculée au milieu de nulle part. Après un moment, Brutaka les avaient à nouveau déplacés, cette fois-ci à un endroit appelé Daxia. Brutaka expliqua que la localisation de cette île avait toujours été un secret, mais que ce secret n'avait désormais plus d'importance. La gratitude ne semblait également plus avoir d'importance, étant donné que Vezon et Roodaka furent tous deux jetés dans des cellules suite à leur arrivée.

Vezon était sincèrement déçu. Bien sûr, il avait essayé de voler le Masque de Vie, et, oui, il avait tenté de tuer les Toa Inika une fois… enfin, deux fois. Et, d'accord, il avait fait un effort pour échanger leurs vies aux Zyglak contre la sienne, mais cela n'a visiblement pas marché. Et il avait accepté, enfin, il avait plutôt été forcé, ou bien plutôt, menacé avec des tortures corporelles s'il n'aidait pas, mais il avait aidé à sauver Makuta Miserix. Et quel était sa récompense ? Une cellule froide, des gardes n'y prenant pas intérêt, et rien aux alentours qui lui permettrait de tuer les Piraka. Était-ce là la justice ?

Ses songes furent interrompus par l'armure rougeâtre de Trinuma. Le membre de l'Ordre regarda longuement Vezon, haussa les épaules et remua la tête. Puis il défit la serrure de la porte et l'ouvrit. « C'est ton jour de chance, inadapté, » dit Trinuma. « Tu peux t'en aller. »

« Je peux ? » dit Vezon. « Je veux dire, bien sûr, je peux. Garder un être de ma brillance enfermé est un terrible gâchis de ressources. Je suppose que vos maîtres veulent me consulter sur des problèmes de stratégies et de tactiques. »

« Non, » dit Trinuma. « Je crois qu'ils ont dit qu'ils avaient besoin de quelqu'un qui pourrait mourir d'une mort affreuse sans être regretté. Donc, naturellement, ils ont pensé à toi. »

Le cerveau dérangé de Vezon réfléchit à ce qu'avait dit Trinuma, puis il décida qu'il s'agissait d'un compliment. « Bien, naturellement, » répondit-il. « Dirigez-moi, et laissez-moi vous montrer comment faire pour mourir. »

Chapitre 2

Axonn s'accroupit derrière un petit mur de pierre, en regardant les boules de Feu et de Glace au-dessus de lui. Derrière lui, Brutaka scrutait les quelques couvertures ici et là, en lâchant des rafales de son épée.

« Frapper à la porte, » grogna Axonn. « Brillante stratégie. Je pense que tout ce temps passé à Mahri Nui t'as rempli le cerveau d'eau. »

« Oh, vas-y, » dit Brutaka en souriant. Il surprit un attaquant avec une boule d'énergie, puis passa à un autre. « Tu adores ça, et tu le sais. Après avoir passé des milliers d'année sur Voya Nui en attendant que quelque chose se passe, tu as besoin d'exercice. »

Un Skakdi de couleur verte grimpa sur le mur, une masse piquante à la main. Axonn le lui fit vite regretter.

« C'était censé être un travail simple et sympathique. Aller sur Zakaz, trouver le seigneur de Guerre Nektann, arranger une alliance entre l'Ordre et les Skakdi. Et non pas rester coincés sur une plage par une horde en colère. »

« Sommes-nous coincés ? Nous ne le sommes pas, » dit Brutaka. « Regarde. »

Brutaka regarda au-dessus du mur et lança une boule d'énergie sur un bâtiment à moitié détruit. Le touchant à son seul support, il envoya le bâtiment s'écraser sur une foule de Skakdi. Quand les poussières partirent, chacun était piégé sous les piles de cailloux.

« Maintenant, ce sont eux qui sont coincés, » dit Brutaka.

Axonn soupira. « Comme dans les bon vieux jours, » dit-il. « Maintenant, je me rappelle pourquoi je les détestais tant. »

« Si tu as aimé cette idée, alors tu aimeras celle-là, » répondit Brutaka. Avant qu'Axonn ne puisse réagir, Brutaka l'avait saisi par l'arrière du cou. Il mit Axonn à ses pieds et se mit devant lui, les bras en l'air. « Nous nous rendons ! » cria Brutaka à l'armée Skakdi. « Prenez-nous donc, nous sommes à vous. »

***

Autre part…

Un marchand de l'île de Stelt aura, tout au long de sa vie, vu à peu près tout au moins une fois. L'endroit était un carrefour pour les escrocs, les désespérés et ceux qui cherchaient à se faire de la monnaie rapidement, ou des marchandages qui valent mieux d'être cachés aux Toa. Ce marchand particulier, cependant, avait récemment vu plus qu'il n'aurait souhaité voir. Un petit groupe de guerriers, incluant la détestée Roodaka, avait volé l'un de ses meilleurs bateaux. Pire encore, ils l'avaient fait d'une telle façon que personne ne croirait que cela était arrivé. Les choses s'étaient cependant enfin calmées. Il avait réussi à trouver un bateau de remplacement et à récupérer les parties de ce vieux bateau qui tenaient encore debout. Les affaires étaient redevenues normales, du moins jusqu'à ce qu'un dragon de 6 mètres déchire le toit de sa boutique.

« Où est Teridax ? » grogna le dragon.

« Teridax ? Qui est-ce, ou alors qu'est-ce que c'est ? Et comment le saurais-je ? » Dit le marchand, tentant de saisir une arme, ne trouvant rien de mieux qu'un disque Kanoka craquelé.

« Je connais Stelt, » dit le dragon. « Un Nui-Rama ne bourdonne pas sur la Péninsule de Tren Krom sans qu'on ne s'épuise à l'entendre. Alors je vais redemander, où est-il ? Où est le Makuta de Metru Nui ? »

« Je ne sais pas ! Je le jure ! » Cria le marchand.

Le dragon saisit sa victime dans une grande griffe. « Je n'ai pas de temps pour cela. Je dois aller à certains endroits, et briser des corps. Je veux que tu diffuse le message à tous tes amis, à tous ceux qui viennent et partent de l'île. Dis-leur que Miserix est de retour, et que dès que je le trouve, Teridax est mort ! »

***

Vezon s'assit sur un petit bateau avec une voile noire. Trinuma s'assit au bout, gardant un œil pour des menaces potentielles. S'il considérait que Vezon en était une, il n'en avait pas montré un signe. De son côté, Vezon était simplement heureux d'être hors de sa cellule. La prison était bien trop… renfermée, mais il devinait que c'en était le but. A part cela, Trinuma lui avait offert une adorable dague. Vezon avait dit « Merci » en essayant de ne pas la plonger dans le dos de son compagnon.

« Où allons-nous ? » demanda Vezon, « Pourquoi partons-nous ? Partons-nous au moins, ou restons-nous juste faire de la voile dans un cercle ? Où est-ce une spirale ? Je suis descendu dans une spirale autrefois : un grand tunnel de pierre qui s'enfonçait et s'enfonçait, et qui finissait avec des Zyglak. Celui qui l'a construit n'avait pas du tout le sens de la décoration. »

« Quand vas-tu te taire ? » dit Trinuma. « C'est une mission secrète. Tu comprends cela ? »

« Bien sûr, » répondit Vezon. « Et mission secrète veut dire que si tu finis assassiné, je ne le dirai à personne. Et tu n'as toujours pas répondu à une seule de mes cent dix questions, ou donné des précisions. »

Trinuma soupira de résignation. « Nous allons dans un endroit appelé Destral. Une fois que nous y serons, ton travail commencera. Si tu réussis, tu peux espérer vivre un nouveau jour. Si tu échoue, du subis une mort horrible. D'accord ? »

« Destral… Destral. Attends, c'est une base de Makuta ! Spiriah était un Makuta. Du moins, avant de se faire tuer par Miserix. J'ai fui avec Miserix, te l'ai-je déjà dit ? Du moins, jusqu'à ce qu'il ne fasse une de ces acrobaties et me jette de son dos. L'eau de mer était vraiment froide, ne laisse personne te dire le contraire. Alors, que suis-je censé faire sur Destral ? Commettre un crime ? Un assassinat ? Courir avec des objets coupants ? »

« Tu as le travail le plus important de tous, » dit Trinuma. Tu vas trahir l'Ordre de Mata Nui, et l'Univers entier, et voici comment tu vas faire. »

Chapitre 3

Une des choses curieuses dans la base du chef de guerre Skakdi était l'absence de toute sorte de donjon, chambre de torture ou camp de prisonniers de guerre. L'histoire avait montré qu'il y avait peu à obtenir en torturant un Skakdi, étant donné qu'ils ne parlent jamais si ce n'est pour marchander, habituellement pour leur liberté, ce que peu de ravisseurs accepteront. Et garder des prisonniers voulait dire devoir les écouter quémander diverses choses, comme de la nourriture, de l'eau, ou un bâton de bonne taille à utiliser sur les Rats de Pierre qui n'arrêtent pas de faire des visites de minuit.

Donc quand Brutaka et Axonn furent amenés au camp du Chef de Guerre Nektann, aucun d'entre eux ne semblait sûr de ce qu'ils allaient faire d'eux. Les tuer leur vint immédiatement à l'esprit, mais ainsi il serait impossible de savoir ce qu'ils faisaient sur l'île pour commencer. Contrairement aux fameux Necrofinch des montagnes de Zakaz, la plupart des gens ne continuaient pas de chanter après leur mort. Ce fut Axonn qui insista pour qu'ils soient apportés à Nektann en personne. Nektann était plus grand que la plupart des Skakdi, ou du moins il le semblait quand il était assis sur son trône fait des armes fusionnées de ses adversaires. Il était accompagné de son animal, qui ressemblait à un chat Muaka couvert d'une armure piquante. Nektann, toujours très serviable, leur demanda s'ils avaient encore quelque chose à dire avant d'être douloureusement désassemblés.

« Oui, » dit Axonn. « La Confrérie des Makuta. »

Nektann cracha au sol. Le Muaka gronda. « Qu'y a-t-il encore avec eux ? » demanda le seigneur de Guerre.

« Nous vous offrons une chance de saccager leurs forteresses, piller leurs armes et démolir leurs guerriers, » dit Axonn.

« Nous aurions rajouté ‘faire pleurer leurs femmes', mais avez-vous déjà vu une Makuta femelle ? » demanda Brutaka. « Ce… Ce n'est pas très… beau. »

« Pourquoi devrais-je vous écouter alors qu'il serait beaucoup plus simple et plus rapide de vous jeter dans la cage aux Tahtorak ? »

« Parce que nous avons déjà été voir d'autres Seigneurs de Guerre sur Zakaz, » mentit Axonn. « Que viendrions-nous faire dans ce trou perdu, d'après vous ? Ils ont tous accepté de se rallier à nous. Si vous refusez, vous pouvez vous rasseoir sur votre trône insignifiant et les voir devenir riches et puissants. »

Nektann se renfrogna, la seule expression plus horrible que le sourire d'un Skakdi. Aucun seigneur de guerre se respectant ne voulait laisser passer une chance dans une bataille glorieuse et dans d'encore plus glorieux pillages. Finalement, il acquiesça.

« Pourquoi l'as-tu prévenu que nous avons parlé à d'autres seigneurs de guerre ? » soupira Brutaka. « Nous devons encore tous aller les chercher et faire une alliance. »

« C'est un long travail, » affirma Axonn, « alors je pense que tu ferais mieux de t'y mettre. »

***

Toa Mahri Jaller était au centre de Metru Nui, contemplant la statue du regretté Matoro. Elle avait été construite par Turaga Onewa lui-même en honneur du héros perdu. Cela faisait du bien de savoir que son camarade allait être remémoré et le serait toujours, mais cela ne comblait pas le chagrin qu'il avait de sa mort. Il devait admettre que ces pensées de Matoro l'avaient distrait. Quand les autres Toa Mahri partir fouiller la cité à la recherche de Takanuva, il décida de rester là. Quand ils revinrent, annonçant qu'il n'y avait aucune trace du Toa de Lumière, il n'y fit pas très attention. Le fait que les Toa Mahri n'avaient pas réussi à remplir leur destinée sans perdre l'un d'entre eux. Derrière lui, les autres Toa étaient en conférence. Metru Nui était tranquille pour l'instant, la menace du Dragon Kardas ayant été résolue et la plupart des autres Rahi désormais dans les Archives. Malgré tout, les héros ne pouvaient jamais se reposer. Qui pouvait savoir quelle serait la prochaine menace ?

Il y eut soudain un éclair. Quand Jaller put voir à nouveau, six Toa se tenaient devant lui. Il n'en reconnaissait aucun. Instinctivement, il prépara ses armes.

« Bienvenue à Metru Nui, » dit Jaller. « Qui êtes-vous ? Qu'êtes-vous venus faire ici ? »

L'un des nouveaux-venus, un Toa du Feu, s'avança. « Je suis Norik, l'un des Toa Hagah. Je vous demande, vous et vos compagnons, de reculer. Nous ne voulons pas voir de blessés pendant que nous exécutons notre tâche ici. »

« Les Toa Mahri ne reculent face à personne, » dit Toa Hewkii en s'avançant. « Expliquez-nous quelles sont vos affaires ici, ou vous serez considérés comme des ennemis. »

« Nos affaires, » dit Norik, « sont aussi simples qu'effrayantes. Nous sommes venus détruire le Colisée. »

***

Vezon atterrit sur le sol de Pierre de la Forteresse des Makuta sur Destral. Il avait été capturé par les Rahkshi pas plus de deux minutes après que Trinuma l'ait escorté sur les bords de l'île. Vezon n'avait jamais rencontré un Rahkshi auparavant, et il découvrit qu'il ne les aimait pas. La plupart des êtres avaient une odeur, plaisante ou déplaisante ; les Rahkshi sentaient le métal froid et la mort. Le Makuta qui vint l'accueillir avait une armure violette et rougeâtre. Bien que Vezon eût la politesse de se présenter, le Makuta ne s'inquiéta pas de lui donner son nom. Vezon fut tenté de se plaindre de cela, mais avec une lance à la gorge, qui crachait de l'acide, il fut convaincu de garder ça pour plus tard.

« Qui es-tu ? » demanda le Makuta. « Qu'es-tu ? Comment es-tu arrivé ici ? »

« Je m'appelle Vezon, votre Obscurité, et j'ai été amené ici par un agent d'un pouvoir qui compte vous blesser, vous et votre Confrérie. Ils voulaient que je vienne vous dire qu'ils existent et qu'ils comptent attaquer l'île, mais je ne vais pas le dire, non, non, non !

« Tu viens de le dire, » dit le Makuta. Derrière Vezon, trois Rahkshi s'approchaient un peu, leurs bâtons prêts à l'attaque.

« Oui, bien sûr, je l'ai dit, mais seulement pour vous dire que je ne le dirai pas ! » dit Vezon, exaspéré. Comment cet être pouvait-il espérer conquérir l'Univers, et être aussi lent ? « C'est tout un tour, voyez-vous. Ils veulent que je fasse croire que je les trahis. Ils veulent que vous concentriez vos forces ici contre une attaque qui ne viendra pas. Mais j'ai décidé : Pourquoi prétendre les trahir quand le faire en vrai serait bien plus amusant ? »

Le Makuta saisit Vezon par la gorge et le balança au mur.

« Parle, abruti ! Et ne laisse que la vérité et la clarté sortir de ta bouche si tu veux toujours en avoir une par la suite. »

« Vérité et clarté… Vérité et clarté… Je ne suis pas sûr de connaître ça, » répondit Vezon. « Allez-vous accepter des ‘lèvres-blanches et tremblements' ? Cet Ordre de Mata Nui, il compte envoyer une armée et une marine, menacer Destral, vous forcer à téléporter l'île loin de là, et ensuite… »

Quand Vezon s'arrêta de parler, le Makuta serra son poing.

« D'accord, d'accord ! Je faisais une pause seulement pour l'effet. Ils ont un espion dans la forteresse. Ils ont saboté vos moyens de téléportation. Quand vous essayerez de l'utiliser à nouveau… Bon, je ne vais pas commencer à vous lire de longues tablettes, disons cela ainsi. Et maintenant que vous le savez, dites-moi, que comptez-vous faire pour cela ? »

Chapitre 4

Axonn et Brutaka étaient en haut d'une côte, observant le champ de bataille. En dessous, les forces assemblées des Skakdi de Zakaz étaient coincées au combat avec une petite armée de Rahkshi. Le lieu était une île sans nom dans les chaînes du sud, prise par la Confrérie des Makuta comme un lieu stratégique pour une invasion du Continent Sud. Les Rahkshi avaient été apportés ici en secret, et permis de pratiquer leurs talents sur les résidents Matoran éparpillés. Évidemment, il n'y avait plus un seul Matoran sur cette île. Au départ, les Skakdi avaient subi d'horribles pertes, mais ils étaient doués d'une chose dont le Rahkshi ne pouvaient que prétendre : la rage. Assoiffés de victoire, et remplis de haine pour leurs adversaires, ces barbares se regroupaient et déchiraient tout dans les rangs des Rahkshi. C'était à la fois accablant, captivant et dégoûtant.

« Viens, » dis Brutaka, s'écartant du spectacle. « Tu sais ce que nous sommes censés faire ici. » Ensemble, ils descendirent la colline et s'enfoncèrent dans un petit canyon. Au centre, une trappe carrée de métal avec un anneau de fer était enterré sous les roches et les détriments. Après qu'Axonn ait détruit la roche avec sa hache, Brutaka saisit l'anneau et ouvra la trappe. Une odeur dégoûtante en sortit. L'odeur de l'âge et de l'abandon, de la décomposition et de la pourriture. Les deux membres de l'Ordre descendirent dans le trou.

Axonn envoya de l'énergie à l'aide de sa hache, illuminant la chambre. Il était évident que personne n'avait posé le pied ici depuis peut-être le début de l'histoire. L'endroit était presque complètement en pierre, avec comme seul indice intéressant un bassin au centre. Les eaux y étaient verdâtre-noir et tournoyaient nerveusement, bien qu'il n'y ait même pas la moindre brise pour les mettre en mouvement.

« Alors c'est ici ? » demanda Brutaka.

Axonn acquiesça. « Oui, c'est le lieu où le Grand Esprit Mata Nui a créé les Makuta. Et le seul endroit d'où peuvent sortir de nouveaux Makuta. De ce bassin est venue leur substance, faite en forme vivante par les pouvoirs du Grand Esprit avant que le temps n'en fasse de l'énergie pure. »

« Et si on détruisait le bassin ? » dit Brutaka.

« Oui. Il peut ne plus jamais y avoir le moindre Makuta. Mais avons-nous le droit de faire disparaître une espèce ? »

Brutaka regardait le bassin, inquiet. « J'aimerais bien rentrer dans tes débats philosophiques, mon vieil ami, mais je pense qu'on a un problème. »

Les eaux du bassin explosèrent soudainement d'un côté et de l'autre. Un liquide infect et brûlant frappa Axonn et Brutaka, s'enfonçant dans les fissures de leurs masques et de leurs armures. Il sifflait et se tordait comme quelque chose de vivant, brûlant tout ce qu'il touchait. Temporairement aveuglé et dans la douleur, les deux guerriers titubèrent et s'écroulèrent, plongeant dans le bassin lui-même.

***

Toa Helryx était au centre de commandement de sa forteresse de Daxia. La guerre contre la Confrérie des Makuta avait commencé, et elle n'avait pas bien commencé. Bien que l'Ordre, grâce aux Chasseurs de l'Ombre, contrôlaient maintenant Xia, ils avaient été incapables de déloger les forces des Makuta de l'île de Nynrah. À d'autres endroits, les attaques surprise de l'Ordre avaient fait face à une résistance féroce inattendue de la part des Rahkshi et des Exo-Toa. Être un Leader voulait dire faire des décisions difficiles, et ça, elle l'avait toujours su. De son temps, elle avait envoyé des agents dans des missions dont elle savait qu'ils pourraient ne pas revenir. Elle avait ordonné la mort de tous ceux qui connaissaient la localisation d'Artakha, et maintenant elle devait faire deux nouveaux choix vitaux qui pouvaient mener à la victoire ou au désastre. Le premier avait été facile. Elle envoya un messager à Metru Nui, portant avec lui le Cœur des Visorak. Cette relique pouvait être utilisée pour invoquer les hordes de Visorak n'importe où dans l'Univers. Il allait être place dans les mains des Toa Mahri, avec l'instruction de l'apporter sur l'île volcanique d'Artidax et de l'utiliser. Le deuxième était plus difficile. Brutaka l'avait informé de la présence d'Hydraxon dans la Fosse, ainsi que des évènements qui y avait pris place. Un deuxième messager avait été envoyé au Gouffre avec des ordres pour le geôlier. Elle ne savait pas s'il allait les suivre, étant donné leur nature, ou elle marchanderait avec la Confrérie au final pour une fin encore pire. Mais cela devait être fait. Parfois, elle détestait être celle qui était aux commandes.

***

Hydraxon était dans la sombre, caverneuse chambre qu'était la Fosse. Dans ses mais, il tenait une tablette qui contenait des ordres de la part d'Helryx. Les instructions gravées dans la pierre étaient presqu'impossibles à croire. La porte de la chambre s'ouvrit. C'était Toa Lesovikk, apportant avec lui un autre prisonnier évadé. Même si les deux étaient entrés en conflit lors de leur première rencontre, ils étaient ensuite devenus des alliées dans l'effort de capturer à nouveau les anciens incarcérés de cette vaste prison. Hydraxon hésita à montré à montrer les instructions à Lesovikk. Après tout, l'existence de l'Ordre de Mata Nui était supposée rester secrète, mais si la situation, comme le soulignait la tablette, était vraie, alors il supposa que ce n'était plus un secret.

Lesovikk laissa un petit sifflement en lisant la tablette. « Alors qu'allons-nous faire ? » demanda-t-il.

« Ce que j'ai toujours fait, » répondit Hydraxon. « Suivre les ordres. »

Il descendit l'échelle de fer qui descendait au plus bas quartier de cellules. Là, Pridak, Kalmah, Mantax et Ehlek étaient emprisonnés. Les quatre Barraki regardèrent leur geôlier avec un mépris visible.

« Es-tu venu te moquer de nous ? » ronchonna Mantax.

Pridak sourit, révélant des lignes de dents acérées. « Nous t'avons déjà tué, tu le sais. Nous pouvons le faire à nouveau. »

Hydraxon ignora sa folie évidente. Après tout, il était en vie et puis, il n'avait évidemment, absolument jamais été mort. « J'ai une… offre à vous faire, » dit-il, forçant chaque mot. « Il y a une guerre ici. Un guerre pour mettre un terme au règne de la Confrérie des Makuta. Acceptez de combattre les Makuta, et vous aurez le droit à la liberté. »

« Et si nous refusons ? » dit Kalmah. « Pourquoi devrions-nous risquer nos vies pour combattre dans la guerre d'un autre ? »

« Si vous refusez, » dit Hydraxon, « vous découvrirez qu'il y a des endroits bien plus profonds que le Gouffre dans lequel on peut vous enterrer. »

« Une autre chance, » dit Pridak. « Une autre chance de combattre. De diriger des armées. De conquérir. Et quand la Confrérie tombera, la Ligue des Six Royaumes s'élèvera à nouveau. »

Chapitre 5

Le Ténébreux – maître des Chasseurs de l'Ombre, ennemi mortel des Makuta, meurtrier, assassin, et conquérant – s'ennuyait. Depuis que lui et son peuple avaient été envoyés pour occuper l'île de Xia par l'Ordre de Mata Nui, il n'y avait plus grand-chose à faire. L'île avait été pacifiée en un rien de temps. Sauf pour les deux ou trois Chasseurs de l'Ombre recrutés par l'Ordre pour une mission, la majeure partie de leurs forces avaient encore à agir. Le Ténébreux n'aimait pas se sentir inutile sur l'île, ou ignoré. C'est pourquoi il passait sa journée à observer les usines de Xia, à la recherche d'amusement. Malgré la pression qu'il donnait pour que tous les centres de manufacture soient de nouveaux en route, bon nombre des buildings étaient encore en piteux état à la suite de la bataille entre le Tahtorak et le Dragon de Kanohi. Ce fut en marchant devant un tel bâtiment qu'il tomba face à un Vortixx qui nettoyait les poussières.

« Que fais-tu ici ? » demanda le Ténébreux.

Le Vortixx haleta, surpris. Quand il vit qui s'adressait à lui, il se mit à genoux et baissa la tête. Le Vortixx, il semblait, avait une longue histoire de savoir à raconter à quelqu'un un jour.

« Rien, Grand Seigneur, » dit le Vortixx, « Je…Je nettoie simplement pour que toutes les usines soient en capacité de remarcher comme vous l'avez ordonné. »

Le Ténébreux resta silencieux. Il savait reconnaître un mensonge quand il en entendait un – il en avait assez dit auparavant lui-même. Après un long moment, il dit :

« Alors je vais t'aider. »

« Non ! » Cria le Vortixx, « Ce n'est…pas nécessaire. C'est un travail pour un artisan, pas pour un dirigeant comme vous. »

Le Ténébreux utilisa le pouvoir de son sceptre. Une bande de Protodermis cristallin apparut autour de la bouche du Vortixx, l'empêchant de parler.

« J'ai dit que je t'aiderais, » répéta le Ténébreux.

Debout devant le tas de cailloux, le Ténébreux commença à creuser, sans jamais quitter le Vortixx de l'œil. Plus il creusait profond, plus le Vortixx semblait inquiet.

‘Qu'est-ce,' il se demandait, ‘qui peut bien se trouver au fond de ce trou ?'

Il le découvrit vite. Quelques mètres plus bas, il trouva une boîte de Protoacier. Sur le couvercle, on pouvait distinguer le symbole de la Confrérie des Makuta. La boîte était fermée, mais la serrure n'était pas un problème pour un Chasseur de l'Ombre maintenant très curieux. Il l'ouvrit avec soin – après tout, ce pouvait être un piège assez réfléchi. Mais quand il vit ce que contenait la boîte, ses yeux s'élargirent.

“Oh, mon Dieu, » dit le Ténébreux, comme s'il venait de découvrir quelque chose qui pourrait le rendre maître du monde.

***

Vezon, on pouvait le dire, n'avait qu'une seule perspective de vie. Peut-être était-ce le fait qu'il n'était vraiment vivant que depuis quelques semaines. Peut-être était-ce le temps qu'il avait passé à porter le Masque de Vie. Ou peut-être était-ce simplement le fait qu'il était désespérément fou. Mais la perspective qu'il avait, aujourd'hui, il devait l'admettre, était une nouvelle : à l'envers. Le Makuta qu'il avait rencontré dans la forteresse de Destral, qui s'identifiait comme Tridax, n'avait pas complètement cru l'histoire de Vezon sur les croisements et double-croisements. En fait, il décida que certaines questions dont il pourrait prendre partie étaient en ordre, d'une façon normale quand votre invité est suspendu à la cellule par les genoux.

« J'ai vérifié les moyens de téléportation, » dit Tridax. » Il n'y a aucun signe de sabotage. Tu es un menteur. »

« Bien, personne n'a dit que les Makuta étaient observateurs, » dit Vezon, « Et comment pouvez-vous en être sûr ? Supposons que je les aie sabotés moi-même avec mes incroyables pouvoirs spirituels. »

« Tu n'as pas de pouvoirs, » dit le Makuta, en prenant une lame vicieusement aiguisée, « Et tu n'as même pas d'esprit. D'ailleurs tu es sur le point de ne même plus avoir de tête. »

« Tu as raison, tu as raison ! » Balbutia Vezon, « il n'y a ni armée, ni retard. Je voulais simplement avoir le plaisir d'être en votre compagnie. Bien, plaisir peut sembler un peu fort comme mot. Est-ce que je vous ai raconté que j'ai déjà porté le Masque de Vie ? Une pensée égarée quelque part, et vous n'auriez même pas laissé de cendres. Ces jours me manquent vraiment. De toute façon, soyez fier d'avoir raison, il n'y a aucune menace sur Destral pour l'instant. »

Les murs de la forteresse se remuèrent soudainement, brutalement, par un impact incroyable.

« Sauf celle-là, » ajouta Vezon pour être utile.

Des roches tombèrent de la cellule, de nombreuses armes tombèrent sur le sol et même les bouts des chaînes de Vezon commencèrent à céder. Une seconde rafale fit un trou dans le mur et envoya des Rahkshi voler dans la chambre. Cette fois, les chaînes de Vezon cédèrent directement et il tomba sur le sol de pierre. Makuta Tridax n'y prêtait pas attention. Ses ordres étaient clairs : maintenir Destral dans sa position actuelle, sauf en cas d'attaque. Dans le cas d'une menace sérieuse de la part de Toa ou de Chasseurs de l'Ombre, téléporter l'île près des bords de Metru Nui et saisir la cité. Il partit exécuter les commandes. Vezon le suivit derrière, à son insu.

‘Très bien,' pensa l'ex-prisonnier perturbé, ‘mène-moi à tes secrets. Ah, ce plan est tellement diabolique qu'il pourrait être le mien. Et peut-être qu'il le sera une fois que j'aurai fini.'

***

Loin à l'ouest, Pridak regardait la forteresse en flamme, en souriant. Il avait eu de la chance depuis sa libération de la Fosse. Ses ravisseurs l'avaient fourni en bateaux et en ressources, suffisamment pour reconstituer une armée. Des pires endroits de l'Univers, il avait trouvé des ex-Chasseurs de l'Ombre, des Vortixx exilés, et même un Skakdi ou deux pour ses croisades. Avant même que Kalmah n'imagine un Plan de Bataille, Pridak s'était lancé dans un voyage de conquête. Cela sentait bon – bon de saccager et brûler et détruire à nouveau ; bon de sentir la brillance chaude des Lumines, bien que son territoire aqueux l'avait privé de sentir la merveilleuse fumée et l'odeur de la bataille. Il était de retour, et il comptait bien y rester. Ses hommes avaient entouré les forces des Makuta qui occupaient la place, mais n'avaient encore trouvé aucun membre de la Confrérie.

Maintenant, alors qu'il surveillait sa conquête, il avait remarqué quelques petites choses : la structure n'était pas l'originale. Elle avait été reconstruite sur le site d'un point fort, plus tôt. Les plus bas niveaux étaient toujours incomplets, et c'était en les explorant qu'il trouva une salle étrange. Loin dessous ses bases se trouvait une salle de cailloux. Les murs avaient été détruits, laissant seulement un tas de terre derrière, et les reste des murs étaient éparpillés sur le sol. Intrigué, il prit une de ces pièces, seulement pour trouver des inscriptions dessus. Ces inscriptions ne lui disaient rien et il s'apprêta à la relancer, quand il vit une autre pièce avec des inscriptions. En fait, comme toutes les autres pièces. Il y avait une sorte de message ici, ou il y en avait eu, il réalisa. Quelqu'un avait essayé de le détruire en explosant le mur, mais le message était toujours là, pour quelqu'un qui avait assez de discipline pour le déchiffrer. Et si quelqu'un avait pensé qu'une quelconque information devait être détruite, elle devait être particulièrement intéressante. Avec la patience infinie d'un chasseur né, Pridak commença à assembler les Pierres.

Chapitre 6

Axonn se noyait. Le fluide vert-noirâtre remplissait sa bouche et ses poumons avant qu'il ne puisse réagir. Ses puissants bras s'agitaient, essayant de trouver quelque chose sur lequel s'accrocher, n'y réussissant pas. Alors qu'il coulait de plus en plus vers le fond, Axonn savait qu'ici, sur le lieu de naissance de l'espèce des Makuta, il allait mourir. Puis, il remonta soudainement à la surface, à travers le sombre liquide. Un main forte le tenait et le reprenait de son destin. Un moment après, il sentit la dure pierre au sol sous ses pieds. Il s'étouffa et suffoqua. Quand les couleurs arrêtèrent de jouer des tours à ses yeux, il regarda son sauveur. Brutaka flottait à près d'un mètre du sol. Du feu vert sortait de ses yeux et du bout de ses doigts. Son armure craquait sur de nombreux endroits alors que le tissu qui la recouvrait se répandait. Une aura de pur pouvoir l'encercla, tellement vive qu'Axonn dut lever la main pour protéger ses yeux.

« Axonn, » dit Brutaka. « Nous sommes content de voir que tu as survécu. »

« Nous ? Que t'est-il arrivé, Brutaka ? »

« Je… Nous sommes l'essence de l'espèce des Makuta. Nous connaissons la tâche qu'ils étaient censés faire, mais ont oublié. Nous voyons les erreurs. Les défauts. Tant à réparer ; mais ce ne pourra être fait. »

Axonn se leva, préparant sa hache. Il connaissait les effets que l'Antidermis des Makuta avait sur Brutaka. L'absorber le rendait, d'une certaine façon, plus fort, mais il n'avait jamais vu ou entendu quelque chose comme ça. C'était le corps et la voix de Brutaka, mais les mots ne venaient pas de son vieil ami.

« Spherus Magna, le Fracassement, » murmura Brutaka, visiblement plus à lui-même qu'à Axonn, « Les trois qui doivent n'être qu'un, les deux qui doivent en faire un. »

Brutaka bougea brutalement le bras et saisit Axonn avec une poignée de fer. Son toucher le brûla, mais Axonn se retint de crier.

« Il doit se souvenir, il doit être conçu pour voir, ou le voyage de 100 000 ans ne sera là pour rien. Il se cache en-dessous, se préparant à rencontrer sa destinée. Nous devons y aller, nous devons corriger. Tant de fautes avant que le fracassement ne puisse finir. »

***

L'Ancien escaladait une côte, en faisant attention à ne pas marcher sur les restes de ce qui était autrefois une usine de Xia. Il avait cherché Le Shadowed One pendant près d'une heure. Ils étaient censés discuter de la défense de la cité, mais le chef des Chasseurs de l'Ombre n'était nulle part. Il était concerné. Helryx avait demandé à l'Ancien, son espion chez les Chasseurs de l'Ombre, des rapports réguliers sur l'état des choses sur Xia et sur les actions du Ténébreux. Elle était sûre que la Confrérie des Makuta attaquerait l'île, et il était déjà surmené par son dernier voyage. l'Ancien atteignit le haut de la côte. La première chose qu'il vit fut le Ténébreux, au milieu d'une pile de débris. Il portait une petite caisse, qui était ouverte, et un sourire lugubre s'affichait sur sa face en voyant le contenu. En s'approchant, l'Ancien remarqua deux choses : un Vortixx mort au sol, son visage recouvert de Protodermis de Cristal ; puis, le contenu de la caisse : trois récipients.

« Qu'as-tu trouvé ? » demanda l'Ancien, « Et pourquoi un Vortixx serait-il assez fou pour te défier à ce sujet ? »

Le Ténébreux leva les yeux, surpris. Puis, en voyant que c'était l'Ancien, il fut visiblement rassuré.

« Une des choses les plus incroyables, » dit-il, « as-tu déjà entendu parler de Makuta Kojol ? »

L'Ancien acquiesça. Il connaissait l'histoire de l'Ordre de Mata Nui : Kojol avait visité Xia pour parler d'un virus intégré dans une arme à construire pour les Makuta. Pendant sa visite, il fut ‘accidentellement' tué par le virus. Sauf que ce n'était pas un accident, mais une opération de l'Ordre pour le supprimer.

« Il a apporté un certain nombre de virus quand il est venu sur Xia, » continua le Ténébreux, « certains ne furent jamais retrouvés. On raconte qu'ils furent incinérés avec son armure. Mais ils ne le furent pas, et je les ai retrouvés. »

L'Ancien essaya de ne pas avoir l'air aussi inquiété qu'il ne l'était. De telles armes dans les mains de Chasseurs de l'Ombre constituaient un désastre.

« Excellent, » dit-il, « Nous pourrons les revendre à un bon prix. »

« Les vendre ? » dit le Ténébreux, « Non, non, je compte bien les utiliser. Je vais apprendre ce qu'ils sont et ce qu'ils font, et ensuite Helryx et les Makuta vont me répondre ! Mais je vais avoir besoin de temps... de beaucoup de temps et d'intimité pour travailler. Personne ne doit savoir que je les ai. C'est pourquoi le Vortixx ici présent devait mourir. Et c'est pourquoi… »

Deux rayons de pouvoirs sortirent des yeux du Ténébreux, attaquant l'Ancien. Le Chasseur de l'Ombre vétéran fut effacé, désintégré par la force du rayon.

« Désolé, mon vieil ami, » dit le Ténébreux, « Mais comme le dit le vieux dicton : ‘Un secret partagé n'est plus un secret.' »

***

Vezon se glissait à travers les couloirs de la forteresse de Destral, en suivant Makuta Tridax et en faisant de son mieux pour rester inaperçu. Les murs de la structure antique se remuaient à cause d'un poids féroce : l'Ordre de Mata Nui avait enfin lancé son attaque sur la base des Makuta. Sa mission était simple, du moins, suffisamment pour que son esprit dérangé puisse le comprendre entièrement : il devait suivre Makuta Tridax, découvrir les moyens utilisés par les Makuta pour téléporter leur île de places en places, puis les saboter. Il finirait probablement tué par Tridax, mais aucun plan n'était parfait.

Au début tout semblait marcher comme prévu : Tridax s'était aventuré dans un niveau inférieur, et ne portait visiblement pas attention au fait qu'il était suivi. Au fond de la base se trouvait une chambre géante. Ce qui l'attendait dans cette chambre stupéfia même le Skakdi profondément dérangé. Les murs s'imposaient sur plus de dix mètres de hauteurs, tout autour. Des Tubes de Stase étaient alignés aux murs, au nombre de près de cent. Et chaque tube était occupé par un être identique. Certains avaient leurs armures toutes noires, la plupart étaient dorées et blanches, mais il était évident qu'ils étaient tous un même être. Ils étaient tous dans un état statique. Tridax marcha jusqu'au centre de la salle, ou se trouvait une petite table. Sur la table se trouvait un Masque Kanohi. Tridax le saisit, puis se retourna brutalement et envoya une rafale d'Ombre sur Vezon. Avant qu'il ne puisse l'éviter, la rafale d'ombre l'avait écrasé sur le mur.

« Tu pensais vraiment que je ne pourrais pas entendre ta tentative maladroite de me suivre ? » dit Tridax. « Très bien, ordure de Skakdi. Tu veux apprendre l'un des plus puissants secrets de Destral ? Tu veux avoir la satisfaction de savoir ce qui se cache ici avant de mourir ? Regarde autour de toi. »

Vezon le fit, mais n'apprit rien de plus en le faisant.

« Belle collection, » dit-il, « je préfère les coquillages, personnellement. Ou les feuilles. Oh, et aussi les têtes de mes ennemis, bien que celle-ci prennent une de ces place. »

Tridax sourit et lui montra le masque.

« Sais-tu ce que c'est ? Un Kanohi Olmak, Masque des Portes Dimensionnelles. Un des deux seuls en existence. Peu de temps auparavant, mon camarade Makuta Mutran et moi, nous avons commencé à développer une créature appelée la Sangsue de l'Ombre ; une créature qui pouvait absorber la Lumière des autres et les tourner en êtres d'Ombre. Ce fut ce qui déclencha mon idée. Je savais que ce Masque, en plus de me permettre de traverser à différents endroits de cette dimension, me permettait également d'atteindre d'autres réalités. Ainsi, j'ai commencé à voyager à travers ces réalités pour collectionner les Toa Takanuva de chacune, afin de les rapporter ici, et de nourrir mes animaux de leur Lumière. Quand j'aurai terminé, j'aurais une armée de Toa de l'Ombre, toutes créées à partir du plus dangereux ennemi des Makuta. »

Les murs se remuèrent à nouveau.

« Je pense que tu devrais te dépêcher de finir de les nourrir alors, » suggéra Vezon.

« Pas la peine, » dit Tridax. « Je n'ai qu'à relâcher les Takanuva de l'Ombre que j'ai déjà créé, et ils s'occuperont des attaquants. Ensuite je pourrai continuer de travailler en paix. Après je pourrai… »

Tridax s'arrêta en entendant du cristal se fracasser. Surpris, il laissa son pouvoir de l'Ombre hors de contrôle. Vezon s'écrasa sur le sol, mais pas avant d'avoir vu le Makuta regarder son bras avec terreur. Quelque chose dissolvait son gant blindé devant ses yeux, et son Antidermis se répandait dans les airs. Deux êtres sortirent de la pénombre. L'un d'entre eux était un Matoran, l'autre d'une autre espèce, très grand et très dangereux d'apparence. Il regarda le Makuta et rit – un son âpre et malicieux.

« L'ennemi le plus dangereux des Makuta ? » dit Tobduk, « Prépare-toi, tu es sur le point de le rencontrer. »

Chapitre 7

Toa Helryx, leader de l'Ordre de Mata Nui, se fraya un chemin à travers les restes d'un champ de bataille. Elle se trouvait sur la plage de l'île de Nynrah, site d'une lutte entre la Confrérie des Makuta et l'Ordre. Après une longue et furieuse bataille, l'Ordre avait gagné – en repoussant les forces de la Confrérie de l'île ou en les écrasant sur la plage. Maintenant, elle traversait les sables, en reprenant occasionnellement un morceau d'armure de Rahkshi, l'étudiant pendant un moment et le rejetant ensuite.

Il y avait une raison à ces actes. En utilisant son Masque de Pouvoir, Helryx pouvait lire le passé d'un objet en le touchant simplement. Son but était simple ; les Rahkshi étaient créés à partir d'une puissante substance appelée le Protodermis Énergisé. L'Ordre voulait connaître toutes les sources de cette substance utilisée par les Makuta pour qu'ils puissent capturer ou détruire ces sources. Sans elles, aucun nouveau Rahkshi ne viendrait à la vie.

Pour l'instant, tous ceux qu'elle avait identifiés ici provenaient de sources que l'Ordre connaissait déjà. Malgré cela, l'effort valait le coup. Cela serait largement plus facile de vaincre la Confrérie en les coupant de leurs sources de pouvoir plutôt que de les battre dans le combat.

Elle saisit une pièce de l'armure cramoisie du Rahkshi et invoqua le pouvoir de son Masque. Cette fois-ci, elle vit une place qu'elle ne reconnaissait pas : Makuta Chirox s'y trouvait, ainsi qu'un bassin, mais pas n'importe quel bassin, non, de celui-ci émergeait une figure : un être composé entièrement de Protodermis. Elle se concentra fort et la localisation lui apparut : une île juste au nord de celle de laquelle venait son dernier allié.

Helryx saisit la pièce d'armure et se retourna vers Keetongu. Le Rahi avait accepté avec réticence d'abandonner temporairement ses efforts pour sauver les victimes des Visorak, juste assez longtemps pour participer à la Guerre. En échange, Helryx lui avait promis que les Visorak ne feraient plus de mal à personne, désormais.

« Nous devons y aller, » dit-elle, « il y a une autre source. »

Ce fut un voyage court. Leur destination avait paru inhabitée, mais l'illusion ne s'éternisa pas. Helryx remarqua… Des choses qui bougeaient dans la roche. Ce n'étaient pas des Matoran, ni des Rahi, mais quelque chose entre les deux. La sensation générale était qu'il y avait quelque chose de très anormal ici. L'air, le sol, les habitants – tout se comportait, en quelque sorte, d'une manière qui rendait Keetongu visiblement sans aise. Il n'y avait aucun bâtiment sur l'île… Aucun qui ne soit toujours en bon état, du moins. Le détail le plus remarquable était une grande caverne. Helryx et Keetongu y entrèrent avec précaution. Le passage se rétrécissait à mesure qu'ils avançaient, les forçant à ramper pour progresser un minimum. Helryx ne pouvait rien faire sauf penser à quel point il était facile de se faire piéger là-dedans.

Alors que le passage se rétrécissait encore et encore, Helryx vit plus de créatures. C'étaient sans doute des bêtes Rahi, mais ne ressemblaient à aucune qu'Helryx n'avait déjà vue. Elles étaient petites, bipèdes, avec de larges yeux jaunes et des pattes filiformes. Ils reculèrent vers les côtés quand elle arriva avec son allié. Mais, dès que les deux s'étaient écartés, ils s'assemblèrent en un groupe et les suivirent de près.

Helryx et Keetongu arrivèrent dans une grande chambre. Au milieu, ce n'était pas un bassin de Protodermis Energisé, mais un lac entier de cette matière. Et la figure d'un être vivant émergeait du milieu du bassin. Une tête, deux bras, et un torse qui continuait dans le lac lui-même. Ses traits étaient à peine présents, et sa substance avait la couleur du Protodermis Energisé. La vue déclencha une mémoire. Un agent à Metru Nui avait rapporté que Turaga Vakama avait mentionné une Entité de Protodermis Energisé que son équipe avait combattu quand ils étaient toujours des Toa Metru. Etait-il possible qu'il s'agisse du même être ?

« J'étais sûr que vous viendriez, » dit la figure, « J'ai senti votre espèce travailler avec mes bassins à travers tout l'Univers. Destructifs, mais futiles au plus haut point. Couvrez une source de ma substance et elle émergera autre part. »

« Alors nous allons le détruire ici aussi, » répondit Helryx. « Qu'es-tu ? »

« Je suis la création et la destruction, » répondit l'Entité, « je suis le pouvoir de transformer et de détruire ; je suis chaque goutte de Protodermis Energisé qui existe, et chaque goutte est moi. Je suis autant supérieur à vous, créatures d'armure et de tissus, que vous êtes supérieurs à des insectes. »

« Et que fais-tu ici ? » demanda Helryx.

« Ce n'est pas moi qui ai demandé d'arriver là, » répondit l'Entité, « j'ai vécu au cœur d'une planète, jusqu'au jour où une portion de ma substance fasse son chemin jusqu'à la surface. Cela n'a pas pris longtemps avant que les habitants de ce monde ne découvrent mon pouvoir ; ou qu'ils ne commencent à faire la guerre dessus. Mais une partie de ce qui me compose a été prise et placé dans cet Univers, et donc s'est échappée avant qu'un cataclysme ne passe au-delà de ce monde. »

« Et maintenant ? » dit Helryx.

« Maintenant, je fais mes expériences sur les créatures et les choses que je trouve autour de moi, » dit l'Entité, « J'ai même laissé d'autres utiliser mon pouvoir si je trouvais leurs intentions assez intrigantes. »

« Tu as aidé à créer des êtres qui ont semé la terreur et la mort à plusieurs milliers, » dit Helryx. « Il faut que cela s'arrête. »

« Est-ce qu'une arme est responsable des dégâts de celui qui l'utilise ? » demanda l'Entité.

« Peut-être pas, » dit Helryx, « Mais une arme peut être brisée et ne plus jamais être réutilisée. »

Un son doux qui aurait pu passer pour un rire s'échappa de l'Entité.

« J'ai rencontré ton espèce autrefois. Tellement confiants en votre pouvoir pour me contenir, me contrôler, ou me détruire. Vous n'êtes pas plus que des Singes de Pierre qui cherchent à atteindre les étoiles, pensant que vous pourriez les éteindre si seulement vous parveniez à les mettre sous votre emprise. »

Le lac commença à bouillir et à chauffer ; une énorme vague de Protodermis Energisé s'éleva devant l'Entité, tellement grande qu'elle s'étendit sur toute la pièce entière, et commença à s'accélérer à la surface jusqu'à Helryx et Keetongu.

« Transformation, ou destruction, » dit l'Entité. « Quel sera votre destin ? Découvrons-le ensemble. »

Chapitre 8

Il n'y avait nulle part où courir. Il n'y avait nulle part où se cacher. Un raz-de-marée de Protodermis Énergisé fonçait droit devant Toa Helryx et Keetongu. Dès qu'il les toucherait, il ferait une de ces deux choses : les transformer pour toujours en Mata Nui sait quoi, ou les détruire tous les deux. Helryx concentra son pouvoir Elémentaire. Malgré les milliers d'années passées à affiner son contrôle sur l'eau jusqu'à la perfection, cela ne fit rien de bien.

Le Protodermis Energisé, bien qu'en forme liquide, n'était pas de l'eau et était immunisé à ses capacités. La damnation venait dans une grande vague argentée. Keetongu gronda. Helryx se retourna vers lui en voyant qu'il regardait derrière eux – plus particulièrement, il regardait un trou qui s'était tout juste ouvert dans l'espace. Des pensées traversèrent l'esprit d'Helryx. Brutaka était-il venu les sauver ? Où menait le portail ? Mais il n'y avait pas de temps pour y répondre, seulement pour s'évader. En saisissant, l'avant-bras de Keetongu, elle le tira jusqu'au trou. Ils plongèrent ensemble sans avoir aucune idée d'où ils arriveraient. Au même moment, une figure apparut dans le portail. Il posa son pied dans la chambre. Si quelqu'un avait été présent pour le voir, il l'aurait reconnu comme le criminel fou Vezon, sa face cache derrière un Kanohi Olmak, le masque des Portes Dimensionnelles. S'il s'était rapproché, il aurait l'inquiétude dans ses yeux à la vue d'un mur de Protodermis Energisé arrivant droit devant lui.

« Oh, oh, » dit-il.

***

Turaga Vakama marchait lentement à travers les couloirs du Colisée. C'était son lieu de travail depuis son retour à la cité de Metru Nui. Maintenant, c'était également sa maison, avec les autres Turaga. Beaucoup de choses avaient changé dans la cité ces derniers jours – mais pas que du bon côté. Malgré son retrait, il avait été capable de prendre quelques informations ici et là. Les chances de guerres s'étaient évidemment retournées contre la Confrérie des Makuta. De nombreuses îles contrôlées par les Makuta étaient tombées, avec parmi elles, d'après certaines rumeurs, Destral elle-même. C'était presque trop à espérer – peut-être que le Grand Esprit se réveillerait pour voir ses ennemis jurés vaincus pour le bien.

Il sortit de sa chambre et se dirigea en bas vers une salle de sécurité. Il y avait des armes, des mémoriels pour les Toa Mangai, et un Masque Kanohi très important. Même si Vakama savait que c'était l'un des lieux les plus sûrs de la cité, il le vérifiait chaque jour. Si le contenu de cette salle tombait entre de mauvaises mains… il ne voulait même pas y penser.

Il était à mi-chemin dans les escaliers quand il entendit un fracassement. Il courut en bas pour trouvait une demi-douzaine de Ta-Matoran bien défendus, balayés comme des feuilles au vent. La porte de la chambre s'était fragilisée avec le temps, et devant se trouvait un être que Vakama espérait ne jamais revoir. Près de mille ans auparavant, quand il était encore un Toa, Vakama avait combattu un être nommé Voporak. Protégé par un champ qui vieillissait tout ce qu'il touchait, Voporak semblait impossible à battre, et il avait eu besoin d'un Makuta pour le faire. Voporak travaillait pour les Chasseurs de l'Ombre et cherchait une chose à Metru Nui : ce qu'il avait désormais entre les mains, le Masque Kanohi du Temps.

Vakama se gela. Il voulait attaquer, pour venger la chute de ses amis, mais il savait qu'aucune de ses attaques n'arrêterait ces créatures. Voporak le savait également. Il regardait Vakama avec une sorte de compassion. Puis il haussa les épaules et lui tourna le dos, en s'en allant. Vakama le suivit. Quelques minutes après, il vit Voporak sortir d'un mur du Colisée. Un guerrier à quatre bras portant une hache à double-lame hurla à la vue du criminel et chargea. Voporak tendit le bras et saisit son attaquant. En quelques secondes, le guerrier vieillit de dix mille ans avant de s'écraser sur le sol. Voporak continua d'avancer, et, Vakama le savait, il n'y avait plus rien qui puisse espérer l'arrêter.

***

Kalmah se déplaçait prudemment à travers le quartier d'usines principal de Xia, flanqué par Mantax et Ehlek. Il ne voulait pas être ici. Cela aurait été bien plus satisfaisant de diriger sa nouvelle flotte contre la Confrérie des Makuta, mais Pridak l'avait contacté et assuré que leur vieux rêve de détrôner Mata Nui pourrait revenir.

Au-dessus, assis sur un trône provisoire se trouvait le Ténébreux, leader des chasseurs de l'Ombre. Il regarda les trois Barraki froidement. Perché sur le chevron au-dessus se trouvait Ténèbres, qui surveillait le Ténébreux, même si ce n'était pas pour le garder. Non, Ténèbres attendait un signe de faiblesse de son leader, afin de le tuer pour qu'un autre prenne sa place.

« Ténébreux, nous vous apportons nos salutations de Pridak, » dit Kalmah, « et vous félicitons pour votre saisie de l'île. »

Le Ténébreux acquiesça simplement, son regard ne quittant jamais la face hideuse de Kalmah.

« Pridak pense que les Barraki et les Chasseurs de l'Ombre seraient bien servis par une alliance, » continua Kalmah. « Quand ce chaos finira, quelqu'un devra prendre des pièces de cet Univers. Nous y voyons une opportunité. »

« Et qu'allez-vous tirer comme profit, excepté une terrible réputation ? » dit le Ténébreux, avec de la moquerie dans sa voix.

Kalmah sourit simplement. « Une information. Nous savons que Makuta Teridax a endormi le Grand Esprit Mata Nui, et nous savons comment. Nous savons également qu'un prototype du Virus utilisé pour le faire fut caché sur cette île, et nous pensons que vous l'avez. »

« Moi ? » dit le Ténébreux. « Je suis l'humble administrateur, un simple serviteur du peuple. Rien de plus. »

Kalmah rit. « Tu mens, traître à l'haleine d'une Vipère de la Damnation. Mais tu es aussi très méticuleux. Oh, oui, nous avons tout appris de toi et de ton organisation depuis notre sortie de captivité. Si ce virus est sur Xia, il est avec toi. »

L'expression du Ténébreux s'assombrit. Un être inférieur aurait tremblé de peur à sa vue. Les Barraki, cependant, n'étaient pas des êtres inférieurs.

« Et si je l'ai ? »

« Tu sais où il se trouve, et nous savons comment l'utiliser. Et voici comment : en faisant un profit. »

Le Ténébreux fit une considération. Il pouvait tuer ces trois-là comme avec Ancien, mais s'ils savaient quelque chose sur comment utiliser les récipients qu'il avait trouvé contre le Grand Esprit, et bien, ces connaissances valaient le coup d'être apprise. Après tout, il pourrait les tuer après.

« A une condition, » dit-il. « Pridak et moi, nous nous rencontrerons sur un terrain neutre, les plaines de Karzahni. Si je suis satisfait de ce qu'il a à offrir, alors, peut-être que les Chasseurs de l'Ombre et les Barraki marcheront côte-à-côte dans un nouveau jour. »

Chapitre 9

Cela prit du temps au Toa Mahri pour revenir d'Artidax jusqu'à Metru Nui. La première pensée de Jaller à son arrivée était que cela avait duré trop longtemps. Metru Nui était attaquée. Au début, il pensait que c'était Metru Nui ; elle était surmontée par de hauts murs avec des armes montées en haut de ceux-là, des armes qui crachaient du feu et de la fumée aux attaquants. Les murs étaient protégés par des guerriers de toutes sortes, que Jaller ne reconnut pas. Attendez, regardez ça. L'allumé qui se bat contre trois adversaires à la fois ressemble énormément à Hewkii.

« Que se passe-t-il ? » dit Nuparu. « On dirait que nous sommes arrivés dans une guerre à grande échelle. »

« Cela a pris un bout de temps, » dit Hahli, « Mais je pense que c'est ce que l'on appelle revenir à la maison. »

C'était une vision incroyable. Des vaisseaux affichant l'étendard de la Confrérie des Makuta entouraient l'île-cité, des Rahkshi volants partaient à l'assaut dans toutes les directions, lançant des rafales d'énergie de leurs lances avec d'autres accrochés aux murs. Dans une section, une portion du mur s'était déjà écroulée, et des guerriers combattaient dans l'intervalle, essayant d'éloigner les envahisseurs.

« Ils réussissent à passer ! » lança Nuparu.

« Allons-y, » dit Jaller. « Nous nous élèverons ou nous tomberons pour notre cité. »

Les trois Toa frappèrent l'ouverture de derrière, utilisant le Feu, l'Eau et la Terre pour attaquer les rangs des Rahkshi. Ils traversèrent le mur de la cité. Derrière les rangs des agents de l'Ordre de Mata Nui, ils virent un Turaga surveillant les barricades.

Jaller se rua vers Vakama. « Turaga, que se passe-t-il ici, comment a commencé cette bataille ? »

« Nous pouvons remercier l'Ordre pour ça, » répondit Vakama. « Maintenant notre problème et de trouver comment mettre fin à cela avant que la cité ne soit détruite. »

« Le Masque du Temps, » dit Hahli. « L'un d'entre nous peut-il l'utiliser pour, je ne sais pas, ralentir les Rahkshi d'une certaine façon ? »

« J'espérais que vous le pourriez, » dit Vakama. « Mais le masque n'est plus là, il a été volé par un Chasseur de l'Ombre. Il s'est échappé par le mur dans lequel vous êtes allés. »

Jaller regarda autour de lui. Pendant ses jours en tant que capitaine de la Garde de Ta-Koro, il avait appris une ou deux choses à propos des stratégies de bataille. Un regard rapide lui permit de dire que l'Ordre avait bien trop sous-estimé la férocité de l'attaque des Makuta. Les Rahkshi avaient déjà gagné le sommet des murs à deux ou trois endroits, et dans une section du sud, s'étaient aventurés au-delà du mur même. Alors qu'il regardait, les défenseurs du mur tombaient, et les envahisseurs commençaient à s'infiltrer.

« Nous devons faire quelque chose, » dit Jaller. « Quelque chose auquel les Rahkshi ne s'attendront pas. »

« D'autres Toa arrivent, mais ils ne seront pas ici dans les temps, » dit Vakama. « Mais il pourrait y avoir un Toa ici qui pourrait nous aider. Ecoutez bien… »

***

Ce fut Hahli qui trouva le Toa en question, un Toa du Son nommé Krakua. Quand il entendit le plan de Vakama, il la regarda comme si elle avait perdu la tête.

« Répète-moi ça, » dit-il en balayant un Rahkshi avec un rayon sonique. « Vakama veux que je traverse plusieurs fréquences jusqu'à ce que je trouve celle qui réveillera les Bohrok ?”

« Oui, » dit Hahli. « Nous savons, enfin, nous suspectons que le signal qui les réveille est le son, mais nous ne savons pas lequel c'est ou comment le retrouver. Si nous pouvons réveiller ceux qui sont sous Metru Nui, et si les Rahkshi essaient de se mettre en travers de leur chemin, et bien, cela pourra nous faire gagner un peu de temps pour quelque chose d'autre que nous planifions. »

« D'accord, je vais essayer, » dit Krakua. « Mais je ne vous promets rien. »

Hahli s'en alla. Son mouvement suivant serait d'utiliser son pouvoir pour troubler l'océan afin de couler les bateaux des Makuta. Mais avant qu'elle ne puisse le faire, tout avait changé autour d'elle. Les étoiles brillèrent dans le ciel, le vent devint chaud, la terre trembla dans une légère secousse. Elle ne savait pas comment, mais d'une certaine façon elle en était certaine : le Grand Esprit avait été réveillé.

Au-delà des murs de la cité, une tempête éclata, balayant la flotte des Makuta comme des jouets. Bien sûr, cela ne fit rien pour arrêter les Rahkshi, qui s'avançaient toujours. Ils avaient traversé les murs dans quatre endroits et rampaient alors dans Ta-Metru. Rien ne pouvait les arrêter, il semblait. Du moins jusqu'à ce que le sol tremble devant eux et qu'une horde de Bohrok émerge. Ils n'étaient pas nombreux, il n'y avait que les spécimens endormis dans les Archives et les nids en-dessous, mais c'était assez. Les Rahkshi les attaquèrent immédiatement, et les Bohrok répondirent. Les deux côtés étaient en plein combat, et en combattant, les Mahri et les agents de l'Ordre détruisirent des Bohrok. Le combat basculait d'avant en arrière, les Rahkshi ne réalisant pas que tout ce que les Bohrok voulaient était d'aller sur l'île de Mata Nui. Si les Rahkshi ne s'étaient pas mis en travers de leur chemin, le combat serait déjà fini.

La cité se remua lentement avec une série d'explosions, un agent de l'Ordre cria du haut des murs, « Des véhicules aériens ! Ils arrivent ! » Hahli leva la tête pour voir trois vaisseaux incroyablement rapides s'élancer au-dessus de la cité, se regrouper, et se rediriger là où attendaient les bateaux. L'un d'entre eux ralentit et lui tendit l'aile, et elle reconnut Pohatu sur le siège de pilote. Les Toa Nuva étaient revenus chez eux.

Pohatu ramena son vaisseau hors de la cité pour achever les bateaux. Pendant ce temps, Lewa et Kopaka plongèrent, bombardant les Rahkshi de rafales de lumière. La vision sembla rallier les défenseurs de la cité, qui se ruèrent à nouveau vers les trous dans les murs, dirigés par Jaller et Hewkii, et repoussèrent les Rahkshi.

Finalement, la tempête était finie. Les bateaux de la Confrérie étaient partie au fond de la Mer d'Argent, les murs autour de la cité avaient été abattus, mais les poussières étaient polluées de Kraata morts et d'armures Rahkshi brisées. Celles des envahisseurs qui était intacts étaient parties, afin d'échapper aux rafales des Jetrax, Rockoh et Axalara. Metru Nui était en sécurité, et comme les Toa Nuva l'avaient confirmé, le grand Esprit s'était réveillé. Le pouvoir de la Confrérie des Makuta avait été vaincu à jamais. Turaga Dume et Turaga Vakama apparurent côte-à-côte pour annoncer que le lendemain serait un jour de célébration au Colisée.

Mais Hahli ne sentait pas l'air de joie, même maintenant. Elle ne pouvait rien faire sauf se souvenir de Matoro, qui avait donné sa vie pour ressusciter Mata Nui. Et malgré tous les morts parmi les défenseurs, elle pensait seulement que cela avait été un peu trop… facile. Bien sûr, il y eut une certaine aide inattendue : les vaisseaux, les Bohrok, la tempête. Mais ils avaient fait face à une armée de Rahkshi. Quelque chose lui faisait dire qu'ils n'auraient pas dû gagner, du moins pas avec une aussi grande partie de la cité intacte. Elle sourit. Turaga Nokama l'aurait questionné pour s'être autant inquiété. Peu importait comment semblaient les choses, le Grand Esprit avait été réveillé pour la première fois depuis plus d'un millier d'année. La lumière avait triomphé sur les ténèbres, n'est-ce pas ? Les Toa avaient achevé leur destinée et sauvé l'univers, n'est-ce pas ? Et cela voulait dire que tout serait à nouveau normal ; rien de très grave ne pourrait arriver, maintenant, n'est-ce pas ?

Hahli se retourna pour se diriger vers Ga-Metru, sifflant une chanson que Nokama lui avait apprise. Une écrite longtemps auparavant qui parlé d'espoir pour le lendemain. Peut-être, si ce n'était pas la musique, elle aurait pu entendre le son d'un rire sombre dans le vent.

Personnages

Diffusion

Cette section a besoin d'être éditée pour être étendue.

Anecdotes

  • Le commentaire de Vezon à propos des cent-dix questions sans réponses est une référence au grand nombre de questions sur l'histoire que Greg Farshtey recevait à l'époque grâce au système de messagerie de BZPower, dont certaines étaient inévitablement laissées sans réponses.


TimelineNav.png 2001-2003 Mur de l'Histoire (BIONICLE.com)
2007 Rêves de Destruction | Dans l'Obscurité | Le Blog des Toa Nuva
2008 Les Chroniques de Mutran | Sombre Miroir | Fédération de la Crainte | La Guerre du Destin | Résidents des Ténèbres | Frères d'Armes | Le Blog de Takanuva
2009 L'Empire des Skrall | Le Règne des Ombres | L'Énigme des Grands Êtres
2010 La Saga de Mata Nui | L'Épopée de Sahmad | La Quête d'Hier | Les Pouvoirs en Place