Histoires Courtes/Décadence

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils
Dans d’autres langues
De Nuvapedia
Aller à : navigation, rechercher

« Histoires Courtes/Décadence » aurait besoin d'être édité.

Les actions suivantes doivent être effectuées : Vérifier la traduction de l'Histoire Courte dans le détail


Décadence
Drapeau Royaume-Uni.png
Concours de la Guerre du Cœur - 2009
Dorek

Deux êtres se dépêchaient à travers le couloir sombre. Ils marchaient doucement et assurés, leurs mouvement trahissant leurs pouvoirs extrêmes.

« Nous aurions dû le prévoir, » dit l'un, faisant allusion aux cris du carnage et du combat qui semblaient venir de tout part autour d'eux.

« Notre travail est de protéger et de fournir, pas de prédire, » répondit le second. « Les Seigneurs des Éléments ont fait exactement ce qu'ils devaient faire : gouverner la terre. Leur arrogance et leur nature de conquête étaient totalement imprévisible. »

« Le fardeau nous était destiné, et tu le sais ,» rétorqua son compagnon. « Nous avons fui nos responsabilités, notre destin, et en voici le résultat. »

Le silence remplit le tunnel, un étouffement oppressait tout; la guerre elle-même pouvait s'arrêter.

« Notre devoir est de protéger cette planète, et c'est ce que nous faisons... quelque soit la manière dont nous nous y prenons. »

La question suivante était silencieuse, presque hésitante. « Donc tu crois que Heremus a raison. »

Le second eut un rire ressemblant à un court aboiement, un son qui semblait pouvoir percé chaque centimètre du tunnel, mais n'avait atteint que les oreilles de son compagnon. « Non. Laissons Heremus s'occuper de ses machines. Je crois Angonce ; le grand esprit de cette planète va vivre. »

Les deux Grands Êtres coururent à travers le couloir jusqu'à leur destination, leurs pensées concentrées sur leur quête, la guerre étant presque oubliée à l'extérieur.

---

Tarix para coup après coup ceux d'un guerrier de la Tribu de la Jungle. C'était un plan simple, pensa-t-il. Le meilleur bataillon de la Tribu de la Glace, dirigé par le grand commandant Certavus, venait récemment de se faire vaincre par des unités de la Tribu du Sable qui avaient préparé leur attaque afin de voler le mystérieux liquide argenté que tout le monde convoitait. La campagne les a mené jusqu'à la région désertique Bara Magna, ce qui signifiait à une longue route du village. S'attendant à être accueilli comme des héros, la Tribu de la Glace avait subie une embuscade d'une bande de Skrall, et avait été malmenée. Étant un excellent dirigeant, Certavus put sauver la majorité de ses guerriers de la mort, mais il devait se cacher dans les dunes pour éviter toutes confrontations majeurs. Malgré leurs efforts, la nouvelle s'éparpilla presque immédiatement, et la Tribu de la Glace fut forcée de tripler sa sécurité. Tarix, considéré comme l'un des élites de la Tribu de l'Eau, était assigné à une unité chargé de s'occuper de prendre l'avantage sur l'absence de pouvoir la Tribu de la Glace. Même si Tarix n'en était pas fier.

Il n'y a juste aucun sens, pensa-t-il, enfonçant ses lames dans les articulations de deux soldats, les paralysant. Tout le monde va faire la même chose. Pourquoi ne pas attendre que les autres tribus aient une chance ? Ils faillissent, on prend l'avantage de leurs défenses affaiblies, ils gagnent, on les prends un embuscade. C'est la meilleur solution, et une qui résulte sur le moins de pertes possible.

Il pourrait être en train de prêcher à l'océan lui-même. Ce qui, d'un certain côté, il était en train de faire. Le Seigneur de l'Élément Eau, dirigeant de la tribu de Tarix, croyait en la domination absolue.

« Mobilise toute ta force, et écrase en une seule frappe, » avait-on dit à Tarix sur un ton cadencé. « Si tu faillis, juste bat en retraite, regroupe, et attaque encore. Voilà le rythme du combat. »

« Politique, » pensa Tarix. « Non, pire que politique. La cupidité et l'ambition pure et dure. »

Un petit toucher sous son armure lui poussait à se retourner. Vastus se tenait là, le commandant de la Tribu de la Jungle. Il tenait entre ses mains une faux malveillante. Tarix sentait que son bras gauche s'engourdit presque immédiatement.

« Du venin, » dit Tarix. Bientôt, tout le côté gauche de son corps était engourdi, et il s'écroula au sol.

« C'est ainsi que cela se termine, Tarix ? » dit Vastus. « Un tas chiffonné et frissonnant sur le terrain? Je te connais. Tu vaux mieux que ça. »

Tarix sourit, un ricanement boiteux presque sinistre causé par la partie immobilisé de son visage en sortit. « Mieux que toi, certainement. Qu'est-il arrivé au Vastus que je connaissais ? Tu n'as même pas utilisé tout ton venin. La guerre devient difficile pour toi ? »

Une petite ombre passa sur le visage Vastus. Tarix n'a pas pris la microexpression, comme il était trop occupé à être claqué au visage par le plat de la faux. « Tu n'es pas en mesure de disputer, Tarix. Je tiens ta vie entre mes mains maintenant. Qu'est-ce qui m'empêche de le prendre? » Tarix tenta un rire, mais on n'entendit qu'un gargouillis.

« Tu m'aurais tué il y a longtemps si je n'avais pas quelque chose dont tu avais besoin. » Son expression s'adoucit un peu. « Des ennemis tel que nous, s'il te plaît. J'ai quelque chose dont tu a besoin et la dernière chose dont tu as besoin est de me tuer. Nous pouvons nous aider les uns les autres. » Il leva son bras actif en l'air, comme un signe de paix. Vastus abaissa sa faux presque avec impatience. Il tendit la main à Tarix pour le relever.

« Alors... » marmonna Tarix, soutenu par le commandant de la Jungle. « Qu'en est-il un antidote? » Vastus rit. « A quoi servirait le venin si j'avais un antidote? »

---

« Un tunnel secret ? » demanda Vastus.

« Oui, » répondit Tarix. « Les rumeurs disent que le Seigneur de l'Élément Glace a commencé la construction de plusieurs de ces tunnels. Apparemment, l'idée était de s'étendre sur tout le territoire et ces tunnels sous-terrains étaient la première étape. Ils ont abandonné la construction après que l'un des tunnels s'est effondré. »

Vastus s'avança dans l'entrée de la grotte et regarda autour. Une caverne plus grand se présenta devant ses yeux, éclairée avec des feux construits hâtivement. Après avoir discuté d'une trêve, les deux commandants établirent une seule base dans la grande caverne. La Tribu de l'Eau avait tenté de camper auparavant à l'intérieur, avant qu'ils ne découvrent que la Tribu de la Jungle s'y trouvait déjà. Le combat s'est éparpillé tout autour de la zone et les deux factions se valaient. Vastus vit plusieurs soldats de chaque tribu se mélanger dans l'autre camp. Malgré toutes les atrocités, toute la souffrance les guerriers voulaient mettre cela de côté et s'entendre. Un petit sourire fit son apparition sur le visage du chef de la Tribu de la Jungle, même si cela ne dura qu'un instant.

« Qu'est-ce qui te fais penser qu'il y a toujours un tunnel ? » dit-il en retournant au feu de camp.

Tarix continua. « Il y a quelques semaines, on a capturé un petit groupe d'Agori de Glace. Ils ont dit qu'ils étaient des survivants d'un éboulement de tunnel, et on les a nourrit. La Tribu de la Glace ont négocié pour leur libération, mais ils étaient reconnaissants ; ils nous ont parlé du tunnel. »

Vastus hocha, impressionné. « Où est le tunnel ? »

« À plusieurs jours de marches d'ici, » dit Tarix, sortant une carte. « Notre route longera la bordure de la Grande Forêt, et à travers quelques glaciers. L'entrée du tunnel est caché, mais il y a un signe là; nous le saurons quand nous y serons. Il faut que nous nous dépêchions tout de même. On a ralenti la libération des Agori pour avoir une chance de... d'agir sur l'information et de mobiliser les troupes. »

Un rire émergea de Vastus. « Tu sembles inquiet. Où le problème ? Ça m'a l'air d'un bon plan. »

Renfrogné, Tarix murmura, « Voilà le problème. »

Toujours en riant, Vastus continua. « Et quand sera le meilleur moment d'attaquer ? Puisqu'ils ont dû dire à leur chef, il n'y a qu'un petite chance. Quand devons-nous partir ? »

C'était le tour de Tarix de rire.

« Hier. »

---

Un petit oiseau, d'origine de région glaciale, se reposa sur une pierre. Un moment après, l'oiseau s'envola, les pattes toujours douloureux là où la pierre l'avait brûlé. L'oiseau était bien-entendu confus; c'était une terre de glace. Glace signifie froid. Alors comment est-ce qu'une pierre comme cela pouvait brûler à une telle intensité. L'oiseau repéra une proie, et engagea la chasse aussitôt. La pierre était la dernière chose à laquelle il pensait.

Mais dans la pensée de Tarix, la pierre occupait une place très importante.

« C'est une invention de la Tribu du Feu, » expliqua-t-il. « Similaire aux torches de feu noir, c'était créé pour dégager de la chaleur sans alerté les ennemies de sa présence. La chaleur est retenu en elle-même, et affecte rarement l'environnement. Il faut le toucher pour se rendre compte de ce que c'est. La Tribu de la Glace a réussi a en acquérir quelques-uns, et ils ont essayé d'inverser les effets. »

Vastus hocha la tête, écoutant seulement à moitié. Tarix s'inquiétait à son sujet. Ils ont traversé à travers la Grande Forêt le jour précédant lorsqu'un escadron de la Tribu du Feu sont passé près d'eux, dirigé par Malum. Les deux tribus ont réussi à se cacher avant d'être repérer, mais l'un des guerriers de Vastus était assez maladroit fit un petit bruit lorsqu'il se perchait à un arbre. Malum n'avait pas pu trouver la source du bruit, mais cela n'avait pas d'importance à ses yeux. Il ordonna à ses troupes de brûler la forêt et regarda les arbres se consumer. Vastus perdit trois soldats dans l'incendie et la destruction des plantes étaient presque trop pour lui. Il était atténué depuis.

Avant que Tarix n'ai pu dire autre chose, il remarqua les formations glaciaires.

« Halte ! » cria-t-il. Les deux armées s'arrêtèrent, et commencèrent à chercher.

« C'est ici, Tarix ? » demanda Vastus.

« Oui, » répondit-il. « La pierre chauffante est quelque part ici. L'entrée du tunnel se trouve juste en dessous. »

Vastus hocha. « Éparpillez-vous ! » cria-til à nouveau. L'armée de la Jungle s'étalèrent tout autour et commencèrent à chercher, sautant par-dessus les bancs de neige et grimpant rapidement les murs des falaises.

« Attendez, » dit Tarix. « Savent-il que... » il s'arrêta. Des voix venant des bois derrière eux. Des voix fortes. Tarix mobilisa ses troupes pour se cacher et grimpèrent la colline avec Vastus. Les deux trouvèrent un tas de pierre, et se cachèrent derrière.

Des bois émergèrent l'escadron de la Tribu du Feu qu'ils avaient semés plus tôt, Malum à la tête. L'un des soldats s'approcha de son capitaine. «Sommes-nous sûrs qu'ils sont partis de ce côté, chef ?»

« Oh, ils sont passés par-là, » rassura Malum. « Je les ai entendu. Je peux les sentir. »

Derrière leur abri, Tarix se tourna vers Vastus. « Qu'est-ce qu'on ... » Vastus le fit taire. Puis il prit l'une des lames de Tarix. Surpris, Tarix se retourna et ne trouva qu'une seule de ses lames. Vastus recula, vers un petit espace dans la roche. Il leva la lame. Soudainement, Tarix savait tout ce qui allait arriver. « Ne le fais pas,» dit Tarix. « S'il te plaît . »

Un sourire triste apparut sur le visage de Vastus. « Désolé, » dit-il. Puis il abattit la lame. Une puissante salve d'eau en sortit, frappant Malum et le soldat. Vastus trancha la base de la roche, l'envoyant s'écrouler en bas de la colline. Il jeta l'arme à Tarix, puis il disparut.

Malum se remit sur pied, l'épée dégainé. Il vit Tarix debout là-bas, armes en main. Il ressera ses doigts sur le pommeau de son arme. « L'Eau... » grogna-t-il.

Aucun autre choix ne se présentait devant Tarix. Il comprit ce que Vastus avait fait. Malum n'était en aucun cas un chef expérimenté, mais il avait réuni assez de guerriers de froce brute pour écraser tout ce qui se trouvait sur son passage. Même avec leurs forces assemblées, la victoire aurait été difficile à obtenir. Quel que soit l'issue du combat, ils n'auraient pas été en état de lancer un assaut sur la Tribu de la Glace. Vastus avait agi pour sa survie et il avait laissé Tarix nettoyé les dégâts.

« CHARGEZ ! » hurla Tarix. Des gueriers d'azur de toutes formes et de tailles émergèrent de la cachette. Pris par surprise, plusieurs combattants de la Tribu du Feu furent abattus. Les guerriers tués brutalement les uns les autres, aucun n'avaient pu faire de sérieux dégâts. Tarix jeta un coup d'oeil autour de lui. Grâce à l'attaque surprise, ils avaient l'avantage. La Tribu du Feu tentait de gagner du terrain, mais ses soldats n'abandonnaient. Des slaves élémentaires et des Thornax tirés au bon moment les protégeaient de tute dispersion des rangs. S'ils pouvaient continuer de tenir les formations, ils pourraient pousser la Tribu du Feu à prendre la retraite; une retraite signifierait qu'ils pourraient continuer la mission. Cela marchera-t-il ?

Tarix para un coup de la lame de Malum, et tira avec la propre arme, envoya un Thornax au sol en face d'eux. L'explosion les repoussa de quelques pas.

« Abandonnes, Malum ? » Proposa Tarix à travers la brume et la fumée.

« Je préférais mourir de ma propre épée plutôt que de me rendre à la tienne. Me rendre n'est pas une option. » Répondit Malum. Il confirmait ses dires; les chances étaient qu'il vivrait assez longtemps pour voir ses paroles devenir réalité. Son armée était forte, mais indiscipliné. Les troupes de Tarix étaient soudés. Ils avaient l'avantage.

« La bravade est impressionnante, Malum, mais cela n'apporte rien. Peut-être que... » il s'arrêta net. Une flèche se plantant dans une épaule avait habituellement cet effet-là.

Tarix n'avait pas pu saisir la situation au début. Il étira le bras pour toucher la flèche. Elle avait l'air réel. Elle sentait réel. La douleur n'était pas encore arrivée, mais cela ne tarderait pas. Sans doute. Devrait-il l'arracher ? Non, non, cela sera pire. Qu'en était-il de la source ? Oui, la source serait l'endroit qu'il faudrait regarder. Eviter toute douleur future est vital pour sa survie. Il monta les yeux.

Certavus baissa les yeux. Il rencontra les yeux du commandant de la Tribu de l'Eau et sourit. Il tendit l'arc à un soldat abasourdi, qui la prit sans un mot. Les rumeurs des compétences naturelles de Certavus au combat était suffisant, mais les voir en action était toute autre chose. Quelques soldats derrière le premier ricanaient. Celui-là était nouveau et n'avait pas encore vu le commandant faire usage de ces compétence ainsi que son usage des armes. Un simple tir d'arc le laissait sans paroles.

« Ma-magnifique tir, monsieur. Pourquoi n'avez-vous pas fait un tir plus mortel ? »

« Le but n'est pas de tuer, mais d'éviter d'être tué. » Répondit Certavus. « Si nous pouvons les forcer de prendre la retraite, nous économiserons des forces. Nous ne pouvons nous permettre une bataille entière. Pas encore. Cela nous a pris longtemps pour atteindre ce lieu ; nous devons continuer d'avancer. »

Plus bas, Malum avait aussi trouver la source de la flèche. Certavus. Le légendaire guerrier, maître de toutes les armes connus. Malum leva sa main. Ses guerriers arrêtèrent le combat instantanément. Pas par discipline; mais d'étonnement. C'était un ordre de retraite, quelque chose que les combattants n'avaient jamais vu. Malum s'éloigna de Tarix, sans le quitter des yeux.

« Bonne chance, » murmura-t-il. Il se retourna et s'enfuit dans la forêt, son armée le suivant. Tarix bougea son bras avec précaution. La douleur est arrivé, mais elle était supportable; laisser la flèche était encombrant, mais la retirer aurait causé plus de mal que de bien. La menace imminente de l'unité de la Tribu de Glace était aussi un problème.

Un de ses soldats le rejoignit. « Commandant Tarix, que devons-nous faire ? Les troupes de la Tribu du Feu sont partis, cependant les membres de la Tribu de la Jungle aussi. Devons nous-continuer ? »

Tarix regarda en hauteur à nouveau. Certavus et son unité étaient partis. Le resteront-ils ainsi ?

« Non... » Dit Tarix. « Non, nous n'avons pas assez de force. Sans Vastus et son escadron, nous ne pouvons pas réussir. Nous devons partir en retraite. Fais passer l'ordre ; nous partons. Allons-y. »

Le soldat s'en alla pour répandre la nouvelle. La Tribu de l'Eau commença à s'en allé et éventuellement abandonné le lieu.

Il l'apprit plus tard, Vastus avait en effet prévu sa fuite. Il avait décidé que les tunnels étaient trop risqué pour tenter un plan et préparant sa retraite à l'avance et au bon moment, ils abandonneraient leurs alliés de l'Eau. Tarix était officiellement réprimandé pour son échec dans la mission, mais cela ne dérangea en rien sa carrière. Il n'était plus sûr si les tunnels existaient vraiment. Aucun rapport n'indiquait leurs présences. Les Agori qu'ils avaient libéré leur avaient sans doute menti. Mais cela n'importait plus. Leur monde se sépara plusieurs semaines après et de telles événements apparurent sans importance. même si ces tunnels existaient, ils se seraient écroulés suite au désastre. Tarix et Certavus, ainsi que d'autres, ont mis de leur plein gré leurs différences de côté et créèrent un nouveau système social, pour éviter tout conflit. L'avarice des Seigneurs des Éléments avait littéralement déchiré leur monde, mais ils pouvaient le reconstruire. Ils le devaient. Ils le voulaient.

Personnages

Diffusion

Cette section a besoin d'être éditée pour être étendue.
TimelineNav.png 2005 Protection | La Naissance d'un Chasseur de l'Ombre
2006 Le Rapport d'Infiltré | Tentacules | Espoir
2007 Les Nombreuses Morts de Toa Tuyet
2008 Le Royaume
2009 Décadence
2010 Personne N'Est Laissé Pour Compte